La demande en produits agricoles de Rhône-Alpes est croissante..

En Rhône-Alpes, la demande des marchés, toutes filières agricoles confondues, est soutenue qu’il s’agisse de circuits courts, de circuits longs, de consommation locale ou d’exportations. Pour répondre à cette évolution des marchés, les agriculteurs s’organisent en structurant des filières de proximité, de l’amont à l’aval, avec les transformateurs et les distributeurs. Objectifs : créer de  la valeur ajoutée et de l’emploi, contribuer au développement CARéconomique de l’agriculture et des territoires.

Une grande partie des filières agricoles de Rhône-Alpes sont concernées par un boum de la demande, et en premier lieu les filières d’élevage (lait et viande) poussées notamment par la forte demande des produits sous signe de qualité. Mais il concerne aussi les productions végétales (vin, abricot, pêche …).

Ce phénomène s’explique  par le double mouvement que connaît le marché actuel des produits agricoles.

D’un côté, une demande mondiale croissante en céréales, viandes et produits laitiers. L’accroissement de la population prévu désormais jusqu’en 2100 crée un déficit structurel de produits agricoles dans certaines régions du monde et constitue pour l’agriculture de notre région un défi alimentaire majeur.

De l’autre côté, une tendance marquée du consommateur français à relocaliser son alimentation, pour des raisons autant environnementales que sociales, sanitaires et organoleptiques…

Face à ces nouveaux besoins en approvisionnement, l’agriculture de Rhône-Alpes s’organise collectivement pour saisir ces opportunités de marché et apporter des réponses innovantes et durables pour tous : consommateurs, agriculteurs, transformateurs et distributeurs. Les Chambres d’agriculture de Rhône-Alpes  soulignent, avec satisfaction, que l’agriculture retrouve sa fonction nourricière première. Elles s’attachent  au quotidien à accompagner et soutenir  les agriculteurs dans leurs  démarches de structuration et d’organisation, au service du développement de l’agriculture et des territoires.

L’Agriculture de Rhône-Alpes, les premières tendances pour 2014

Le début de l’année 2014 est marquée par une grande précocité pour l’ensemble des productions végétales. Ceci s’explique par des conditions météorologiques plutôt favorables. A suivre, notamment en Ardèche et dans la Drome, les suites du manque de pluviométrie du mois d’avril.

Sur les marchés, les prix sont globalement mieux orientés qu’en 2013, pour le lait (vaches et chèvres) , pour l’agneau , les vins, les fruits. La situation est plus difficile pour les productions légumières dont les marchés ont été fragilisés par la précocité de la saison.

Pour l’ensemble du secteur,  le point faible reste les coûts de production, qui grèvent toujours les marges des exploitations. Il s’agit particulièrement du prix de l’énergie et des charges liées à la main d’œuvre salariale.

Pour en savoir plus : La Lettre de conjoncture de juin 2014 avec le point sur l’ensemble des filières et des territoires agricoles de Rhône-Alpes. Un publication élaborée par l’Observatoire Economique Régional des Chambres d’agriculture de Rhône Alpes et ses partenaires.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page