Archive | environnement

VIDANGE DE L’ETANG DE MONTJOUX

Ce dimanche 12 novembre, avait lieu une pêche traditionnelle de sauvegarde à l’étang de Montjoux sur la commune de St-Jean-de-Bournay en vue de la vidange et réparation du plan d’eau.

Dirigée par le Département, cette opération a pour but de remettre en état cet étang qui présentait des fuites rendant impossible la pêche depuis plusieurs mois. Le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, s’est rendu sur place pour participer à la pêche.

Une pêche de sauvegarde des poissons avant la vidange totale
Plus d’une quarantaine de volontaires ont participé à une pêche traditionnelle par filet afin de repêcher les poissons avant la fin de la vidange de l’étang. Parmi eux, des membres des comités de pêche locaux et fédérations, des agents de la commune, des agents du Département et même les élus locaux !


Sans titre2

Cette pêche traditionnelle a été présentée et expliquée par Daniel Cheminel, maire de la commune, et par Guy Servet, vice-président de Bièvre Isère Communauté délégué aux étangs et maire de Châtonnay.
En tant que gestionnaire des Espaces Naturels Sensibles, le Département mène ces opérations sur l’étang dans le cadre de sa politique environnementale. Cette pêche est indispensable pour mener à terme la vidange et la réparation de l’étang.


Sans titre

Jean-Pierre Barbier, Président du Département, explique : « Cet Espace Naturel Sensible départemental incarne la vision que nous avons de la protection de l’environnement : protéger les sites avec une riche biodiversité sans pour autant bloquer l’activité humaine. Cette vision c’est l’essence du développement durable, qui repose sur trois piliers : le social, l’économique et l’environnemental »

La pêche de nouveau possible fin 2018
Après la vidange totale, les travaux consistent en une réfection des ouvrages hydrauliques (bonde de fond avec vanne sud et vanne de vidange) et la pose de flottants pour la pêche. Les travaux autour de la digue pour l’étanchéité ont été déjà engagés.
L’ensemble de ces interventions, d’un montant de 450 000 euros, vont permettre de résoudre la problématique de fuite de l’étang détectée durant l’été 2016.
Une année d’assec est ensuite programmée pour cet étang qui n’a pas été vidangé depuis près de 30 ans. Cela permettra de minéraliser les vases et d’améliorer la qualité de l’eau, ce qui augmentera les supports de reproduction des poissons et la biodiversité globale du plan d’eau.
La remise en eau de l’étang est prévue à l’automne 2018 qui sera suivie d’un rempoissonnement. La réouverture de la pêche pourra se faire d’ici la fin 2018.

Cette opération correspond à une gestion traditionnelle d’un étang, qui comprend des phases nécessaires de vidange pour le nettoyer.
Depuis 2015, le Département a instauré une nouvelle politique de gestion des ENS en les ouvrant plus largement au grand public et aux activités humaines, tout en assurant les conditions de leur préservation.

Catégorie Département de l'Isère, aquaculture, environnementCommentaires fermés

Métropole: collecte de déchets alimentaires

A partir de novembre, plusieurs quartiers de La Métropole vont expérimenter la collecte des déchets alimentaires. Deux opérations  » test » seront menées pendant un an au quartier La Capuche à Grenoble et de la commanderie à Echirolles.

Une troisième expérimentation sera menée pendant trois mois renouvelables auprès des commerçants et restaurateurs de l’hyper centre grenoblois axée sur les quartons.

Cette expérimentation est axée en direction de trois publics bien distincts: les commerçants de l’hyper centre grenoblois ( 130) les habitants d’un quartier urbain ( Grenoble La Capuche: 2200 foyers) et un quartier pavillonnaire ( Echirolles La commanderie : 800 foyers).

Il faut savoir que les déchets alimentaires représentent 30% du poids de nos ordures ménagère. Dans l’agglomération grenobloise cela équivaut à 18 000 tonnes/an soit 60 kilos par habitant..

Cette matière inexploitée est pourtant une manne! Elle pourrait en effet recouvrir les besoins énergétiques de 700 logements..

Il s’agit donc de la récupérer et de la valoriser.

Chaque foyer concerné par la collecte des déchets alimentaires sera donc doté d’un bioseau,  de sacs compostables et d’un nouveau bac de couleur marron.Les bioseaux ajourés sont conçus pour être étanches et ne laisseront passer aucune mauvaise odeurs.. Ils seront stockés dans les bacs marrons qui seront collectés une fois par semaine par la Métropole.

Déchets alimentaires qui seront acheminés vers un centre de compostage, à Muriannette pour être transformés en compost pour cultures maraichères.

A terme, l’ambition de La Métropole, en lien avec les 49 communes est bien de généraliser dès que possible cette opération sur tout son territoire.

1Cette expérimentation a été présentée par Georges Ouadjaoudi vice Président de la Métro délégué à la collecte et la valorisation des déchets, accompagné d’Eric Piolle, maire de Grenoble et Daniel Bessiron adjoint au maire d’Echirolles en charge du développement durable, à l’environnement et à la transition énergétique.

Des réunions publiques vont être programmées afin d’informer et de former les habitants concernés.





Catégorie La Métro, déchetsCommentaires fermés

Journées des plantes à Pupetières

logo sillon38Un événement Jardin annuel qui se déroule le dernier week-end de septembre . Un rendez vous pour tous les passionnés de jardins et amateurs de plantes rares. près de 60 exposants, Les  meilleurs spécialistes du monde végétal , pépiniéristes, horticulteurs, rosiéristes sont réunis et apportent des conseils et informations pratiques. Associations, artisans et artistes présenteront leur créations originales autour du jardin.

Plus de 60 exposants , des  partenaires, des animations, des conférences, une exposition, des ateliers , des visites du château, vont seront proposés.

image-1

Tarif : 6 euros individuels

5 euros groupes, étudiants, associations Horticoles

Gratuit enfants moins de 12 ans

ouvert de 10h00 à 18h00

Catégorie environnementCommentaires fermés

Je réduis mes déchets avec Le Grésivaudan


Jeter moins, trier mieux et consommer malin : tels sont les objectifs de l’opération « Je réduis mes déchets avec Le Grésivaudan ».

La communauté de communes lance un appel à ses habitants pour participer à ce programme de sensibilisation qui débutera en octobre. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 30 septembre !


1

Soucieux d’impulser et d’accompagner des initiatives pour réduire les déchets, Le Grésivaudan propose à ses habitants de participer à une aventure inédite et collective sur le territoire. 30 familles volontaires seront accompagnées pendant 1 an par Alex, la coach éco-gestes du Grésivaudan. Elle les sensibilisera aux petits gestes du quotidien qui peuvent avoir un fort impact sur nos poubelles et notre environnement.

Quel est le programme ?

Des animations de groupe seront proposées sous la forme d’ateliers, de visites guidées, de conseils pratiques… Un kit « éco-gestes déchets » sera également remis à chaque participant. Dans une dynamique conviviale, tout sera fait pour aider les volontaires à mieux cerner les enjeux, comprendre où et comment agir pour réduire les déchets à la source, limiter leur toxicité et valoriser les déchets organiques.

Qui peut participer ?

L’invitation est lancée aux habitants des 29 communes* dont les déchets sont gérés en direct par Le Grésivaudan. Tous les profils sont les bienvenus : jeunes et moins jeunes, en solo, en famille, en appartement ou en maison, déjà sensibilisés ou non à la thématique…

Comment s’inscrire ?

Les personnes intéressées ont jusqu’au 30 septembre pour remplir le formulaire d’inscription disponible sur la page www.le-gresivaudan.fr/je-reduis-mes-dechets. Attention le nombre de places est limité.

Les participants seront conviés à la soirée de lancement programmée le 10 octobre à l’Espace Aragon à Villard-Bonnot avec notamment la projection d’un film.


Opération cofinancée par Le Grésivaudan et la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Catégorie déchets, environnement, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Pierre Châtel: super fête des moissons

La fête des moissons qui se déroule tous les deux ans à Pierre Châtel est une fête rurale par excellence..

Une fête qui attitre beaucoup de monde, de familles, en quête d’air pur, d’un cadre magnifique et à la recherche d’animations qui mettent en avant la ruralité, l’agriculture, l’artisanat, les métiers anciens, la gastronomie, de folklore…

André Villard, maire de Pierre Châtel précisant:  » c’est un rendez vous festif qui met en avant notre commune mais aussi le territoire de Matheysine qui mérite d’être connu, qu’on s ‘y arrête.. »

Cette année la fête a revêtu un caractère particulier avec la remise des prix des prairies fleuries.

Le Concours Général Agricole des Prairies Fleuries a pour objectif de récompenser, à travers un prix d’excellence professionnelle, les savoir-faire et la technicité des agriculteurs dont les parcelles présentent le meilleur équilibre agri-écologique dans différentes catégories de prairies de fauche et de pâture.

Plusieurs agriculteurs matheysins ont participé à ce concours dont la remise des prix s’est effectuée en présence, outre du maire de Pierre Châtel, André Villard, du président de Sitadel ( Sud Isère Territoire Agricole et Développement Local) Patrick Reynier-Poète, de Fabien Mulyk, vice Président du Conseil Départemental et de Marie Noëlle Battistel députée.

Le palmarès est le suivant:

- Prix spécial pédagogie: Myriam Herbst (Bergerie de la Pierre Percée) / La Motte d’Aveillans

- prix paysage: Laurence Ruelle (SCEA de l’Ederan) / Cholonge

- prix apicole: Jean-Marc Machtelinkx / Saint Honoré

- prix jeune: Adrien Ravanat / Cholonge

2ème prix: Jean-Pierre Curt (la ferme de Païon) / Saint Honoré

- premier prix: Françoise Rebeyend,(la ferme du Parc / Pierre-Châtel)

La ferme du Parc produit des bovins viande en agriculture biologique (20 UGB) sur environ 50 hectares de surface
fourragère, dont 24 hectares de prairies permanentes. Les animaux fréquentent également l’alpage collec+f du
Connexe.
La viande est quasiment totalement commercialisée en vente directe.
La parcelle partcipante au concours, d’une surface de 1,84 hectares, est située sous la Pierre Percée à 1170 m
d’altitude. Elle est fauchée en juillet/août.
Elle n’a pas fait l’objet d’un engagement en MAEC (hors zonage éligible).

La journée en images..





Catégorie agriculture, environnement, la vie des communesCommentaires fermés

c’est la fête du territoire

La fête du bleu est un moment privilégié pour que les agriculteurs, éleveurs rencontrent les élus, décideurs du Vercors mais même au delà.

Cela se passe pendant la journée inaugurale, le samedi, premier jour de la fête qui s’est déroulée à Sainte Eulalie en Royans.

De nombreux sujets ont été abordés comme celui du retard des paiements des aides, du loup bien entendu, du non remplacement des agriculteurs qui prennent leur retraite, avec comme conséquence la chute de la production de lait, des aléas climatiques, de la valorisation des produits locaux…,et bien entendu l’actualité du territoire du Parc du Vercors avec en particulier la fête du bleu.

AD

Jacques Adenot, Président du Parc Naturel Régional du Vercors faisant une intervention remarquée.

 » La fête du bleu dont c’est la 17ème édition cette année est devenue la fête de notre territoire, celui du Parc Naturel Régional du Vercors.. Notre syndicat mixte tient à cette fête, à ce qu’elle se déroule tous les ans, car elle permet de mettre en avant notre agriculture qui est le socle de notre territoire. »

Jacques Adenot a rappelé que les agriculteurs  » ne font pas que de l’agriculture » mais ils préservent le territoire et la biodiversité, ils protègent les paysages, développent des produits et services de très grande qualité au service du tourisme, de l’économie et de la vie locale et rurale.

Une activité agricole qu’il faut donc maintenir..soutenir…conforter..

che Jacques Adenot a mis en avant le cheval du Vercors qui vient d’être répertorié race territoriale depuis peu mais aussi la Villarde de Lans  » vedette au salon de l’agriculture de Paris, la poule grise du Vercors,  » au plumage coucou »..

Il a également invité les visiteurs à partir à la conquête des produits  » très nombreux, variés, de qualité parmi lesquels outre le Bleu, le miel, plantes aromatiques et médicinales, fromages dont le St Marcellin, de chèvre, les noix…

Le Président du Parc a également invité l’assistance à découvrir le Vercors à travers ses richesses naturelles, ses activités toute nature, ses disciplines sportives …

Il a enfin eu un mot pour les enfants réunis au sein de l’opération graines d’éleveurs qui ont  » toute leur place dans cette fête familiale. »

Sans oublier les plus de 160 bénévoles, les partenaires , les associations, les collectivités,  la commune de Sainte Eulalie bien évidemment   » sans qui la fête du territoire, la fête du bleu Vercors Sassenage n’aurait pas lieu. »

Et elle a bien eu lieu et a connu un très beau succès populaire malgré des conditions météos délicates le dimanche après midi..

Catégorie bleu du Vercors Sassenage, foires et fêtes, parcsCommentaires fermés

Secheresse sur l’Isère

Placement département Isère en alerte sécheresse pour les eaux superficielles et souterraines
Le Préfet de l’Isère a décidé de placer en alerte tout le département de l’Isère pour les eaux superficielles et souterraines. Cette décision impose les restrictions suivantes sur les usages de l’eau :
Lire la suite …

Le Comité Départemental de l’Eau (CDE) rassemblant les services de l’Etat, Météo-France, les collectivités territoriales ainsi que les représentants des usagers de l’eau, s’est réuni de nouveau le 18 juillet 2017 sous la présidence de M. le préfet.

Du fait des faibles précipitations cet hiver qui n’ont pas permis leur recharge, les nappes phréatiques du département présentent des niveaux très bas pour la saison avec une tendance encore à la baisse. Aucune amélioration n’est constatée depuis ce printemps.

Les cours d’eau présentent également des niveaux très bas, certains sont à sec et mettent à mal la vie aquatique, et tous sont en dessous des moyennes saisonnières.

La situation s’est maintenue depuis ce printemps grâce à plusieurs épisodes pluvieux, d’intensité parfois forte, qui ont permis d’améliorer temporairement la situation des cours d’eau.

Du fait des températures supérieures à la normale, l’humidité des sols présente une évolution à la baisse, malgré ces épisodes pluvieux.

Les prévisions météorologiques annoncent le maintien de fortes températures et peu de pluviométrie (orages localisés) pour la semaine à venir.

Le Préfet de l’Isère a décidé de placer en alerte tout le département de l’Isère pour les eaux superficielles et souterraines. Cette décision impose les restrictions suivantes sur les usages de l’eau :

  • baisse de 15 % des prélèvements agricoles autorisés pour l’irrigation
  • déclenchement du niveau 1 du plan d’économie d’eau des industriels (installations classées pour la protection de l’environnement)
  • renforcement du suivi des niveaux des captages et des forages d’eau potable, transmission des données à l’administration,
  • interdiction du lavage des voitures hors stations professionnelles,
  • interdiction du remplissage des piscines de plus de 5 m³ à usage privé,
  • interdiction de fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert,
  • interdiction d’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément, des golfs, et des stades et espaces sportifs de 6h à 20h.

Les usages non prioritaires de l’eau à partir du réseau d’eau potable peuvent être limités par arrêté municipal.

Afin de soulager la ressource et de retarder un éventuel renforcement des restrictions, chacun est appelé à une gestion économe de l’eau que ce soit à partir des prélèvements dans les cours d’eau, les nappes ou les réseaux de distribution d’eau publics, et cela sur l’ensemble du département.

D’autre part, il est rappelé à toutes les personnes les risques accrus d’incendie dans cette période sèche. La vigilance de tous est nécessaire.

Chaque citoyen et chaque usager se doit d’être vigilant et faire preuve de civisme dans sa consommation quotidienne d’eau pour éviter de porter atteinte à la ressource en eau et aux milieux aquatiques, biens précieux pour tous les usagers.

Catégorie Département de l'Isère, environnement, questions d'actualitéCommentaires fermés

Le Parc du Vercors en fête du …. Bleu !

Depuis 2001, la Fête du Bleu est organisée chaque année sur
un village différent du Parc naturel Régional du Vercors.

Cette année c’est Sainte Eulalie en Royans qui sera à l’honneur ces 29 et 30 juillet..

Durant deux jours, c’est tout un territoire qui s’ouvre aux 25
000 visiteurs de la fête pour un voyage envoûtant, une
histoire à vous raconter : celle du Vercors et de son AOP
Bleu du Vercors-Sassenage, de son agriculture, mais aussi de
son terroir et de ses savoir-faire.

Vitrine d’une agriculture de qualité
« A la croisée des papilles gourmandes » thème de la 17ème édition, mettra à l’honneur les produits du
Vercors : sous le signe des AOP (du Bleu du Vercors-Sassenage, de la Noix de Grenoble et de la
Clairette de Die), de l’IGP du St Marcellin et des labels (Marque Parc), vos papilles s’égailleront tout au
long du grand marché des producteurs fermiers et des AOP invitées.

Savoir-faire agricoles et artisanaux : partage et transmission
De nombreuses démonstrations et animations seront proposées
par les exposants de la Fête : distillation de lavande, pressage de
noix, fabrication des fromages, travail du cuir… Des moment
d’échanges et d’expérience à ne pas manquer !

Parrain d’honneur, nous
accueillerons Pierre Ballouhey,
dessinateur d’humour et illustrateur
de Presse française, natif de St
Marcellin. Dédicace, dessin en live,
vous pourrez échanger avec lui sur
le stand des Auteurs

AU PROGRAMME

Des animations seront en continues, le samedi 29 et dimanche 30 juillet de 9h à 18h. Plusieurs espaces de restauration seront disponibles.
  • Animation de Plein air / Enfant : avec du biathlon, VTT, fatBike, tour de train par les Mini-trains-Lyonnais, ateliers créatifs et scientifiques pour les enfants, dinette géante et ateliers des saveurs proposées par Festijeux, balade à poneys (certaines animations sont payantes et proposées qu’un jour sur les deux jours)
  • Espace développement durable  : présence du Parc naturel Régional du Vercors, du CPIE Vercors et de nombreuses associations de nature et environnement (Beeppy, Fédération de la Chasse Drôme, les Centrales villageoises…)
  • Animation agricole : présence de la diversité des races agricoles avec la Poule Grise du Vercors, la Villarde, Cheval du Vercors Barraquand.. mais aussi les vaches Monbéliardes, Hérens, moutons et brebis… Sur le ring : spectacle de voltige équestre, comice agricole. Animation : traite des vaches et chèvres, tonte de moutons, battage à l’ancienne, exposition agricole et vieux tracteurs. Sous le chapiteaux savoir-faire : démonstration de fabrication de fromage, pressage de noix, distillation de lavande, travail du cuir
  • Animation festive et musicale : //Samedi 29 juillet : Bal dansant pour enfants à 16h, chanté par Thierry Dupuis ; Concert à partir de 18h – Moükti, trio féminin sur les airs Balkans, suivis de Lulu Maria et Quando avec leurs chansons festives Brésilienne, puis du quintet LMZG, qui viendront secouer les foules avec leur show Electro swing & Future funk. Bal dansant pour terminer la soirée du samedi. //Dimanche : animation musicale en journée par la Fanfare Echo de l’Argentelle, puis concert de SIGMA, groupe de folk rock à 18h.
  • Village de la diversité culturelle : la diversité culturelle représentée par les associations du Royans-Vercors ainsi que la présence du parrain de la fête, Pierre Ballouhey dessinateur humoristique de presse international. Un Espace « Autour du livre » rassemblera les auteurs du Vercors ou ayant écrit sur le territoir.
  • + de 50 exposants, producteurs fermiers et artisans du Parc du Vercors, sélectionnés pour leur savoirs-faire et leur produits de qualité, ainsi que de nombreux AOP/IGP invités
  • Des expositions photos et projections sur la diversité de l’agriculture, la biodiversité du Vercors…

Catégorie A la une, bleu du Vercors Sassenage, parcsCommentaires fermés

Prévenir les feux de forêt en Isère

Le préfet de l’Isère rappelle quelques obligations en matière d’entretien des espaces forestiers et les
conseils de prévention pour éviter les feux de forêts.

Que sont les feux de forêts et espaces boisés?
Un incendie de forêt ou d’espace boisé c’est :
• soit un incendie qui démarre et se propage au moins partiellement dans la forêt ou dans
d’autres terres boisées,
• soit un incendie qui démarre sur d’autres terres mais qui se propage à la forêt et à d’autres
terres boisées.
Généralement, la période de l’année la plus propice aux feux de forêt est l’été, car aux effets
conjugués de la sécheresse et d’une faible teneur en eau des sols, viennent s’ajouter les travaux en
forêt et la fréquentation du public.
Comment surviennent-t-ils ?
Pour se déclencher et progresser, le feu a besoin des trois conditions suivantes :
• une source de chaleur (flamme, étincelle). Très souvent l’homme est à l’origine des feux de
forêts par imprudence, accident ou malveillance (travaux agricoles et forestiers, cigarettes et
artifices, barbecue, dépôts d’ordures…) ;
• un apport d’oxygène (le vent active la combustion) ;
• un combustible (la végétation). Le risque de feu est lié à l’état de la forêt (sécheresse,
disposition des différentes strates, état d’entretien, densité, relief, teneur en eau…) ainsi qu’à
l’essence forestière elle-même (chênes, conifères…).
Quels sont les risques dans le département ?
L’Isère n’est pas un département à risque élevé en matière de feux de forêts, par rapport au sud de
la France. Cependant le risque est réel : avec plus de 290 0000 hectares de forêts, il est un
département très boisé. De plus, certaines forêts ont une fonction de protection contre les risques
naturels et doivent être préservées de la menace incendie.
Le Schéma Départemental d’Analyse et de Couverture des Risques (SDACR) et le Dossier
Départemental sur les Risques Majeurs (DDRM) ont permis d’établir un tableau des aléas feux de
forêt. Ce risque théorique s’appuie sur l’importance des surfaces boisées par commune et la nature
des essences forestières dominantes.
Quelles sont les mesures prises dans le département ?
En matière de prévention, l’arrêté préfectoral du 28 avril 2017 impose des prescriptions émanant du
code forestier, notamment :
• les contraintes d’incinération à proximité des bois et forêts ;
• les périodes d’interdiction d’usage du feu à l’intérieur et à moins de 200 mètres des bois et
forêts ;
• les dispositifs de sécurité imposés aux véhicules circulant en forêt ainsi qu’aux matériels
thermiques utilisés.
À partir du 15 juin et jusqu’au 15 septembre, il est interdit de porter et d’allumer du feu, de
fumer, de jeter des mégots et tous objets en combustion à l’intérieur et à moins de 200
mètres des bois et forêts.
Pour plus d’informations, l’arrêté préfectoral du 28 avril 2017 est disponible sur le site des services
de l’État en Isère : www.isere.gouv.fr
Que doit faire la population ?
En anticipation :
• Connaître les chemins et les accès de fuite ;
• Aménager sommairement les points d’eau naturels permanents pour permettre le
ravitaillement des engins d’incendie (après concertation avec le Service Départemental
d’Incendie et de Secours) ;
• Débroussailler les abords des maisons plus particulièrement dans les communes classées à
risque d’incendie

– télécharger la plaquette sur le débroussaillement
http://www.isere.gouv.fr/Politiques-publiques/Agriculture-foret-et-developpementrural/
Foret/Prevention-contre-les-incendies-de-forets


Pendant un sinistre :
Tout témoin d’un début d’incendie doit :
• Appeler les sapeurs-pompiers au 18 ou 112 ;
• se positionner en dehors du panache de fumée ;
• Attendre et guider les secours vers le sinistre ;
• Assurer la protection de ses bâtiments avec ses propres moyens (arroser les avanttoits,
les portes et les volets ). Dans les endroits les plus sensibles, des points d’eau
ont été installés.
• Ouvrir les portails et accès fermés à clef ;
• Fermer les bouteilles de gaz ;
• Ne jamais chercher à fuir à travers les bois.

Catégorie environnementCommentaires fermés

Global Food Forum: et maintenant?

Le Global Food Forum qui s’est déroulé sur le plateau du Vercors a connu un beau succès, tant par sa fréquentation que par la qualité des débats. A cela peut se rajouter une organisation sans faille malgré sa complexité.

le Parc naturel régional du Vercors a donc accueilli le Global Food Forum. Il a réuni à Lans en Vercors  décideurs européens, dont le commissaire Phil Hogan,  responsables économiques, agriculteurs et citoyens pour une journée d’échange et de réflexion sur l’Europe et l’avenir de la Politique agricole européenne pour les zones fragiles.

Il est temps de faire le point avec Jacques Adenot, Président du Parc Régional Naturel du Vercors.

Sans titre 2

Ce dernier c’est dit satisfait que Phil Hogan, qui a tenu à visiter une exploitation agricole du Plateau a  » écouté nos messages concernant l’agriculture de moyenne montagne et particulièrement celle de notre territoire qui est une agriculture familiale favorisant les circuits courts. Il a aussi admis que les prix payés aux producteurs doivent être négociés afin qu’ils puissent vivre de leur métier. »

Et de poursuivre: » il nous a rassuré en nous affirmant qu’il allait en informer la commission européenne et en confirmant que lors de la prochaine réforme de la PAC, les territoires de montagne, leurs spécificités seraient mieux pris en compte car ils jouent un rôle majeur au niveau de la durabilité, économique, environnemental »

Pour Jacques Adenot les discussions, débats qui se sont succédés au Global Food Forum auront une suite:  » c’est certain ».

 » Un compte rendu des interventions, ateliers et de la synthèse sera disponible. Nous allons faire le tour du territoire,  rencontrer  les acteurs et les agriculteurs pour  faire le point avec eux et les associer aux projets qui verront le jour. Ils sont des acteurs incontournables ».

Ensuite sera mise une démarche expérimentale sur le territoire avec l’appui d’un groupe de pilotage. Ceci en totale concertation avec les agriculteurs, le Parc, Farm Europe et le député européen Michel Dantin qui servira de relais.

Le cadre de cette démarche expérimentale est simple précise Jacques Adenot:  » il s’ agit que l’agriculteur tire un revenu  » sécurisé » de sa production. Cela passe par une meilleure valorisation des produits et par un revenu minimum en cas de problème météo, sanitaire… »

La démarche va bien au delà:  » il faut que l’agriculteur tire un revenu de son métier, sans aides. Par contre lorsqu’il effectuera des tâches annexes du style entretien du territoire, environnementales..il soit rémunéré. « 

Cela passe aussi par des négociations avec les GMS afin que celles ci payent le producteur au prix le plus juste.

Et Jacques Adenot de lancer:  » il faut dire halte à l’assistanat en agriculture.. » Et de rajouter:  » cela doit concerner les filières traditionnelles mais pas que.. » Et de citer certaines niches comme les plantes aromatiques, miel, fromages de chèvre… et toutes productions qui offrent de la diversification.

Si ces quelques pistes fonctionnent, le Président du Parc du Vercors espère que  » d’autres Parcs appliquent ces méthodes et que celles ci soient inclues dans la modification de la règlementation européenne. »

Jacques Adenot se dit confiant dans la réussite de ce projet.  » Nous avons une large majorité d’agriculteurs qui le soutiennent..qui sont même demandeurs..Ca ne peut que marcher. »

Catégorie Union européenne, parcsCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+