Archive | environnement

Parc du Vercors,Grenoble-Alpes Métropole unis dans: “Territoire à Energie Positive et Croissance Verte”

Jacques ADENOT, Président du Parc naturel régional du Vercors et Christophe FERRARI, Président de Grenoble-Alpes Métropole ont lancé le 4 mai dernier  une démarche commune baptisée “Territoire à Energie Positive et Croissance Verte” ou TEpos-CV, en mairie de Fontaine en présence de nombreuses
personnalités.

Le Parc du Vercors et Grenoble-Alpes Métropole reconnus et labellisés « Territoire à
Energie Positive pour la Croissance Verte » par l’Etat avec TEPCV* et par la Région
Rhône-Alpes Auvergne avec TEPOS* en 2016, s’engagent mutuellement en faveur de
la transition énergétique et écologique. Ce partenariat en faveur de la transition
énergétique intègre pleinement les choix de vie des habitants du Vercors et de la
métropole mais aussi des nouveaux enjeux liés au changement climatique, tout en
témoignant des liens forts entre la ville et la montagne, dans une complémentarité
de services, de ressources et de milieux.
Le programme commun 2017-2020, englobe 5 thématiques : les mobilités, la
biodiversité, la filière bois-énergie, la réduction de la pollution lumineuse et les
énergies renouvelables.
Des actions concrètes par territoire, telles qu’un Plan lumière pour la métropole, la
rénovation d’une chaufferie bois et l’extension d’un réseau de chaleur pour le Parc
du Vercors ou encore des actions communes comme un dispositif d’auto-stop avec
une signalétique connectée et un projet de stockage-séchage de bois de
chauffage, verront le jour sur ces deux territoires fortement impliqués en faveur de
la transition énergétique.
L’Etat et la Région Rhône-Alpes-Auvergne soutiennent cette collaboration
conjointe à hauteur de 2 millions d’euros (investissement) et 100 000 euros
(ingénierie).

- TEPCV est une reconnaissance de l’Etat de l’engagement des territoires dans une
démarche de transition énergétique.
- TEPOS est une reconnaissance régionale des territoires qui les engagent à produire autant d’énergie qu’ils n’en consomment d’ici 2050.

Le lancement de ce partenariat s’est officialisé à Fontaine. Choix judicieux puisque Fontaine  est ville porte du Vercors, membre de la Métro, adhérente au Parc Naturel Régional du Vercors … » Nous sommes au coeur de cette démarche qui doit être une mobilisation citoyenne, nous sommes concernés et sommes preneurs de toute initiative environnementale.. » a précisé Jean Paul Trovéro, maire de Fontaine.

Jérôme Dutroncy, adjoint au maire et vice président de la Métropole c’est réjouit de cette démarche  » de longue haleine, qui demande la mobilisation de tous. C’est un projet de territoire et il faut bien garder en mémoire que si rien n’est fait ce territoire aura un tout autre visage dans les prochaines années, réchauffement de la planète oblige.. »

Jacques Adenot, président du parc naturel régional du Vercors a rappelé que  » le Parc est au service du territoire et que nous devons tout mettre en oeuvre pour le protéger, assurer son avenir.. Nous prônons une approche territoriale de l’énergie qui valorise les besoins et les richesses locales. Tous les projets 20170504_172821allant dans ce sens auront l’appui du Parc..Bois énergie, centrales villageoises, modes de déplacement, cuisiner local, valorisation des produits du Vercors…nous sommes mobilisés avec l’ensemble des acteurs de notre territoire pour mener à bout cette démarche ambitieuse qui consiste à ce que le Vercors produise autant d’énergie qu’il en consomme en 2050… »

Virginie Pfanner, vice présidente à la région et au Parc a souligné : » la région est leader dans cette démarche et que celle ci ne peut se mettre en place qu’avec une mobilisation des collectivités, des entreprises et des citoyens.. Cette initiative dynamise l’esprit d’innovation mais aussi l’économie, l’emploi.. »

Christophe Ferrari, président de Grenoble-alpes-Métropole s’est dit  » ravi que cette démarche soit collective et concerne  » deux territoires complémentaires: le Parc du Vercors et l’agglo. Nous devons monter des actions collectives afin de réussir la transition énergétique, c’est indispensable, vital pour notre avenir et celui de nos enfants.. Il faut savoir que si les températures continuent d’augmenter, notre environnement et nos forêts auxquels nous sommes tant attachés n’auront plus du tout le même visage. »

20170504_174229

De gauche à droite, Jean-Paul Trovero, maire de Fontaine, Christophe Ferrari, président de la Métropole, Jacques Adenot, président du PNRVercors et Virginie Pfanner, vice présidente de la Région.

Et de poursuivre: la Métro est un espace d’innovation avec en particulier 4500 logements qui ont été rénovés grâce à l’opération Mur/Mur.  » Certains particuliers ont vu leur facture de chauffage baisser de25 à 30%. Nous avons l’ambition de faire bénéficier de cette opération Mir/Mur 4000 propriétaires supplémentaires d’ici 2022.. » A préciser cela a permis de ne pas rejeter 6000 tonnes  de CO2 dans l’atmosphère..

Le processus est engagé et bien engagé..


Catégorie La Métro, parcs, planète TerreCommentaires fermés

Publication du décret relatif à la lutte contre l’ambroisie

Plante invasive et fortement allergène, l’ambroisie est devenue un véritable fléau aussi bien pour les 13% de la population sensible à son pollen, que pour les agriculteurs dont les cultures sont impactées.

Mobilisé depuis de nombreuses années pour sensibiliser les décideurs et le grand public à l’ambroisie et aux autres espèces invasives, le Comité parlementaire se félicite de la publication du décret n° 2017-645 du 26 avril 2017 relatif à la lutte contre l’ambroisie à feuilles d’armoise, l’ambroisie trifide et l’ambroisie à épis lisses.

Ce décret définit différentes espèces d’ambroisie comme des espèces dont la prolifération constitue une menace pour la santé humaine et fixe les modalités de prévention et de lutte contre ces espèces, à l’échelle nationale et locale.
La publication de ce décret est une étape importante qui rappelle la nécessité d’une politique publique ambitieuse et déterminée pour agir sur tous les plans : anticipation, prévention, sensibilisation, lutte.

Par ailleurs, il est indispensable que les agriculteurs puissent disposer de tous les outils nécessaires à la maitrise efficace de cette plante invasive. Cela est particulièrement important pour les producteurs de tournesol pour lesquels la gestion de l’ambroisie est tout particulièrement délicate.

Comme ces deux plantes appartiennent à la même famille botanique, les solutions de désherbage disponibles et efficaces sont peu nombreuses.

De manière plus générale, avec des impacts sur la biodiversité, la santé et l’économie, les enjeux liés aux espèces invasives sont considérables.

La coordination de la lutte est une nécessité pour contrôler TOUTES les espèces invasives : Datura, Berce du Caucase, Renouée du Japon, Orobanche, Jussie. Scientifiques, collectivités locales, industriels, ONG, agriculteurs, gestionnaires des espaces verts, patients, jardiniers amateurs, citoyens, etc., tous sont concernés.

Catégorie environnementCommentaires fermés

Le département de l’Isère est placé en vigilance sécheresse

Le Comité Départemental de l’Eau (CDE) s’est réuni le 14 avril 2017 pour avis sur la situation de la ressource en eau du département.

L’hiver a été particulièrement sec dans les Alpes du Nord suivi d’un printemps précoce et très chaud. Le déficit pluviométrique est globalement de 40 % sur le département et les stocks de neige sont déjà nuls à des altitudes inférieures à 2000 mètres. Tous les bassins sont extrêmement déficitaires y compris les massifs montagneux intérieurs à l’exception du Dévoluy et de la Haute Romanche qui ont bénéficié de retours d’Est durant l’hiver.

La situation des cours d’eau est globalement en dessous des moyennes saisonnières avec une tendance à la baisse depuis plusieurs jours du fait de l’absence de précipitations et du démarrage précoce de la végétation.

Les quelques précipitations annoncées pour les prochains jours ne devraient modifier que très temporairement cette situation.

Globalement les nappes ne se sont pas rechargées comme attendu au cours de l’automne et de l’hiver passés. La tendance depuis plusieurs mois est à la baisse alors que l’on devrait constater à cette saison la fin de la recharge voire une amorce de décharge. Les nappes sont à des niveaux proches de la moyenne à très bas pour la saison.

A l’issue de cette consultation, le Préfet de l’Isère place en vigilance tout le département de l’Isère pour les eaux superficielles et souterraines. Cette décision n’impose pas de restriction particulière sur les usages de l’eau mais doit inciter chacun à une gestion la plus économe possible de la ressource.

Eu égard à l’évolution de la situation pour les semaines à venir, le CDE pourra être amené à se réunir prochainement et à prendre éventuellement des mesures de restriction en matière de consommation d’eau.

Aussi, il est demandé à chacun une gestion économe de l’eau (remplissage des piscines, arrosage, bains, lavages divers…) que ce soit à partir des prélèvements dans les cours d’eau, les nappes ou à partir des réseaux de distribution d’eau publics, et cela sur l’ensemble du département.

Chaque citoyen doit d’être vigilant et faire preuve de civisme pour éviter de porter atteinte à la ressource en eau, bien précieux pour tous les usagers.

Catégorie environnementCommentaires fermés

Alpipro: rendez vous des acteurs de la montagne

Avec plus de 200 exposants et marques – et 2 000 visiteurs attendus – Alpipro rassemblera,  les 20 et 21 avril au parc des Expositions de Chambéry, pour sa 4ème édition, la filière professionnelle de l’économie de la montagne et des stations de ski.
L’édition 2017 du salon affiche complet et confirme la force de l’événement : Alpipro est devenu un rendez-vous incontournable où les acteurs de la montagne font un point en fin de saison et préparent techniquement et stratégiquement l’hiver suivant. Le succès du salon tient autant à son ambiance conviviale qu’à la qualité des échange entre professionnels. Plus de 200 exposants et marques, fournisseurs des domaines skiables, présenteront aux exploitants, décideurs et élus des stations de montagne, leurs innovations en termes de matériel, de services et de savoir-faire contribuant à l’aménagement et au développement de la montagne hiver comme été : remontées mécaniques, enneigement, déneigement et viabilité hivernale, engins de damage, entretien des pistes de ski, sécurité des domaines skiables, contrôles d’accès, signalétique et systèmes d’information, travaux en montagne, transports, équipements de loisirs, gestion de l’immobilier touristique, etc.
Aujourd’hui, Alpipro poursuit sa croissance avec le déploiement, en parallèle, d’un nouveau salon, Digital Montagne, qui élargit l’approche à la dimension marketing touristique des stations.
Digital Montagne, premier rendez-vous spécifique intégralement consacré au digital et aux professionnels du tourisme en montagne
Avec 80 exposants – dont une vingtaine de start-up – pour sa première édition, le nouveau salon proposera aux professionnels du tourisme en montagne une multitude d’opportunités pour transformer les nouvelles techniques en nouvelles offres touristiques. Le digital au service de l’expérience client : les innovations présentées à Digital Montagne visent un même objectif, permettre à l’usager d’améliorer et de personnaliser son séjour en montagne selon ses envies, ses priorités, ses contraintes de temps, de budget.
Le digital, avec ses outils, ses services, ses applis, transforment l’expérience du touriste en montagne en apportant simplicité, rapidité, assurance, autonomie, économie. Digital Montagne apportera aux professionnels du tourisme des solutions pour exploiter au mieux ces nouvelles opportunités afin d’améliorer leurs offres et leur capacité à répondre aux attentes et usages nouveaux.
Les Assises Nationales de la Transformation Digitales des Stations de Ski et du Tourisme en Montagne
Les Assises, ainsi que les Ateliers Experts Digi-Solutions, enrichiront l’offre « solutions » des salons Alpipro et Digital Montagne. Elles élargiront cette année leur audience à l’ensemble de l’éco-système des stations et seront présidées par Charles-Ange Ginesy, président de l’ANMSN et Pierre Lestas, président de DSF. L’objectif des Assises sera de valoriser auprès de tous les acteurs de la station les enjeux du digital, le potentiel économique que les outils digitaux peuvent générer et les inciter à créer une véritable alliance touristique autour du projet marketing de la station.
Les Digital Mountain Awards 2017
Organisées dans le cadre du salon Digital Montagne, les Digital Mountain Awards récompensent les initiatives et investissements dédiés à la transformation digitale des stations de ski réparties dans 4 catégories :
• Award économie de l’expérience client
• Award Innovation produit/service B to B
• Award Innovation produit/service B to C
• Award Social Média

Les Digital Mountain Awards seront remis le 20 avril 2017 à Chambéry lors d’une cérémonie organisée à l’occasion des salons Digital Montagne, Alpipro et des Assises Nationales de la Transformation Digitale des Stations de Ski et du Tourisme en Montagne en présence des représentants de l’Association Nationale des Maires des Stations de Montagne, de Domaines Skiables de France, du CRT Auvergne Rhône Alpes, France Montagnes, FFS, Savoie Mont Blanc Tourisme, la presse et tous les partenaires de Digital Montagne.

www.alpipro.com
www.digitalmontagne.com

Catégorie montagneCommentaires fermés

Comment gérer nos déchets ? À vous de voter !

Dans l’agglo grenobloise, trop souvent nos poubelles débordent ! Jusqu’au 16 avril, donnez votre avis en ligne sur le meilleur scénario proposé pour définir la gestion de nos déchets dans les années à venir.

En 40 ans, nos poubelles ont doublé de volume : chaque seconde, c’est 7 kg de déchets qui sont produits dans la métropole, soit 600 tonnes par jour…

Engagée dans un programme de réduction depuis 2014, la Métropole prépare l’avenir en imaginant de nouvelles solutions pour mieux gérer nos déchets à travers un schéma directeur 2020-2030. L’objectif : faire évoluer sa stratégie de gestion des déchets (réduction, collecte, tri et valorisation) vers une politique de proximité plus innovante.

La Métropole souhaite construire cette démarche avec vous, qui êtes concernés au quotidien par ce service public.

À l’issue d’une 1ère phase de concertation en fin d’année, près de 400 contributions ont permis de définir trois scénarios, plus ou moins ambitieux quant aux objectifs environnementaux et économiques, à l’implication des usagers et aux moyens à mettre en œuvre par la collectivité.

Donnez votre avis sur ces scénarios jusqu’au 16 avril 2017 sur participation.lametro.fr. Le scénario retenu sera soumis au vote du conseil métropolitain à l’automne 2017.

Catégorie La Métro, déchetsCommentaires fermés

Parc des Ecrins: marque « Esprit parc national »

La marque « Esprit parc national » est commune aux acteurs économiques des 10 parcs nationaux français. Elle bénéficie d’une promotion par le Parc national et d’actions de communication nationales portées par les Parcs nationaux de France, afin de faire connaître les produits marqués des différents territoires.

mosaiqueproduitsespritparc- © Carlos Ayesta - Bertrand Bodin - photothèque du Parc national des Écrins

Deux nouvelles filières rejoignent la démarche : les produits artisanaux et les services de restauration (auberges, fermes-auberges, bistrots, etc), après le lait et les produits laitiers.

Parallèlement, les candidatures sont actuellement reçues pour certains produits agricoles : la viande, les fruits, les légumes et les plantes.

Les hébergements, les refuges et les visites de sites peuvent également postuler.

Tous les détails, sur le site internet du Parc national des Ecrins

http://www.ecrins-parcnational.fr/actualite/8-appels-candidatures-marque-esprit-parc-national

Contexte :

Les Parcs nationaux français ont créé en 2015 la marque collective « Esprit parc national ». Elle est conçue pour soutenir et valoriser les activités économiques touristiques et agricoles s’inscrivant dans le respect et la valorisation des patrimoines locaux des parcs nationaux.

Dans les Écrins, les hébergements, les sorties de découverte accompagnées, le miel et les produits de la ruche sont les trois filières qui ont été mises en place dès la création de la marque. Progressivement, d’autres produits agricoles et services touristiques rejoignent la démarche.

Aujourd’hui, 95 sorties de découverte sont rassemblées sous la bannière Esprit parc national dans les Écrins,  proposées par une vingtaine de structures fédératrices d’accompagnateurs en montagne et de guides de haute montagne.
L’Esprit parc national dans les Écrins, c’est aussi : 11 apiculteurs et une vingtaine de produits de la ruche (miel de haute montagne ou de pissenlit, pollen, gelée royale…), 19 hébergements en vallée (gites, gites d’étape et chambres d’hôtes), 4 refuges, 1 site de visite, 11 producteurs/transformateurs de fruits, légumes et/ou plantes issues de cueillette et 4 éleveurs ovins.

Les trois dernières filières invitées à rejoindre la démarche concernent le lait et les produits laitiers, les produits artisanaux et les services de restauration.

La viande ovine, caprine, bovine et équine (transformée ou non) : candidatures possibles jusqu’au 23 avril 2017
Le lait de chèvres, de brebis et de vaches et les produits laitiers : candidatures possibles jusqu’au 23 avril 2017
Les produits issus de l’artisanat : candidatures possibles jusqu’au 31 mai 2017
Les hébergements (chambres d’hôtes, gîtes, gîtes étape, hôtels, etc.) : candidatures possibles jusqu’au 31 mai 2017
Les refuges et hébergements isolés : candidatures possibles jusqu’au 31 mai 2017
La restauration (auberges, fermes-auberges, bistrots, etc.) : candidatures possibles jusqu’au 31 mai 2017
Les visites de sites (musées, monuments, jardins botaniques, etc.) : candidatures possibles jusqu’au 31 mai 2017
Les fruits, légumes, champignons et plantes issues de la cueillette (bruts ou transformés) : candidatures possibles jusqu’au 15 juin 2017

Catégorie parcsCommentaires fermés

Vivement l’année prochaine!

Les abords de la Coupole mais aussi tout Villard de Lans ont vécu un week-end de folie » rythmé par la coquille St Jacques. On annonce la venue à la fête de la coquille St Jacques de près de 30 000 personnes. Fort possible.

La seule certitude est que le cap des 30 tonnes de coquilles St Jacques a été atteint, même dépassé.

Sous le chapiteau qui n’a pas désempli, les chefs nous ont régalé en préparant les coquilles de multiples façons..Un vrai régal!

Dégustations, intronisations, animations diverses dont beaucoup de musique ont rythmé cette journée de dimanche.

Le mot de la fin revenant à Claude Ruel, président de l’association cuisines et passion en Vercors, organisatrice de la fête. « 

Cette neuvième édition est l’édition de tous les records, avec plus de trente tonnes de coquilles vendues. Cette fête nous demande des mois de travail car l’organisation est assez lourde. Mais le succès est là et nous encourage déjà pour organiser la fête de l’année prochaine qui s’annonce grandiose. On fêtera le 10ème anniversaire de ce rendez vous unique entre la mer et la montagne. Un anniversaire qui sera plein de surprises, de nouveautés…  » Rendez vous donc en mars 2018… Les 35, 40 tonnes seront elles d’actualité? Sans doute..

Voici le diaporama de la matinée de dimanche

Catégorie loisirs/détente, montagne, pêcheCommentaires fermés

Politique régionale pour l’énergie et l’environnement

1

Catégorie environnement, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Vallée de l’Arve: rendez vous manqué!

Les vice-présidents de la Région Auvergne Rhône-alpes, Martial SADDIER, délégué à l’Economie Patrick MIGNOLA, Eric FOURNIER,  délégué à l’Environnement réagissent suite à la visite de Ségolène Royal dans la Vallée de l’Arve.

 » Les annonces formulées par Mme ROYAL confirment que ce
dossier ne fait pas partie de ses priorités. Alors que la Région
s’engage à hauteur de 45 millions d’€, l’Etat limite son intervention
au minimum.
Le ferroviaire est également le grand absent des annonces de
Ségolène ROYAL. Malgré les demandes très précises des habitants de
la Vallée de l’Arve sur la ligne Saint-Vallorcine, notamment sur les
questions de cadencement, la ministre n’offre aucune réponse. Pas
plus qu’elle n’en offre sur la ligne de la Vallée de l’Arve. Aucuns moyens
supplémentaires sur le fret ferroviaire. Rien.
Quant aux TER circulant au gaz naturel, Ségolène ROYAL se contente
d’une expérimentation.
Au fond, la ministre ne reprend que des dispositifs déjà existants en
les agglomérant.
Ce ne sont que des annonces, sans moyens, sans ambitions.
A deux mois de son départ du gouvernement, Ségolène Royal a
manqué son rendez-vous avec les habitants de la Vallée de l’Arve.
Nous demandons à l’Etat qu’il triple son engagement. On attendait
de Mme Royal autre chose. »

Catégorie environnement, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Vallée de l’Arve: un plan de 45 M€.

Sans titre1Sans titre2Sans titre3Sans titre 4

Catégorie environnement, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

mai 2017
L Ma Me J V S D
« avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+