Débardage à cheval: difficile en Chartreuse

Dans les commentaires reçus à la rédaction de sillon38.com, celui concernant le débardage à cheval nous a interpellé.

A l’heure où l’ on parle économies en tous genres, il est certain que le retour à des méthodes de travail plus traditionnelles peuvent se révéler payantes. Parmi celles-ci, il y a bien entendu les possibilités de faire appel à la force animale.

Pour en revenir au sujet qui nous concerne, Pierre Basso, propriétaire forestier et président du groupement des sylviculteurs de Chartreuse Isère nous apporte son éclairage.

« Mon avis sur le sujet n’est applicable que dans les forêts de CHARTREUSE;
ayant pratiqué le traînage manuel  dans des parcelles pentues, majoritaires sur le massif, je vois mal un cheval intervenir en toute sécurité, même avec des petites charges, la glisse incontrôlable des bois se produit, et alors gare devant..

Les boeufs et même les vaches ont été utilisées dans nos  montagnes pour sortir du bois avec l’aide de matériel roulant spécifique, le travail était était dangereux et pénible tant pour  les bêtes que pour les hommes, avec de longues heures de travail.

Qui est prêt de nos jours à passer autant de temps pour exploiter son bois, dans des conditions de sécurité très précaires?

Voila  mon humble avis, sans opposition à cette activité où le cheval travaille et bien agréable a voir évoluer. »

Un avis très éclairé qui en appelle d’autres!

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page