Mon beau sapin

Chaque année, 5 millions de sapins de Noël naturels sont vendus en France. Le sapin de Noël est une activité agricole et non pas forestière, elle ne contribue donc pas à la déforestation des forêts naturelles. Le Morvan est la première région productrice de France avec ¼ de la production nationale, soit 1 million d’arbres.

Privilégiez les circuits courts
1 million de sapins viennent de l’étranger, principalement du Danemark, généralement transportés en camions frigorifiques. Préférez des sapins cultivés en France, vous éviterez ainsi la pollution due à leur transport.

Evitez les sapins couverts de neige artificielle
Leur flocage est le plus souvent réalisé avec des produits chimiques, ce qui empêche leur compostage.

Faites un geste pour Handicap International… et pour la planète
Fabriqué à base de céréales, le sac à sapin proposé par Handicap International est 100% biodégradable et compostable ! De couleur or, il décore le pied du sapin et permet ensuite de le jeter sans répandre d’épines sur le sol.

Pensez au recyclage
Après les fêtes, plusieurs magasins et beaucoup de communes collectent les sapins de Noël pour les transformer en compost ou en couvre-sol dans les espaces verts.

Si vous avez la main verte
Vous pouvez acheter un sapin en pot pour pouvoir le replanter dans votre jardin ! Sachez qu’il faut le faire dans les jours qui suivent son achat. Si vous le laissez trop longtemps dans votre maison, la transplantation ne pourra pas se faire.

Si vous ne pouvez pas vous passer de votre sapin artificiel

Evitez de changer votre sapin artificiel tous les 3 ans afin obtenir un vrai bénéfice environnemental ! Sachez tout de même, que ces sapins sont pour la plupart fabriqués à partir de matériaux dont la production et la transformation sont très polluants et nuisibles, sans compter qu’ils sont souvent fabriqués à l’autre bout du monde.

Il était une fois le sapin de Noël…
En France, l’arbre de Noël fut introduit à Versailles, en 1738, par Marie Leszcynska, femme de Louis XV, d’origine polonaise. En Grande Bretagne, l’époux de la Reine Victoria, le Prince Albert d’origine allemande fit dresser un sapin de Noël au château de Windsor en 1841. De la cour, la mode du sapin de Noël se répandit rapidement dans la bourgeoisie, puis chez les gens du peuple.
A cette époque, un beau sapin de Noël devait avoir six hauteurs de branches et être posé sur une table recouverte d’une nappe de damas blanc. On le paraît de guirlandes, de bonbons et de fleurs en papier. La décoration a évolué de noix dorées, feuilles de papier colorées, petits gâteaux anisés jusqu’à la boule de verre qui fait son apparition vers les années 1850. Les divers éléments servant à son ornementation furent d’abord conçus à la maison, avant d’être produits industriellement.
Au milieu du XVIIe siècle, l’illumination du sapin se faisait au moyen de coquilles de noix remplies d’huile sur lesquelles flottaient de petites mèches. Elles seront remplacées, au début du XXe siècle par des ampoules électriques.
D’autres variantes, tels les sapins artificiels apparaîtront au tournant du XXe siècle.(source : site du Parc Naturel du Morvan)

Source: ministère du développement durable

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page