Comment baisser ses charges: en adhérant à une CUMA

L’assemblée générale de la fédération départementale des CUMA s’est tenue à Biol sous la présidence de Didier Veyron, agriculteur à Thodure.

On recense 146 CUMA en Isère, 126 sont adhérentes à la fédération départementale. 60% ont leur siège en zone de plaine, 30% en zone de montagne et 10% en zone défavorisée.

On note un ralentissement des demandes de création de CUMA, on peut même parler d’une baisse de leur nombre depuis quelques années. Un facteur essentiel: les adhérents arrivent à la retraite, sans succession.

Cela n’empêche pas le président Veyron de positiver.

” Du fait de la taille restreinte de nos exploitations, les coûts de production sont élevés. Les charges de mécanisation représentent souvent 50% des charges de structures.”

Une enquête réalisée au niveau national montre qu’une réduction de 50% des charges de mécanisation sur une exploitation laitière permettrait d’économiser entre 40 et 50 euros aux 1000 litres.

Pour Didier Veyron, “ le développement de l’investissement dans du matériel collectif, passant par une nouvelle forme de travail répondrait aux problèmes des exploitations isèroises tant au niveau des difficultés économiques, humaines et permettraient même de faciliter la transmission.”

La FDCUMA a donc décidé de relancer l’esprit cumiste:” nous avons le projet d’accompagner et de former les agriculteurs afin d’essayer de lever certains freins psychologiques au changement de mentalités et d’organisation au seins des exploitations.”

Et le président de conclure:” chacun sait qu’une véritable réduction des charges passe par la traction en commun”

Indispensables règles

Marie-Thérèse Audrain, psychologue du travail, enseignante connaît depuis longtemps le fonctionnement des CUMA. On peut résumer son intervention au cours de l’assemblée générale en une phrase: chaque CUMA est un cas particulier mais des règles de fonctionnement sont indispensables.

En effet, chaque CUMA a son histoire, son originalité, son mode de fonctionnement mais elle ne peut pas se passer d’un système de fonctionnement clair et accepté par tous les adhérents. Cela passe par un projet commun mais il faut garder en mémoire que rien n’empêche  la diversité de pensée, d’ou la nécessaire écoute.”

Pour Marie-Thérèse Audrain la pérennité d’une CUMA passe invariablement par sa qualité de fonctionnement alliée à la qualité des relations entre adhérents. Le compromis ne peut se faire que dans la discussion, l’échange.

Didier Rambaud, conseiller général a conforté cette idée en rappelant que” les agriculteurs ont été des précurseurs en matière de mutualisme, à travers la mise en place des CUMA. Aujourd’hui de plus en plus de communes reprennent ce mode de fonctionnement.”

Georges Colombier pour sa part, outre le fait qu’il s’est dit ravi pour notre agriculture que Bruno Le Maire soit maintenu au poste de ministre de l’agriculture, a insisté sur l’indispensable rôle économique et social que jouent les CUMA .

Il a enfin été annoncé que la FDCUMA de l’Isère aurait la tâche d’organiser Mécafourrages. Cette manifestation se déroulera le 18 mai 2011 à Biol. Voir notre article par ailleurs.

Fédération Départementale des CUMA de l’Isère
Chambre d’Agriculture de l’Isère
Zone Grenoble Air Parc
38590 SAINT ETIENNE DE SAINT GEOIRS

Tel :    04 76 93 79 55 (animateur)
04 76 93 79 56 (assistante)
Port :  06 83 17 80 89 (animateur)
Fax : 04 76 06 42 23
fdcuma38@isere.chambagri.fr

Le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes est l’un des partenaires de la FDCUMA de l’Isère

CARSA

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page