Archive | Département de l'Isère

La communauté d’agglomérations du pays Voironnais signe son contrat de ruralité

C’est à Paladru le jeudi 6 Juillet que se sont rassemblés les responsables des communes du pays Voironnais et du département pour officialiser la signature de ce contrat entre la communauté d’agglomération et l’État. Le contrat a une durée de 3 ans, c’est le 7ème du genre conclu en Isère.

Étaient présents pour l’événement Lionel Beffre, préfet de l’Isère, Thomas Michaud, sous-préfet de la Tour du Pin, Gérard Seigle-Vatte, maire des villages de Paladru, Julien Pollat, maire de Voiron et vice-président du département ainsi que le président de la communauté d’agglomération, Jean-Paul Bret.

Celui ci a décrit ce contrat comme « exemplaire » pour plusieurs raisons. D’abords, il a salué la souplesse de celui-ci, démontrant la confiance offerte au pays Voironnais et lui permettant ainsi de faire des retours et de mieux travailler sur ses priorités. Il a également appuyé l’association du département à ce contrat.

L’état alloue donc un financement à la communauté d’agglomération pour qu’elle puisse travailler sur 6 objectifs:

  • Accès aux services et aux soins
  • Revitalisation des bourgs centres
  • Attractivité du territoire
  • Mobilités
  • Transition écologique
  • Cohésion sociale

Pour cela, un plan d’action a été établie, et plusieurs mission seront menées dans les temps à venir. Le pays Voironnais compte par exemple réaliser des travaux à la Grande Dimière, aménager de nouveaux espaces autour du lac de Paladru, réhabiliter la maison des Vannes de Charavines ou encore réaménager le cœur des villages de Paladru et de Chirens. Beaucoup de travaux sont prévus, et d’autres à venir, ce qui souligne encore une fois la souplesse de ce contrat.

Paul Savary

Catégorie A la une, Département de l'IsèreCommentaires fermés

Le petit train de La Mure est de retour !

Une nouvelle tant attendue par les Matheysins, le projet de remise en route du petit train de La Mure est officiellement lancé. Ce train existe déjà depuis de nombreuses années, exploité à l’origine pour l’activité minière, mais ce n’est que depuis 1997 qu’il est dédié à l’usage touristique. Il avait malheureusement été stoppé net par un éboulement au niveau du lac de Monteynard, en 2010, entraînant une perte de 80% des revenus touristiques locaux.

Représentant le département, le président Jean-Pierre Barbier était présent ce Jeudi 29 Juin à La Mure pour annoncer la bonne nouvelle. Pour lui, il été essentiel de remettre en route ce fer de lance du tourisme isérois, véritable attraction phare du pays matheysin. Également présente, Chantal Carlioz a tenu à rappeler que l’innovation et le patrimoine étaient de véritables piliers du territoire iserois

Il n’avait pas été possible de concrétiser un projet de relance depuis 2010. Mais cette fois, le projet a été confié à la société EDEIS, spécialiste dans l’ingénierie, les services et la gestion d’infrastructures complexes. Le budget nécessaire a été évalué à 26 Millions d’Euros, et 6 Millions d’euros ont déjà été financés par EDEIS. Le reste proviendra de fonds publics, plus de 4 Millions ont déjà été trouvés. Le département, pour l’instant toujours en recherche de fonds, se voit prêt à combler le budget manquant, et la commune de La Mure a fortement participé en acquérant plus de 8 000 m² de terrain, attribués par la suite au projet.

Le petit train comptais auparavant 70 000 voyageurs par an, l’objectif fixé par le cahier des charges était de faire passer ce chiffre à 100 000 après le redémarrage, et la société en charge s’est engagée à atteindre les 120 000 voyageurs par an après 5 ans de remise en service. Le train sera bien évidemment électrique, et doté d’une locomotive et de wagons flambants neufs, bien qu’il soit prévu d’y atteler également quelques anciens wagons pour garder un aspect historique.

Malheureusement, il ne sera pas possible de déblayer l’éboulement, seuls les 15km les plus hauts sont concernés par le chantier. Par ailleurs, les lignes aériennes de contact ont été pillées pour leur cuivre alors qu’elles avaient été rénovées en 2013.En revanche, les voies ont pu être entretenues, et tout ne sera pas à refaire. De plus, un restaurant de 180 places sera aménagé en bout de ligne sur le belvédère surplombant le lac, permettant aux clients de profiter d’un magnifique panorama.

Jean-Pierre Barbier, profitant de l’occasion pour visiter la mine image et le belvédère au dessus du lac de Monteynard, a certifié que le chantier démarrera dans les plus brefs délais. Le petit train devrait de nouveau parcourir le chemin de faire d’ici Juillet 2020.

Paul Savary

Catégorie A la une, Département de l'IsèreCommentaires fermés

« VIVEZ L’ECHAPPÉE ELECTRIQUE EN ISÈRE ! »

Pour la seconde année consécutive et après le succès de la première édition (plus de 600 participants), l’opération « Vivez l’Échappée Électrique en Isère » est renouvelée cet été.

Organisée en partenariat avec le département de l’Isère, les Moniteurs Cyclistes Français (MCF), les offices de tourisme, campings et autres socio-professionnels, cette opération est l’opportunité pour le plus grand nombre, de découvrir le Vélo à Assistance Electrique dans 53 sites répartis sur tout le département.

Entre le 1er juillet et le 4 septembre, des sorties en VAE accompagnées seront proposées chaque semaine aux vacanciers désireux de découvrir cette pratique et par la même occasion, les richesses touristiques du département.

Comment participer à une séance de découverte du VAE ?

Il suffit d’effectuer une réservation auprès du site choisi parmi les 53 proposés, pour un prix symbolique de 2€ par personne. Selon les lieux, la durée de la séance peut varier de 30 minutes à 2 heures.

Encadrés par les Moniteurs Cyclistes Français (ou par un autre prestataire dans certains sites) les participants partent par petits groupes de 4 à 8 personnes, pour une balade ludique à la découverte du territoire et de cette nouvelle pratique du vélo.

Les séances de découverte se déroulent une demi-journée par semaine pendant tout l’été, dans la plupart des sites.

La liste des sites participant à l’opération, le calendrier des animations et toutes les informations sont à retrouver sur : www.cyclo-alpes.com

Objectif du département : faire de l’Isère une destination phare pour la pratique du VAE

Avec une progression de 30% par an, le VAE ouvre de nouveaux horizons et attire une nouvelle clientèle : tout en ménageant ses efforts, il permet de rendre accessible le vélo au plus grand nombre (numéro 1 des loisirs français), que ce soit pour découvrir des parcours de loisirs en famille, pour gravir l’un des nombreux cols isérois ou pour s’élancer sur les chemins de randonnée.

Le département de l’Isère offre un terrain de jeu idéal pour la découverte du VAE. Il dispose d’une grande variété de reliefs, des plaines du Rhône aux massifs montagneux, et des parcours de qualité pour tous niveaux de pratique, parfaitement adaptés au VAE.

Comme le rappelle Chantal Carlioz, Présidente d’Isère Tourisme : «Précurseur en matière d’innovation électrique (invention de l’hydroélectricité -La Houille Blanche- en 1889), le département a naturellement saisi le virage du vélo électrique et soutient cette pratique à travers l’opération ‘’Vivez l’Echappée électrique en Isère’’ pilotée par Isère tourisme. L’objectif est de faire de l’Isère, une destination leader pour la pratique du VAE en France. Le but est aussi de faire découvrir le VAE aux clientèles touristiques, pour ensuite engendrer des locations et susciter la découverte du territoire en vélo électrique.»

La première édition en 2016 fut une réussite : plus de 13 200 kilomètres ont été parcourus par 600 touristes ayant essayé le vélo à assistance électrique.

Une large  majorité d’entre eux a émis le souhait de réitérer cette expérience. Quant aux partenaires et acteurs de la filière investis dans l’opération (Moniteurs Cycliste Français, loueurs, collectivités…), ils ont largement contribué à la réussite de cette action grâce à leur implication.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Les nouveaux députés de l’Isère, quel projet pour le monde rural?

Dimanche 18 Juin au soir, les résultats du second tour des législatives sont tombés, et 9 circonscriptions sur 10 rejoignent la République En Marche. Seule surprise, Marie-Noëlle Battistel aura su combler son retard de 15 points du premier tour pour conserver son siège.

1ère circonscription : Olivier Veran, REM

2ème circonscription : Jean-Charles Colas-Roy, REM

3ème circonscription : Émilie Chalas, REM

4ème circonscription : Marie-Noëlle Battistel, PS

5ème circonscription : Catherine Kamowski, REM

6ème circonscription : Cendra Motin, REM

7ème circonscription : Monique Limon, REM

8ème circonscription : Caroline Abadie, REM

9ème circonscription : Elodie Jacquier-Laforge, MODEM

10ème circonscription : Marjolaine Meynier-Millefer, REM

Nous avons donc rencontré une partie des nouveaux élus présents hier soir à la préfecture de l’Isère pour en apprendre davantage sur leurs projets pour le monde rural et agricole isèrois.

Les élus REM ont vocation à suivre le projet d’Emmanuel Macron pour l’agriculture : favoriser la production plutôt que les subventions. Ainsi, une partie du budget du quinquennat seront investi dans la modernisation des équipement agricoles pour renforcer les capacités de production. Cet objectif vise à augmenter la capacité de la France à exporter sa production dans l’union européenne. Il est également prévu de réintégrer les agriculteurs au régime général. On note également la volonté d’accroître la part de bio et de local dans les cantines scolaires. Parmi les nouveaux députés, quelques uns sont déjà allé à la rencontre des agriculteurs, et comptent maintenir le contact, mais au niveau local, il n’y a pas vraiment de projets naissants.

Du côté du territoire montagnard, la République En Marche souhaite continuer à développer le tourisme.

Paul Savary

Catégorie Département de l'Isère, questions d'actualitéCommentaires fermés

Convention pour le développement du tourisme entre le département et la région

Ce jeudi 1er Juin, Nicolas Daragon, vice-président de la région Auvergne Rhône-Alpes, délégué au tourisme et au thermalisme et Chantal Carlioz, vice-présidente du département de l’Isère, déléguée au tourisme, ont signé une convention bilatérale dans l’objectif de développer le tourisme en Isère et par extension, dans la région.

Comme promulgué par la loi NOTRe, la compétence touristique est partagée entre la région et le département. Cette convention permettra donc la convergence des politiques touristiques des deux collectivités ainsi que l’association de leur budget dans divers grands travaux de développement du tourisme et des revenus et emplois qui y sont associés.

- L’Isère, 10ème département touristique national -

Pour cette signature, ayant eu lieu dans le palais du parlement Grenoblois, Chantal Carlioz a tenu à évoquer les résultats de l’activité touristique Iséroise, aujourd’hui dixième département au rang national. Générant actuellement 168 000 emplois, le tourisme Isérois représente 10% de la totalité des emplois touristiques en Auvergne Rhône-Alpes, ainsi qu’un investissement de 184 M€ pour un revenu de 451 M€ générés.

Au delà de cette convention, il y a une réelle volonté de la part du département de développer le tourisme local, notamment par une hausse du budget alloué de 15%, et par la mise en place depuis cet hiver d’une politique d’attractivité. En effet, le département a lancé la marque Alpes IsHere, avec le lancement d’un spot diffusé le soir sur France 2.

Ainsi, avec l’appui de la région, l’Isère se focalisera sur le développement autour des grands thèmes touristiques:

  • Le thermalisme et le tourisme lié au bien-être, avec 2 stations balnéaires déjà existantes qui recevront une aide financière conjointe des deux collectivités.
  • La diversification du tourisme montagnard. Avec une trentaine de stations de ski présentes sur le territoire, les stations génèrent à elles seules 70% du revenu touristique départemental.
  • Le tourisme itinérant, déjà doté de 9000 km de sentiers balisés, notamment avec la finalisation du projet ViaRhôna,
  • La gastronomie et l’œnotourisme, présentant déjà l’existence de 94 maîtres restaurateurs sur le département, avec l’objectif d’attirer toujours davantage le tourisme de la vallée du Rhône en Isère.

Au delà de ces thèmes majeurs, le département et la région travailleront aussi sur deux thèmes transversaux, l’hébergement touristique (comptant déjà une capacité totale de plus de 300 000 lits) et l’accompagnement des grands sites (comme les parcs régionaux du Vercors et de la Chartreuse) et des projets comme la remise en service du train de La Mure.

Cette séance s’est terminée par les félicitations du vice-président de la région pour les résultats et la campagne attractive de notre département.

Paul Savary

P

Catégorie A la une, Département de l'Isère, région Auvergne Rhône-Alpes, tourismeCommentaires fermés

Auvergne Rhône Alpes Entreprises

La Région  a lancé la nouvelle agence économique Auvergne Rhône Alpes Entreprises, opérationnelle dès le 1er septembre.

Sans titre

Au service de l’ambition économique du territoire, elle a pour objectif de développer l’économie de tous les départements et renforcer l’emploi. Agence unique en France, elle sera la seule dans notre pays à regrouper en une seule structure tous ces services : accompagnement sur l’investissement matériel, aide à l’export, recherche de l’innovation, formation, apprentissage.

Sa gouvernance se veut fédérative en donnant une place en son sein à l’ensemble des acteurs du développement économique: les réseaux consulaires, les représentants de l’enseignement supérieur et de la recherche et des collectivités locales, les clusters et pôles de compétitivité, les EPCI.

Pour le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, « C’est une excellente nouvelle pour l’Isère, Grenoble et le monde économique ! Dans une économie mondialisée, pour attirer des entreprises et pérenniser les emplois, il faut un seuil critique. Partir seul au combat ne mène pas à grand-chose. Unis, nous serons meilleurs dans la conquête internationale.

C’est pourquoi la création d’Auvergne Rhône Alpes Entreprises, qui sera le fleuron de l’économie de nos départements, est un signal très positif pour l’avenir.
Je suis en particulier optimiste concernant l’impact de l’agence sur l’Isère et Grenoble. L’agglomération grenobloise et son écosystème ne sont en effet pas à l’abri de difficultés économiques comme l’attestent récemment certaines restructurations d’entreprises.

En Isère, l’agence disposera d’une antenne basée à Grenoble prenant le relais de l’AEPI, ce qui permettra de concilier une gestion au plus proche du terrain avec une vision d’ensemble. L’agence régionale ne sera pas pilotée par Lyon mais depuis les territoires eux-mêmes, maillés de 10 antennes au total. Chaque Département sera par ailleurs représenté au sein du collège de surveillance de l’agence.

L’agence Auvergne Rhône Alpes Entreprises aura des effets extrêmement bénéfiques sur la vitalité économique de notre département.
Vouloir conserver des modes de fonctionnement éclatés en protégeant des petits privilèges locaux est dépassé, il faut s’adapter au fonctionnement de l’économie moderne.

Catégorie Auvergne-Rhône-Alpes, Département de l'Isère, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

’Isère et les Hautes-Alpes vont renforcer leur collaboration afin de gagner en efficacité d’action

En marge d’une rencontre avec le Préfet de massif et Préfet de la Région PACA, les Présidents des Départements de l’Isère et des Hautes-Alpes, respectivement Jean-Pierre Barbier et Jean-Marie Bernard, se sont rencontrés afin de préciser les contours d’une coopération renforcée.

Rapprochés depuis la reconstruction du tunnel du Chambon,  les deux collectivités ont accru leur collaboration et veulent aller plus loin dans leur entente. Routes, tourisme, culture… de nombreux champs de travail communs s’ouvrent pour gagner en efficacité.

Une évidence : travailler ensemble sur les problématiques de transport

L’entretien des routes et le déneigement sont des domaines sur lesquels les Départements ont naturellement des liens réguliers qu’ils peuvent renforcer.

Au premier rang desquels, la RD 1091 reliant Vizille à Briançon qui requiert une modernisation pour fluidifier le trafic et améliorer la sécurité. Une étude a été lancée et les deux Départements ont sollicité du Préfet de Région le soutien de l’Etat une fois les conclusions rendues sur les travaux prioritaires à engager.

Les deux Départements souhaitent également travailler de concert sur les RD1075 et RN85 afin d’améliorer la liaison sud-nord. Les Présidents ont également sollicité l’appui de l’Etat et l’attribution de crédits dédiés.

Des partenariats pourront aussi être amorcés pour la gestion de la viabilité hivernale, les deux départements ayant tous deux un important kilométrage de routes de montagne à déneiger chaque hiver.

En termes de transport ferroviaire, les deux collectivités en appellent à la mobilisation de l’Etat et des Régions pour garantir la modernisation et la pérennité des dessertes ferroviaires du Massif indispensables au désenclavement des territoires de montagne, à leur dynamique de développement économique et touristique, et répondre aux grands enjeux du XXIème siècle.

Aller encore plus loin en matière de tourisme et de culture

Au-delà de l’évidente action routière, existent d’autres terrains de partenariat comme le tourisme ou la culture.

Sur le tourisme,  la coopération déjà existante autour du Parc national des Écrins pourrait être renforcée. Des politiques communes et cohérentes de promotion touristique pourraient être aussi montées pour valoriser de manière globale la destination alpine hors Savoie.

En matière de culture, une réflexion sera engagée sur une convention pluriannuelle de coopération culturelle comme il en existe déjà une entre les Hautes-Alpes  et les Alpes de Haute-Provence. Un portage commun de grands projets culturels ferait aussi sens pour mener des opérations d’envergure sur les deux départements.

De manière globale ces partenariats vont permettre de gagner en capacité d’action et permettre également de réduire les coûts des actions menées.

1

« Le travail réalisé autour de ce terrible épisode qu’a été la crise du Chambon nous a permis de comprendre combien une coopération entre nos deux départements était absolument nécessaire dans un certain nombre de domaines, dont celui des axes de transport. Tant les Haut-Alpins que les Isérois attendent de notre part que nous fassions mieux et plus efficace avec le peu d’argent qu’il nous reste de l’État. D’où l’importance d’unir nos forces et nos moyens pour réaliser des actions très concrètes au service de nos populations et des vacanciers qui séjournent très régulièrement dans nos territoires », explique Jean-Marie Bernard, Président du Département des Hautes-Alpes.

« Nous ne voulons pas nous mettre des œillères car les Hautes-Alpes sont de l’autre côté du Chambon. Administrativement nous sommes coupés, mais nous avons tant à gagner à nous rapprocher qu’il serait aberrant de ne pas le faire. Aujourd’hui les conditions administratives ne sont pas réunies pour parler de fusion, il n’empêche que nous voulons travailler ensemble»,  insiste Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.

Catégorie Département de l'Isère, collectivitésCommentaires fermés

Isère THD : premier coup de pioche à Villefontaine

2A Villefontaine ce mardi 21 mars a eu lieu une visite du chantier du premier nœud de raccordement optique (NRO) réalisé dans le cadre du Plan Très Haut Débit en Isère.

Le Président du Département, Jean-Pierre BARBIER, le Président de la CAPI, Jean PAPADOPULO, ainsi que le Vice-Président du Département délégué à l’aménagement numérique, Damien MICHALLET, étaient présents. A cette occasion a été réalisé un point d’étape sur le territoire de la CAPI du déploiement de la fibre, qui commence à être posée un peu partout dans le département.

Les travaux du THD ont bel et bien démarré !

Le chantier du Très Haut Débit en Isère a débuté comme prévu en ce début d’année, avec au premier plan le chantier de Villefontaine. Mis à disposition par la commune, le terrain se situe dans le Parc du Vellein et accueillera prochainement le futur NRO actuellement en phase de ferraillage[1].

En parallèle dans le Nord-Isère, d’autres chantiers fleurissent pour installer la fibre :

·  Châbons, qui progresse à la même cadence que celui de Villefontaine

·  Saint-Quentin-Fallavier et Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs qui ont débuté ce lundi 20 mars

·  Heyrieux qui débutera cette fin de semaine du 20 mars

Côté sud Isère, les chantiers des nœuds de raccordement d’Allevard et de Pontcharra s’engageront début avril.

Le calendrier de déploiement de la fibre est à ce jour respecté. Fin 2017, 4 800 raccordements auront été faits, soit un potentiel 12 700 abonnés.

« L’installation de ce NRO, qui préfigure de lourds investissements en faveur du numérique, contribuera à renforcer le dynamisme économique de notre territoire tout en offrant des solutions aux habitants de certains quartiers ou du monde rural jusqu’alors particulièrement enclavés. » assure Jean Papadopulo, président de la Communauté d’Agglomération Porte de l’Isère.

Le Très Haut Débit pour près de 100% des isérois à horizon 2024

Le Conseil départemental de l’Isère a engagé un vaste plan de déploiement du très haut débit dans le département afin que tous les Isérois puissent avoir accès à une connexion de haute qualité sur l’ensemble du territoire. Au total, ce seront plus de 450 000 prises qui seront déployées dans toute l’Isère (486 communes) au plus tard d’ici 2024 pour placer le Département à l’avant-garde du numérique.

Plus de 280 millions d’euros d’aides publiques ont été mobilisées pour ce vaste plan au titre des investissements de premier établissement.

1 « Le chantier a démarré, nous sommes dans le concret, le très haut débit va arriver. Les premières connexions seront disponibles dès la fin d’année 2017 et ne vont pas cesser d’ici 2024. Aucune commune, aucun public ne sera mis à l’écart ! », affirme Damien MICHALLET, Vice-Président délégué à l’aménagement numérique.


Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

TOUT POUR L’ISERE

Jean-Pierre BARBIER, député de l’Isère et président du Département, décide de ne pas se représenter candidat à la députation dans la 7ème circonscription de l’Isère. Il argumente cette décision pleine de bon sens.

« Les 11 et 18 juin prochains, de nouvelles élections législatives auront lieu en France. Elles se dérouleront dans un contexte nouveau puisque la loi sur le non-cumul des mandats s’appliquera pour la première fois dans notre histoire institutionnelle. Ce cadre inédit m’oblige à choisir entre la députation ou la présidence du Département de l’Isère.

J’ai fait un choix mûrement réfléchi : je ne me représenterai pas pour un nouveau mandat législatif.

Le sens des responsabilités commande d’aller au bout de mon engagement pour le Département : tout pour l’Isère.

Je vais poursuivre ma mission de président du Département et continuer à mettre mon énergie, mon expérience et ma passion au service de tous les Isérois et de toutes les Iséroises.

Depuis 2015, beaucoup a déjà été fait par la nouvelle majorité départementale. Beaucoup reste à faire.

De très nombreux chantiers ont été amorcés et je veux les réaliser entièrement : poursuivre le plan de relance, rénover nos collèges, installer le THD sur tout le territoire, continuer de réformer la politique sociale, engager le plan sénior, concrétiser le pôle agroalimentaire, diffuser toujours plus largement la culture, accroître l’attraction touristique de l’Isère, et bien d’autres défis.

Jean Pierre Barbier, homme de terrain, de contact, ici à la foire de Beaucroissant..

Jean Pierre Barbier, homme de terrain, de contact, ici à la foire de Beaucroissant..

C’est pourquoi, j’ai voulu ne pas trahir le vote des Isérois en abandonnant cette fonction. Je vais poursuivre ce beau mandat dans un si grand Département.

J’aurai exercé le mandat de député avec détermination, conviction et une exigence d’honnêteté et de droiture. Car être député est une immense responsabilité et un grand honneur.  En cette fin de mandat, j’ai une pensée particulière pour la 7ème circonscription, ses habitants et tous ceux qui m’accompagnent dans mon engagement public. J’ai noué avec eux, un lien que rien n’altérera. »

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

TUNNEL DU CHAMBON

Avec la fin de la période des vacances d’hiver, ce lundi 6 mars, le tunnel du Chambon va être refermé temporairement à la circulation pour la poursuite des travaux. Une ouverture temporaire est prévue cet été avant une réouverture finale en fin d’année 2017.

Des travaux d’aménagement à poursuivre

Le tunnel du Chambon a rouvert temporairement, en décembre dernier, pour permettre de rétablir l’accès aux voitures et cars durant les vacances d’hiver. Les travaux visant à son achèvement complet doivent désormais reprendre. C’est pourquoi, ce lundi 6 mars, il sera fermé à la circulation pour laisser place à la reprise des travaux : bétonnage de la voûte, locaux techniques, achèvement de la tête de tunnel côté Hautes Alpes, câblage, chaussée, trottoirs, caméras de surveillance, éclairage…

Grâce à quoi, le tunnel pourra définitivement rouvrir complètement sans aucune restriction de circulation.

Pendant cette période de fermeture, la route de secours va prendre le relais pour faciliter la circulation des véhicules légers sans remorque de moins de 3,5t et de 8m de longueur. Les véhicules hors gabarit emprunteront les déviations mises en place via Gap ou le tunnel du Fréjus.

Une réouverture estivale avant le Tour de France

Le tunnel sera ouvert partiellement en saison estivale du 13 juillet au 21 août, soit avant le passage du Tour de France dans le secteur. Un effort particulier sera réalisé pendant la semaine du Tour de France avec l’arrêt complet des travaux de nuit dans le but de laisser la circulation la plus fluide possible.

Il refermera alors une dernière fois à l’automne pour les ultimes travaux.

« Nous sommes dans une année de finalisation du chantier qui impose encore quelques contraintes. Mais nous assurons l’essentiel : l’ouverture du tunnel pendant les pics de la saison et la garantie d’une liaison en période creuse grâce à la route de secours. » affirme Bernard Perazio, vice-président du conseil départemental de l’Isère chargé de la voirie, des réseaux d’eau, de l’assainissement, et de l’électrification rurale.

CALENDRIER 2017

· Fermeture du tunnel du 6 mars 2017 à 12h00 au 13 juillet à 8h00.

· Ouverture estivale complète du 13 juillet à 8h00 au 24 juillet à 21h00, jour et nuit.

· Ouverture du 25 juillet au 21 aout 2017 de 5h à 21 h seulement.

NB : en période estivale sont autorisés à circuler dans le tunnel les véhicules de moins de 3,5t et les cars. Lorsque le tunnel est fermé, la route de secours est ouverte, avec les restrictions de circulation.

· Fermeture du tunnel à partir du 21 août à 12h00 pour finalisation des travaux.

· Ouverture définitive mi-décembre 2017.

Catégorie Département de l'Isère, transportCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2017
L Ma Me J V S D
« juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+