Signature de la charte laitière de valeurs

La FNPL est à l’initiative d’une « charte laitière de valeurs », socle d’un cadre de négociations commerciales durables pour garantir une meilleure rémunération à l’ensemble des acteurs.

La FNPL se félicite de la signature de cette charte par l’ensemble de la distribution, hier, à Paris. Les enseignes Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché, Leclerc, Lidl, Système U se sont engagées au côté des producteurs de lait en crise à « partager équitablement les risques de volatilité des prix en cherchant des moyens de limiter leurs fluctuations » ainsi qu’à « mieux informer les consommateurs » sur l’origine du lait.

Cet engagement de la distribution est une traduction concrète de sa volonté d’agir en acteur responsable et transparent, à dix jours de la fin des négociations commerciales, alors que la crise laitière s’intensifie. Il est évident que ces signatures doivent être suivies d’effets.

« Signer la charte, c’est bien ; la faire vivre, c’est mieux ! » a souligné Thierry Roquefeuil, président de la FNPL, lors de la séance de signatures.

Dès aujourd’hui, cette charte validée juridiquement sera soumise aux autorités françaises de la concurrence. Il ne s’agit pas, par cette charte, de s’extraire de la loi du marché mais de faire mieux dans le marché !

L’objectif est de créer plus de valeur ajoutée au sein de la filière laitière et par conséquent donner aux acteurs les moyens de pérenniser leur activité tout particulièrement dans un contexte de crise et de continuer à investir et à innover.

Afin que cette charte profite aux éleveurs, il est indispensable que les transformateurs laitiers, (privés et coopératifs) s’engagent également à la signer en montrant ainsi aux éleveurs qu’ils partagent les valeurs de responsabilité, de solidarité et de transparence de notre filière.

Il est évident que l’engagement de la transformation laitière doit intervenir avant la fin des négociations commerciales pour être considéré comme effectif.

Signer la charte est aussi un gage d’apaisement des tensions qui sont légitimes dans un contexte économique et social si difficile pour les producteurs de lait.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page