Tag Archive | "noix de Grenoble"

La noix de Grenoble et le cancer…


Ce n’a plus rien à comprendre… Des études sérieuses démontrent que manger une poignée noix de Grenoble par jour est  excellent pour la santé et prévient même des risques de cancer..seins, côlon, prostate..

Très récemment le Professeur Raoul Payan chirurgien gynécologue de Grenoble affirmait que les risques de cancer du seins étaient plus élevés si on habitait proche des noyeraies et de culture de maïs.

Le Professeur Payan ne se basant que sur un questionnaire médical soumit à ses patientes atteintes du cancer du sein.

Il met en cause les pesticides utilisés.

Nous avons voulu en savoir plus auprès de la filière noix de Grenoble en rencontrant Yves Renn président de Coopenoix.

Il a d’entrée confirmer les bienfaits de la consommation de la noix de Grenoble sur la santé,  » de nombreuses études sérieuses le prouvent  » et de préciser: les cerneaux de noix ne contiennent aucun résidu de produit phytosanitaire, de pesticide. Ils sont protégés par le brou et les derniers traitements se font bien en avant de la période de récolte. En effet ils se font fin août et la récolte démarre fin septembre..de plus la quantité épandue est minime et à mettre en relation avec la masse végétative très volumineuse que représentent  les branches, les feuilles et les noix des arbres .

Yves Renn pense que cette étude  n’est rendue publique uniquement pour servir de vecteur médiatique..  » On a parlé des abeilles et l’utilisation d’insecticides utilisés dans les cultures, les néonicotinoïdes. Leur utilisation est désormais interdite .. Il fallait trouver autre chose! »

Il est d’autant plus surprenant que le professeur Payan associe la culture des noix et celle du maïs..deux cultures très proches en sud Grésivaudan:  » le souci est que les pesticides utilisés en noyeraies n’e sont pas le même que ceux utilisés pour le maïs, « comprenne qui pourra.

Comprendra également qui pourra car chacun sait que le cancer, dont celui du sein  » est muti-factoriel.. » et le président de Coopenoix de faire un constat:  » comment peut-on dire que nos zones ou les pesticides ne sont utilisés que quelques jours par an sont plus cancérigène que les zones proches des usines, axes de communication..qui polluent 365 jours par an.. »

Yves Renn se pose aussi une question non dénuée de bon sens:  » pourquoi cette étude est parue pendant la période de pleine activité des nuciculteurs, en période d’élection à la chambre d’agriculture ou il y a un droit de réserve.. »

Ce genre d’information est bien entendu dommageable  » surtout de nos jours avec les réseaux sociaux et autres »..

La solution:  » que très vite la filière noix de Grenoble prenne connaissance de cette étude, l’analyse et qu’une étude officielle, approfondie faite par des chercheurs, techniciens neutres soit lancée » ..

Yves Renn attend ses conclusions avec une certaine sérénité..

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Coopenoix: faire face à la concurrence


L’ assemblée générale de Coopenoix s’est tenue sous la présidence d’Yves Renn en présence de nombreux producteurs.

Avec des conditions de récolte exceptionnellement favorables et avec une légère précocité, 7 500 tonnes de noix ont été collectées par Coopenoix et CT Noix en 2017-2018, soit 300 tonnes de moins que la récolte précédente.

Pour expliquer cette perte de récolte on retiendra une période de gel qui a frappé durement le Diois, privant les producteurs de cette zone de plus de 70 % de leur récolte.

Cela dit la récolte sur les autres zones est globalement satisfaisante et conforme aux prévisions de la filière, même si elle s’avère un peu moins importante que celle attendue par les producteurs.

Au chapitre de la qualité, notons que, avec 20 % des noix de calibre 32 mm et plus (contre 40 % certaines années) et un volume de 11 % de moins de 28 mm, les calibres des noix sont
plutôt moyens cette année. On notera des variations sensibles entre le nord et le sud des zones de production, essentiellement dues à des aléas climatiques dont des périodes de secheresse.

Chacun sait que Coopenoix vend 80% de ses apports à l’ exportation. Les productions et les prix pratiqués au niveau mondial sont donc très scrutés.

Le Chili, dont la production en 2017 a atteint 105 000 tonnes de noix de qualité et de bons calibres, a donné le départ de la saison en juin en rehaussant ses prix de vente de l’ordre de 20 centimes par rapport à l’année précédente.

À la différence de 2016 les Californiens avaient quant à eux davantage de stocks de report en septembre 2017.

De plus, les noix américaines sont arrivées sur le marché mi-novembre, soit avec une semaine de retard, en affichant un prix européen sensiblement identique à celui de l’année dernière. Un choix qui n’a pas empêché un net recul (- 25 %) des exportations des noix américaines dans le monde et qui devrait à nouveau aboutir à un stock de report à l’aube de la saison 2018.

Avec une production de 130 000 tonnes en 2018 dans un marché plus incertain et au vu des stocks américains, le Chili pourrait être amené à revoir son prix à la baisse pour la prochaine saison.

Contexte économique devient de plus en plus concurrentiel

Comme l’a souligné le président Renn le contexte économique devient de plus en plus concurrentiel et ce malgré une production française 2017 plutôt moyenne du fait d’un épisode de gel dans le Sud-Ouest.
En effet, entre une augmentation des importations en Europe des noix chiliennes dès le mois de juin et l’arrivée des noix américaines mi-novembre, notre fenêtre de commercialisation se réduit chaque année un peu plus. Il faut désormais convenir que la noix française, tant attendue sur le marché européen il y a de cela quatre ou cinq ans en début de saison, est aujourd’hui en partie remplacée par les noix chiliennes.

Malgré cette concurrence, Coopenoix a de bons résultats.

Même si la  consommation est stagnante, le niveau des expéditions de Coopenoix est satisfaisant, en particulier pour les calibres inférieurs à 30 mm. Les calibres supérieurs ont été aisément absorbés par les marchés italien, suisse et allemand.

Cela ne nuit pas à l’optimisme d’Yves Renn:  » Gageons que les années à venir nous conforteront davantage encore dans la pertinence de notre stratégie d’investissement qui maintient Coopenoix à la première place sur le marché européen de la noix française. » cela n’empêche pas coopenoix

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

L’ Isère honore son agriculture sur le Tour..


Pour la Treizième étape du Tour, le département de l’Isère a largement été à l’honneur.

En effet la caravane du tour a quitté Le bourg D’Oisans pour faire étape à Valence en passant par Grenoble.

Grenoble qui a de très fortes chances d’être ville étape du Tour en 2019. Ceci pour fêter les 100 ans du maillot jaune.

C’est en effet en 1919, lors du 13ème Tour de France qu’il a été décidé de distinguer le leader de la course avec un maillot jaune.

Maillot qui a été pis pour la première fois à Grenoble, au café de l’ascenseur, ou se tenait le départ de la onzième étape que le directeur du Tour Henri Desgranges remet le premier maillot jaune à Eugene Christophe.

Cela dit dans le cadre de l’opération les agriculteurs aiment le Tour, organisée conjointement par ASO et la FNSEA, la FDSEA de l’Isère s’est mobilisée à St Romans en proposant une fresque  représentant une main ( thème de l’opération) qui a mis en avant le Bleu du Vercors Sassenage  qui fête ses 20 ans d’AOP et la noix  de Grenoble ses 80 ans d’AOP.

fd

Les agriculteurs profitant de l’occasion pour mettre en avant le nouveau label départemental: Alpes is Here mais en le transformant en agri is here..

A noter qu’au départ de l’étape Bernard Thévenet s’est vu remettre un bleu du Vercors Sassenage.

Catégorie A la uneCommentaires fermés

La noix de Grenoble fête les 80 ans de son AOP..


La noix de Grenoble AOP fête en cette année 2018 les 80 ans de sa reconnaissance en produit d’appellation d’origine protégée. Une journée consacrée à cet anniversaire a été organisée dernièrement à Chatte en présence de nombreux élus, personnalités, représentants de diverses structures, partenaires..

S’il y a une structure qui est indispensable au sein de la filière noix de Grenoble, c’est bien Coopenoix.

Crée en 1929, la coopérative commercialise 40 % des noix de Grenoble, 80% des vergers des producteurs sont en AOP et 80% des volumes produits sont destinés à l’export.

Rencontre avec Yves Renn président de Coopenoix.

reenYves Renn regrette que lors de la journée consacrée à la noix de Grenoble,  »  » On a certes abordé le passé, évoqué le présent mais pas assez l’avenir. On aurait du se poser la question: quid de la noix de Grenoble dans 20 ans..ou plus. »

Yves Renn entre de suite dans le vif su sujet:  » Nous devons constater et agir sur le fait que les superficies consacrées à la culture de la noix de Grenoble stagnent. Partis de ce constat on doit reconnaître que les volumes stagnent aussi. « 

Ce problème provient de plusieurs paramètres: il y a de moins en moins de foncier à cause en particulier à une emprise urbaine de plus en plus forte, c’est indéniable. Autre souci: la diversification.  » Certains producteurs plantent d’autres variétés qui sont hors AOP afin d’obtenir de meilleurs rendements, une production plus rapide.. »  C’est une gestion à court terme qui risque de mettre en péril notre AOP Celle ci sdoit se conjuguer avec le long terme.  » Pour  Yves Renn parier sur la Fernor, pourquoi pas mais cette variété entrerat-elle un jour dans les variétés éligibles pour l’AOP, rien n’est moins sûr. « 

Le président de Coopenoix s’insurge contre l’idée d’avoir moins d’apports permettra de mieux valoriser l’AOP noix de Grenoble.  » C’est une hérésie. Si nous n’arrivons pas à fournir nos clients, dont la grande majorité est étrangère, ils iront se servir ailleurs. Et il sera très difficile des les récupérer.

Il lance donc un cri d’alarme:  » se diversifier pourquoi pas mais d’une façon raisonnée et raisonnable. »

Autre sujet de préoccupation: la qualité. Le président de Coopenoix ne comprend pas et juge même INADMISSIBLE que lors de la refonte du cahier des charges, il na pas été instauré une grille commune d’ achats de l’ensemble des acheteurs de la filière.  » « Aujourd’hui on achète aux producteurs un peu comme on veut, sans grille reconnue et validée par tous avec une flexibilité qualitative qui ne va pas dans le sens d’ une démarche AOP qui doit prôner l’ excellence. »

C’est d’autant plus regrettable que Coopenoix a un cahier des charge très strict.. » On passe des échantillons à la loupe ».. « Il y a un manque de rigueur chez certains et cette situation créée un malaise entre les producteurs car on désavantage ceux qui font du bon travail ». Dans un contexte commercial qui se durçi la qualité doit être doit être tout simplement  » irréprochable ».

Yves Renn refuse également que les nuciculteurs subissent des pressions sociétales, au niveau des règles sanitaires.  » On ne traite pas à tout va et n’importe comment. Nous sommes des producteurs professionnels, responsables.

Il rappelle  enfin que coopenoix  qui apporte de nombreux conseils aux nuciculteurs,en leur mettant à disposition des techniciens, offre des aides à la plantation, modernise son outil de travail..souhaite avec force que la noix de Grenoble perdure, se développe, mais que cela passe par une prise de conscience collective de l’ensemble des membres de la filière.

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

La noix de Grenoble fête ses 80 ans!


Produit phare de la région, dans la France et dans le monde, la Noix de Grenoble fête cette année ses 80 ans !

Reconnue AOC en 1938, vrai produit du terroir, la Noix de Grenoble est une véritable bombe nutritionnelles, healthy mais gourmande. En snack ou en cuisine pour se mitonner des petits plats façon comfort food…une chose est certaine: on ne se lasse jamais de la Noix de Grenoble !

Cette année nous célébrons avant tout 80 ans de savoir-faire unique ! C’est la richesse des terres, la culture du noyer et l’expertise de tous les acteurs de la filière qui donnent à la Noix de Grenoble un goût unique…

Déjà leader en France avec une production de 14 022 tonnes et +56% des ventes en 10 ans, l’AOP souhaite devenir LA référence de la NOIX en France !

L’appellation AOP Noix de Grenoble est une chance et une fierté partagée par l’ensemble des acteurs du territoire.

noix

Lors de la journée anniversaire organisée à chatte, les acteurs de la filière se sont réunis autour d’une table ronde pour échanger sur les enjeux du développement de la filière sur un marché mondial en forte demande. Ceci en présence de M. le Préfet de l’Isère et des élus députés et présidents du Département de l’Isère, de la Communauté de communes St Marcellin-Vercors-Isère, de la Chambre d’agriculture de l’Isère.

Yves Borel président du Comité interprofessionnel de la noix de Grenoble s’est félicité de la bonne santé de la noix de Grenoble mais  » il ne faut pas s’endormir.. Il faut toujours penser à améliorer sa qualité et à pérenniser les outils commerciaux, deux facteurs indispensables pour son avenir.

Il a également fustigé une certaine campagne de désinformation qui annonce que la noix de Grenoble est du « poison »… » Un guide des bonnes pratiques à destination des nuciculteurs est disponible . Il rappelle leurs droits et devoirs.. » Des nuciculteurs appelés à maîtriser leurs pratiques.


Pour rappel voici ce qu’est la noix de Grenoble…
123

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Noix de Grenoble


Ce week-end se déroule le salon de la noix à Vinay. Le temps de faire le point sur l’actualité noix avec Yves Renn, président de la coopérative Coopenoix.

Nous avons bien entendu fait le point sur la campagne 2017.  » On signerait tous les ans pour une telle récolte. Nous avons eu des conditions optimum tout au long de l’année avec une météo très favorable et des conditions de ramassages parfaites, sans pluie ce qui nous a permis de récolter les noix à maturité, sans précipitation. Les noix sont donc de très bonne qualité. Je dirais même qu’elle est au top! ».

Le volume est identique à celui de l’année dernière qui était une bonne année.  » Depuis deux ans les rendements sont très bons, avec des variantes certes, mais on voit que les efforts faits par les producteurs ne sont pas vains..  »

Le Président de Coopenoix se réjouit également du recul ou au pire de la stagnation des maladies, parasites.. » du fait que nous ayons attaqué la récolte avec une semaine d’avance, sans pluie, avec peu d’humidité a évité les attaques tardives.. »

Cette récolte avancée a aussi permis de mettre en marché plus tôt, ce qui a été apprécié par les clients..  » Le marché se porte bien, favorisé par la qualité du produit mais  grâce à une conjoncture favorable au niveau mondial. Les américains ayant décidé de maintenir les prix avec une certaine fermeté ce qui fait que l’on a aujourd’hui un prix mondial de la noix, ce qui nous convient bien, c’est même un confort… » précise Yves Renn.

autre sujet abordé: l’AOP et la volonté de certains d’inclure la variété Fernor au sein de cette AOP en complément des variétés parisienne, Mayette et Franquette.

Yves Renn précise qu’il y a une similitude entre la Franquette et la Fernor et de fait ne se dit pas du tout opposé à cette démarche.  » La Fernor ayant l »avantage d’avoir des rendements importants, reconnue de bonne solidité, facile à sécher, de bonne qualité gustative, et une mise à fruit P1130499rapide.  » Cependant elle paraît plus sensible à certaines maladies et a tendance à  » griser » si elle reste au sol. « 

Faut-il donc planter de la Fernor à tout va???

 » Ce serait une grosse erreur  » annonce le président de Coopenoix et d’argumenter:  » il ne faut pas faire de la culture mono variétale..Nous préconisons donc de mixer les variétés d’une façon homogène afin de conforter la production. Cette mixité permettra aussi de conforter et de diversifier nos marchés et à terme permettra de conforter les valeurs de l’AOP, de la valoriser..que la Fernor soit acceptée comme variété d’ appellation ou pas..

Voici quelques images du salon de la noix et des produits du terroir qui a connu un très beau succès.

c’est avec grand plaisir que nous avons appris que dorénavant cette manifestation serait annuelle..


Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Salon de la noix: un concours très attendu…


Les 25 et 26 novembre 2017 la noix de Grenoble, le Saint-Marcellin et le Bleu du Vercors Sassenage seront mis à l’honneur avec d’autres produits de notre terroir.
Vinay sera, outre capitale de la Noix de Grenoble, propulsée lieu de gourmandise et de gastronomie pendant le week-end.
L’accent sera mis tout au long des deux journées sur les dégustations et la découverte de recettes à base de tous les bons produits que l’on trouve sur le salon.
Les amateurs deviennent de véritables virtuoses quand ils se lancent dans la création de leurs pâtisseries et le « Salon de la noix de Grenoble et des produits du terroir » a décidé de mettre en avant ces talents.
Le traditionnel concours de pâtisserie à la noix de Grenoble se donc voit transformé et doté d’un véritable règlement pour répondre à la montée de la qualité des prestations des participants et aider le jury à les départager.
Le règlement intérieur limite le nombre de places, impose un ingrédient et donne surtout une date limite d’inscription au 15 novembre 2017.
Ces nouvelles contraintes sont dictées par le sérieux de l’affaire ! En effet, les compétiteurs, de plus en plus aguerris donnent du fil à retordre aux jurés, alors il est de bon aloi de fixer un cadre.
Le nombre limité de places est guidé par la nécessité pour le jury de goûter toutes les productions, or, après un certain nombre de dégustations, le sens du goût est trop sollicité et il devient difficile de porter un jugement sur la prestation. La date limite d’inscription est liée, quant à elle, à l’organisation proprement dite du concours.
Le jury sera composé de personnalités, professionnels et amateurs, officiels ou non.
1Trois grands noms locaux de la pâtisserie, Thierry Court, Franck Jouvenal et Martial Lecoutre seront présents pour dédicacer leur dernier ouvrage pendant le Salon et proposeront des ateliers et dégustation en alternance avec Sylvain Croce, le chef d’origine Vinoise présent sur le salon pour des préparations salées. Ils seront également membres du jury du concours de pâtisseries.

Ces trois jeunes talents ont fait sensation en remportant récemment le concours du meilleur pâtissier professionnel sur la chaine M6.
Originaire de Vinay, Sylvain Croce est propriétaire de son établissement, l’hôtel restaurant la Capitelle à Mirmande dans la Drôme.
Thierry Court est chocolatier-confiseur à Grenoble, Maison Thierry Court Création.
Franck Jouvenal est chef pâtissier à la maison Jouvenal à la Côte St André.
Martial Lecoutre est formateur en pâtisserie et chocolaterie à l’IMT de Grenoble.

Rendez-vous sur www.vinay.fr pour télécharger le règlement intérieur et le bulletin d’inscription au concours.

Spectacles et animations
Le salon est l’occasion pour tous de découvrir ou re-découvrir gratuitement le Grand Séchoir, espace muséographique installé dans une ancienne ferme et son séchoir à noix typique, à l’aide de visites guidées théâtralisées ou de visites libres. Un spectacle son lumières et pyrotechnique sera même donné sur ses façades, à la nuit tombée le samedi 25.
Les compétiteurs auront noté le concours de pâtisserie et de vins de noix, mais d’autres préfèreront casser des noix et se frotter aux champions du monde dans cette discipline. Les enfants des écoles de Vinay, quant à eux, participeront avec toujours autant de plaisir à un lâcher de ballons ou à des jeux en bois proposés par les jeunes agriculteurs. Dimanche 26 novembre 2017, les enfants et les plus grands seront ravis par la pièce Tata Chocolat.
Autour du salon : exposition photo dans les commerces de Vinay et de tableaux réalisés au brou de noix dans le patio de l’hôtel de Ville.

Exposants

Le salon est surtout initialement le lieu de rencontre des savoir-faire autour de la noix et ses dérivés. Ainsi, près de 70 exposants permettront aux visiteurs de « faire le plein » des produits qui les intéressent et aussi de découvrir des nouveautés car nos producteurs transformateurs innovent énormément pour rester proche des souhaits de leur clientèle en circuits court ou moins courts.

Catégorie foires et fêtesCommentaires fermés

Noix de Grenoble: début de récolte le samedi 23 septembre


La Commission “Maturité” du Comité interprofessionnel de la Noix de Grenoble (CING) a déterminé la date de début de récolte pour les vergers à maturité en Noix de Grenoble.  Cette année la récolte sera lancée le samedi 23 septembre.

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Coopenoix: un bilan très positif…encourageant..


5

C’est dans un espace flambant neuf que c’est tenue la traditionnelle et annuelle assemblée générale de Coopenoix. Assemblée générale présidée par Yves Renn et orchestrée par le directeur de la coopérative, Marc Giraud.

3

Salle bondée bien entendu avec la présence de nombreux élus, responsables d’OPA et de nombreux coopérateurs.

La récolte 2016/2017 est une bonne année avec 7800 tonnes de noix collectées par Coopenoix et sa filiale CT noix. Belle progression de 17% par rapport à la collecte précédente.

Cette récolte, qui s’est déroulée dans de bonnes conditions, a vu la qualité au rendez vous même si elle est en léger recul à cause des conditions météo défavorables et la présence de maladies..  Une collecte cependant marquée par la présence de 62% de calibres supérieurs à 30mm contre 75 l’année précédente, et 38% de calibres inférieurs à 30 mm. un constat à relativiser en rapport de l’augmentation des volumes.

Les mises en marché ont subi une  » certaine tension » . La saison débutant avec l’ annonce d’une récolte importante de noix de Californie ( 600000 tonnes).  Le Chili a également été très présent sur le marché européen.

 » Malgré cette concurrence très marquée, nous avons su tirer notre épingle su jeu » ont précisé de concert le Président Yves Renn et le directeur Marc Giraud.

L’Italie absorbant 30% de la mise en marché devant l’Allemagne : 22% puis la France 18% et l’Espagne 13%.

Ce niveau d’expédition a été rendu possible grâce à la rapidité des apports des producteurs et la réactivité de l’outil industriel de Coopenoix qui a été modernisé. En effet Coopenoix a réalisé une extension immobilière en 2016 avec l’installation d’équipements complémentaires indispensables.

La station de vinay modernisée, permet donc à la coopérative d’asseoir davantage sa place de leader européen de la noix française et lui permet d’absorber l’arrivée en production de nouveaux vergers.

Les producteurs présents dans la salle ont également été réconfortés par une précision importante. Lègère baisse des prix de vente, certes mais celle ci n’a eu aucune incidence sur le prix payé aux producteurs…

2

Cela a fait dire en conclusion au président Yves Renn:  » Coopenoix se porte bien, réagit bien au marché concurrentiel, mais restons vigilants et poursuivons tous ensemble notre travail sur la qualité sur tous les maillons de la filière.. »

1


Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Je deviens Maitre restaurateur d’un jour…


Amateur et passionné de cuisine, vous souhaitez dévoiler vos talents de chef ? Participez au grand concours organisé par l’association des Maîtres Restaurateurs de l’Isère et devenez le Maître Restaurateur d’un jour !

Ce concours, qui récompense la créativité et le talent des meilleurs cuisiniers amateurs, s’organise en deux étapes.

1. Réalisez une recette de votre choix, salée ou sucrée, en intégrant au moins un produit emblématique de l’Isère (voir liste des produits sélectionnés ci-contre).

Envoyez avant le 28 septembre 2017, minuit, votre recette détaillée, ainsi qu’une photo de votre réalisation et l’histoire accompagnant la recette.

18 candidats seront présélectionnés parmi les participants selon
3 critères d’évaluation :

  • la recette choisie
  • le visuel de la recette
  • l’histoire autour de la recette

2. Les 18 finalistes seront invités à confectionner une recette prédéfinie à partir d’un panier garni lors d’une seconde épreuve.

Deux villes accueilleront cette nouvelle étape :

  • Grenoble le 18 octobre 2017, au lycée Lesdiguières
  • Vienne, le 25 octobre 2017, à l’Espace Côte & Cuisine du Pavillon du  tourisme

Le jury, constitué de Maîtres Restaurateurs isérois et de professionnels du département, désignera un gagnant dans chacune des villes.

Les deux vainqueurs deviendront les « Maîtres Restaurateurs d’un jour » et participeront à la préparation d’un dîner caritatif organisé par l’association des Maîtres Restaurateurs de l’Isère, le 11 décembre 2017, au lycée Lesdiguières à Grenoble.

Ils se verront également offrir une veste ciglée « Maître Restaurateur de l’Isère » et un chèque de 200 € à consommer chez l’un des Maîtres Restaurateurs de l’Isère.

Qui peut s’inscrire ?

Ce concours est ouvert à toute personne majeure, habitant en France métropolitaine.

Comment s’inscrire ?

Remplissez le formulaire d’inscription ici avant le jeudi 28 septembre 2017, minuit. Cliquer ici

Formulaire d’inscription

S’inscrire

Pour participer au Grand concours amateur Devenez le « Maître Restaurateur » d’un jour, remplissez le formulaire en ligne :

Liste des produits sélectionnés

  • Noix de Grenoble
  • Saint-Marcellin
  • Bleu du Vercors-Sassenage
  • Murçon
  • Ravioles du Royans
  • Vins (vins de Vienne, de Balme, de Savoie)
  • Liqueurs (Chartreuse, Cherry Rocher, Poire Colombier, Ratafia,…)
  • Bières (Ursulines, Dauohine, Mandrin,…)
  • Sirops (Bigallet, Teysseire, Antésite,…)
  • Safran (du Dauphiné, de Chamechaude,…)

→ Téléchargez la liste (pdf)

Catégorie Département de l'Isère, terroirs/gastronomieCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2018
L Ma Me J V S D
« nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+