Aïda à l’affiche du SIA 2010

La « mascotte » du salon 2010 (27 février-7mars) est une Salers. Elle s’appelle Aïda.

Elle vit toute l’année en plein air intégral à quelques heures de Paris, elle coule des jours heureux au sein d’un troupeau homogène et docile, elle consomme des fourrages grossiers, n’est jamais malade et vêle toute seule. Rustique et résistante, elle fait le bonheur de son éleveur parce qu’elle est aussi très rentable. Signe de sa docilité, elle s’est laissée photographier dans ses terres et elle est déjà sur toutes les affiches du Salon. Elle a été sélectionnée sur ses origines pour représenter la race Salers.

Les visiteurs pourront admirer sa robe rouge et ses cornes en forme de lyre. Elle attisera la curiosité des citadins mais aussi celle des éleveurs français et européens, de plus en plus intéressés par une race qui permet de « dormir tranquille ».

Le 47e Salon International de l’Agriculture est placé sous le double enjeu de la recherche et de l’innovation pour la planète et les terroirs avec l’objectif d’aller au devant des interrogations du public et d’affirmer le rôle pédagogique de la manifestation.

Pour son rendez-vous parisien, le monde agricole propose au grand public et aux professionnels, un panorama complet de l’agriculture française.

Innovation, planète, terroirs, trois termes qui rappellent que l’agriculture et l’agroalimentaire jouent un rôle stratégique dans notre économie et notre société.

Chaque secteur du Salon International de l’Agriculture illustrera ces thèmes avec des réalisations adaptées et concrètes. Recherche agronomique, protection de l’environnement, biodiversité animale et végétale, gestion de l’eau, énergies renouvelables feront partie des questions débattues pendant cette semaine, sans oublier l’enjeu fondamental des décennies à venir : nourrir le monde.

Articulé autour de 4 secteurs, le salon est le lieu d’excellence pour découvrir la réalité de l’agriculture française et mesurer les progrès réalisés en matière de qualité, de sécurité alimentaire et de respect de l’environnement.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page