Archive | agriculture

Loi d’Avenir Agricole : quelques espoirs mais toujours plus de complexité…

Communiqué de la Coordination rurale:

Après cinq jours de débats intenses, les sénateurs ont adopté en première lecture le projet de loi d’avenir agricole, après y avoir apporté plusieurs centaines d’amendements, en Commission et en séance publique. La Coordination Rurale salue certaines mesures mais déplore toujours plus de complexité.

La Coordination Rurale entendue

La CR se réjouit que les sénateurs aient rétabli les dispositions – supprimées par les députés – visant à permettre la commercialisation en directe des céréales entre agriculteurs d’un Groupement d’Intérêt Économique et Environnemental (GIEE). Elle voit en cette mesure un premier pas vers une libéralisation généralisée qu’elle réclame depuis des années.

Elle se satisfait également de la prise en considération de la situation des éleveurs face aux attaques de loups, à la confirmation de l’exigence de pluralisme au sein du collège « production » des interprofessions, ou encore de l’aménagement permettant l’abaissement du seuil d’indemnisation des exploitants en cas de dégâts de grands gibiers sur les prairies.

Par ailleurs, la CR se félicite de l’adoption d’une dérogation à l’obligation de certiphyto pour l’application de produits phytopharmaceutiques réalisés par des exploitants agricoles chez des tiers qu’elle revendiquait ainsi que l’intégration du principe de compensation agricole, même si la portée de cette mesure reste encore floue.

La Coordination Rurale excédée

En revanche, la CR déplore vivement l’empreinte encore plus marquée de l’écologisme sur l’agriculture et s’interroge sur la compatibilité avec l’exercice du métier d’agriculteur des amendements adoptés prévoyant d’imposer des distances de sécurité des habitations lors de l’utilisation de tels produits, et/ou d’en interdire purement l’utilisation à proximité des habitations ou de zones utilisées par des riverains.

En effet, l’agriculture a déjà subi l’invasion progressive de l’urbanisation et elle risque dorénavant de subir des restrictions ou interdictions du fait de la présence de telles habitations à proximité de leurs terres. C’est un obstacle supplémentaire à la fonction « productrice » de leur profession mais cela va bien au-delà.

C’est aussi le risque accru d’un réel problème sanitaire si des zones entières ne peuvent plus être traitées. Sans oublier les problèmes économiques pour tous les exploitants qui ne pourront plus cultiver ces terres, dont la valeur va, de plus, s’effondrer, alors même qu’ils n’utiliseraient que des produits dont la mise sur le marché est autorisée et dans le respect des prescriptions.

La Coordination Rurale va par conséquent revenir, à l’occasion de la deuxième lecture, vers les députés, pour rappeler ses revendications et les sensibiliser aux risques de telles mesures pour l’agriculture. »

Catégorie agriculture, vie syndicaleCommentaire (0)

L’ agriculture iséroise honorée..

C’est une tradition, le département de l’Isère, à travers son conseil général honore les médaillés du salon international de l’agriculture..

Cette cérémonie, toute conviviale étant présidée cette année par Christian Nucci, vice président du conseil général en charge de l’agriculture et par Jean claude Darlet, président de la chambre d’agriculture.

CG2

De nombreux conseillers généraux, responsables professionnels, agriculteurs ont tenu à être présents et même un ministre… En effet, André Vallini tout nouvellement nommé secrétaire d’Etat a tenu, malgré un emploi du temps très chargé à consacrer quelques minutes à cet évènement.

Christian Nucci en félicitant les médaillés a rappelé que  » cette distinction est le fruit d’un travail fourni tout au long de l’année. Travail mais aussi implication forte, passion, détermination et savoir faire.. car seule la qualité est récompensée.  »

Il en a profité pour mettre en avant l’élevage  » qui joue un rôle important au niveau économique mais aussi environnemental. L’élevage laitier du sud Grésivaudan étant mis en valeur par l’obtention de l’IGP pour le St Marcellin.. Il y a l’élevage mais aussi la noix,une production incontournable, lucrative, le vin…  » .

Christian Nucci a martelé que le conseil général  » était aux côtés des agriculteurs de l’Isère, on travaille en partenariat avec la chambre d’agriculture sur de nombreux dossiers car l’agriculture iséroise est dynamique, elle représente un poids économique conséquent, sans oublier son rôle environnemental, au niveau de l’aménagement su territoire, du social. »

Jean Claude Darlet a lui aussi félicité les agriculteurs qui  » sont des bâtisseurs, des transformateurs… des orfèvres, avec de la matière première, ils font des produits de qualité qui sont reconnus au niveau national. Les agriculteurs sont aussi des passionnés et on ne peut qu’être reconnaissants .. ils nous nourrissent bien et bon.. »

 » Enfin le St Marcellin a l’IGP.. après plus de 20 ans de mobilisation. Cette reconnaissance met en avant la production laitière d’un territoire. Oui l’élevage a toute sa place, il faut le préserver.. « 

Jean claude Darlet a donc adressé un  » grand bravo aux primés qu’ils soient agriculteurs mais aussi aux transformateurs, artisans.. » Il s’est également félicité des bonnes relations qui existent avec le conseil général.. » qui fait le maximum pour soutenir notre agriculture départementale qui représente 6000 agriculteurs dont 20 à 30% pratiquent la vente directe.. »

CG 1



Catégorie agricultureCommentaire (0)

Montez à bord d’un TGV et rencontrez des agriculteurs

Plébiscitée l’an dernier par les voyageurs, cette opération réalisée par la SNCF en partenariat avec Passion Céréales est renouvelée cette année.

Pendant les vacances de Pâques les fenêtres de TGV seront transformées, le temps du voyage, en « écrans du savoir » agricole et rural, grâce à un carnet d’observation illustré des cultures qui composent les paysages français.

Des agriculteurs céréaliers embarqueront le 19 avril à bord de plusieurs TGV pour partager avec petits et grands leur amour du métier.

©Xavier.Remongin/Min.Agri.Fr

RENCONTRE AVEC DES AGRICULTEURS À BORD DE TGV

Le 19 avril, les jeunes voyageurs à bord de plusieurs TGV Evènement auront la chance de rencontrer des agriculteurs céréaliers passionnés par leur métier.
Les animations auront lieu en voiture-bar : compréhension des paysages et des cultures qui les composent, reconnaissance à l’aveugle de graines et de produits finis… De quoi vivre un moment
agréable et ludique pendant le voyage.

« Cette opération montre l’attachement des Français à la richesse des terroirs et à la diversité des paysages. Une diversité à laquelle contribuent grandement les productions céréalières françaises. En 2013, des moments d’échanges uniques ont eu lieu entre voyageurs et agriculteurs, qui ont souhaité voir l’opération renouvelée en 2014 » Jean-François Gleizes, agriculteur et Président de Passion Céréales.

©Philippe Fraysseix

DES CARNETS D’OBSERVATION POUR LES ENFANTS

Avec l’aide de leurs parents, grands-parents ou la complicité d’animateurs, les enfants sont invités à découvrir la diversité des paysages agricoles visibles depuis la fenêtre des TGV. Ils apprendront ainsi à reconnaître les éléments et les cultures qui composent la campagne.

70 000 carnets sont distribués pendant les vacances de Pâques :

  • Dans les « packs familles » distribués gratuitement en gares parisiennes (Gare Montparnasse et Gare de Lyon) et dans des gares de province à Tours, Toulouse, Brest, Quimper, Saint Malo, St Brieuc, Bayonne, Bordeaux, Hendaye, La Rochelle, Poitiers, Massy TGV, Angers, Le Mans, Laval, Nantes, Saint Nazaire, La Baule, Rennes
  • À bord des voitures « TGV family »
  • En téléchargement gratuit sur les sites www.sncf.com, www.tgv.com, www.passioncereales.fr
  • Offerts avec les menus – enfants à bord de l’ensemble des voitures-bars TGV

UN SÉJOUR AU COEUR DES MOISSONS À GAGNER

Partagez en temps réel les paysages des régions que vous traversez et tentez de gagner un séjour inoubliable à la campagne, pour participer en famille aux moissons de l’été avec un agriculteur. Concrètement, il vous suffit de prendre votre plus belle photo de paysage agricole et de la poster, avec un commentaire et le hashtag #paysagesTGV, au choix sur :

La page Facebook SNCF
votre compte Twitter
votre compte Instagram

Les photos les plus likées seront primées ! Un weekend au coeur des moissons donc pour le premier mais également des bons d’achats de 200€ offerts par SNCF de la 2e à la 7e place.

En savoir plus sur cette opération : www.scnf.com

Catégorie agricultureCommentaire (0)

Adoption par le Sénat du projet de Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt

Suite à l’adoption du Projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, Stéphane LE FOLL, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt salue la qualité des débats qui se sont tenus au Sénat.

©Sénat/S.Benromdhane

Cet examen a permis de confirmer les grands objectifs du projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt en faveur d’une agriculture compétitive ancrée dans une triple performance économique, environnementale et sociale. Diverses mesures confirment cette nouvelle orientation donnée à notre agriculture.

C’est en particulier le cas des Groupements d’intérêt économique et environnemental qui permettront de porter cette dynamique collective ancrée dans les territoires tout en lui donnant un cadre concret.

Le Sénat a encore renforcé le rôle des organisations de producteurs dans la négociation entre les producteurs et les transformateurs.

Parce-que la compétitivité et les nécessaires évolutions des pratiques agricoles s’appuient sur la recherche et la formation, les Sénateurs ont validé la création de l’Institut agronomique, vétérinaire et forestier de France qui structure la coopération entre les établissements de recherche agronomique, vétérinaires, forestière et d’enseignement supérieur afin de disposer d’un outil de formation à la pointe des savoirs.

Parce que la jeunesse et le renouvellement des générations en agriculture constituent un enjeu fondamental qui ne peut être dissocié de la question de l’accès au foncier, le rôle des SAFER et le contrôle des structures ont été confortés par le Sénat.

Concernant la forêt, les Sénateurs ont confirmé la volonté partagée de favoriser l’exploitation des ressources forestières grâce à des documents de gestion stratégique améliorés et à la création des Groupements d’intérêt économique et environnementaux forestiers (GIEEF) qui permettront de lutter contre le morcellement des propriétés forestières. Par ailleurs, Stéphane LE FOLL a salué le compromis dégagé par les sénateurs entre la nécessaire régénération des forêts et la présence de grand gibier.

Enfin, parce que l’activité agricole est aussi au cœur des attentes sociétales, en particulier en ce qui concerne la santé publique, le Sénat a adopté des dispositions permettant un meilleur encadrement du recours aux antibiotiques vétérinaires et des dispositions améliorant le cadre prévu pour le transfert de la délivrance des autorisations de mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques à l’ANSES. Celle-ci assurera désormais aussi un suivi de l’impact sanitaire et environnemental de ces substances tout au long de leur durée de commercialisation.

Enfin, le Sénat a adopté une mesure de simplification à destination des agriculteurs employant des salariés au travers de la création du Titre emploi service en agriculture (TESA) qui remplacera de multiples déclarations.

Catégorie agricultureCommentaire (0)

Interdiction du maïs OGM : le double aveu du gouvernement

Les organisations professionnelles de la filière maïs (AGPM, UFS, FNPSMS) ont réagi suite au vote de la loi interdisant la culture du maïs OGM.

« Le gouvernement, à l’origine d’une proposition de loi interdisant la culture du maïs OGM en France
et adoptée hier en 1ère lecture par l’Assemblée Nationale, formule ainsi un double aveu :
-  L’aveu d’une position doctrinale et politique en interdisant, non pas un maïs OGM, mais tous
les maïs OGM actuels ou futurs, et quel que soit leur intérêt.
-  L’aveu d’une grande approximation juridique puisque ce projet de loi, qui s’ajoute à l’arrêté
d’interdiction du Ministère de l’Agriculture du 15 mars 2014 et déjà contesté devant le
Conseil d’Etat pour absence de fondements, ne devrait pas résister à un recours devant le
Conseil Constitutionnel à la seule raison de la primauté du droit communautaire sur la loi
française.

Les organisations professionnelles de la filière maïs rappellent leur objectif qui est de permettre
l’accès aux innovations biotechnologiques comme en bénéficient tous les grands pays agricoles du
monde.

Elles considèrent qu’il est urgent de mettre un terme à cette incohérence qui consiste à interdire de
produire des variétés OGM en France eu égard aux risques prétendus pour l’environnement et la
santé, et parallèlement ouvrir massivement ses frontières aux importations de matières premières
issues de cultures OGM.

Enfin, elles regrettent que le Gouvernement n’ait pas donné suite à leurs propositions de dialogue
pour remettre en perspective les biotechnologies, dont les OGM, au regard des enjeux et défis
auxquels doit répondre l’agriculture française. »

Catégorie OGMCommentaires fermés

Corinne ORZECHOWSKI déléguée aux industries agroalimentaires

Conscient de l’importance stratégique des industries agroalimentaires pour le redressement de notre pays, Stéphane LE FOLL a annoncé aujourd’hui la nomination d’une déléguée aux industries agroalimentaires avec comme mission l’animation et la coordination des politiques publiques et des actions en faveur du développement économique de ce secteur.

©Min.Agri.FrCorinne ORZECHOWSKI, préfète, occupera cette fonction, au sein de la Direction Générale des Politiques Agricoles, Agroalimentaires et des Territoires. Elle était précédemment directrice de cabinet de Guillaume GAROT, ministre délégué chargé de l’agroalimentaire.

Son action s’articulera autour de la mise en œuvre du contrat de la filière alimentaire et du plan industriel. Les acteurs du secteur et en particulier les représentants des industriels et des salariés disposeront ainsi d’un référent pour poursuivre les actions engagées en faveur des filières.

Ainsi, la déléguée aux industries agroalimentaires sera facilitatrice pour mobiliser des financements pour déclencher la modernisation des outils industriels, favoriser l’innovation, relever le « défi vert », accompagner les projets à l’export des entreprises afin de consolider et d’accroître les positions des entreprises françaises à l’international.

Dans le cadre du Pacte de Responsabilité, la déléguée aux industries agroalimentaires accompagnera les signataires de l’accord de branche pour permettre la réalisation des engagements en termes d’emplois et de formation contenus dans cet accord professionnel, et appuiera les filières agroalimentaires dans toutes leurs initiatives en termes d’emploi, poursuivant par exemple le travail engagé sur l’amélioration des conditions de travail.

Enfin, la déléguée aux industries agroalimentaires appuiera les secteurs agroalimentaires fragiles dans leurs efforts en terme de structuration et de consolidation, à commencer par les filières viandes et notamment la filière volaille.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Offres et demandes d’emplois, dans le secteur agricole, en Rhône-Alpes

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Expl. laitière cherche un agent d’élevage laitier pr assurer la traite, l’alimentation, les soins aux animaux et les divers travaux de cultures. Savoir conduire les tracteurs (distributrice alimentation, pailleuse, foins). CDD tps plein 6 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL66-01

Ardèche . Ass. recrute un technicien en élevage. Missions : accompagnement des conversions et réalisation de diagnostics de conversion en élevage, suivi de la réglementation en élevage bio, mise en place de projets, organisation, animation et suivi de formations, accompagnement technique. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OEL13-07

Drôme . Expl. recrute un agent d’élevage. Vs assurerez : les vêlages, les soins aux animaux, l’alimentation et les travaux divers en polyculture-élevage. Vs devez être autonome. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVB7-26

Hte-Savoie . Ent. cherche un salarié paysagiste. Missions : petits terrassements et VRD, maçonneries paysagères, clôtures et portails, engazonnements et plantations, entretiens (tonte, taille). Connaissance des végétaux, permis EB et CACES 1 souhaités. Expérience exigée. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OPA15-74

Rhône . Expl.(maraîchage et poules pondeuses) cherche un salarié polyvalent. Vs réaliserez les cultures diversifiées de la plantation à la récolte, avec surveillance arrosage, parasites, entretien, préparation de marché, vente à la ferme. CDD tps plein 9 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OMA40-69

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Homme cherche emploi d’agent d’élevage en Haute-Savoie. Expérimenté. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEL49-01

Drôme . Femme cherche emploi en maraichage. Titulaire BTS prod. horticole. Expérimentée. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DMA58-26

Drôme . Salarié cherche un complément d’activité (aide-ménagère, tâches administratives, tâches saisonnières agricoles…), secteur de Crest-Eurre-Grane. Personne consciencieuse et sérieuse. Disponible de suite. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org

Hte-Savoie . Femme cherche emploi d’agent en cultures légumières. Titulaire BTS Aménagements Paysagers et CS Production et Commercialisation en Maraîchage Bio. Expériences saisonnières.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DMA10-74

Rhône . Femme cherche emploi d’agent pépiniériste-jardinier. Formation de jardinier-botaniste. Expériences saisonnières. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DHO44-69

Catégorie agriculture, economie/emploi, petites annoncesCommentaires fermés

Journée technico-économique régionale fraises bio

Les fruits sont des produits phares du marché des produits bio, rassemblant avec les légumes 20 % du marché bio soit 784 millions d’euros, d’après l’Agence BIO.

Les surfaces de fruits certifiées bio ou en conversion vers la bio ont triplé de 2007 à 2012, pour atteindre 25 048 ha.

La production de fraise bio est encore peu développée, 152 ha sont recensés en France, au sein de 531 exploitations, soit 4,7 % des surfaces nationales de fraisiers.

En Rhône-Alpes, première région fruitière en bio et en conventionnel, la production de fraise bio est inférieure à la demande.

Cette journée de rencontre est ouverte à tout professionnel intéressé pour échanger sur les opportunités de développement de la production de fraise bio et d’autres petits fruits rouges bio, en s’appuyant sur des conseils techniques, des témoignages d’acteurs de la filière ainsi que sur la visite de l’exploitation d’Eric Rozier, de l’EARL St Sauveur, qui cultive 1,5 ha de fraisiers bio.

PROGRAMME

fr`1fr2

Cette journée est ouverte à tous les professionnels intéressés ou concernés par ces questions.

Elle aura lieu le MARDI 29 AVRIL 2014 à Anjou (38) L’inscription est indispensable en appelant Corabio au 04 75 61 19 35 pour obtenir un programme et un bulletin d’inscription.

Catégorie bioCommentaires fermés

Les Chambres d’agriculture de Rhône-Alpes au Fei World cup finals

Du 17 au 21 avril 2014, Lyon recevra les Finales de Jumping et de Dressage sous un même toit : celui d’Eurexpo !

C’est un véritable événement pour le sport français et international, le rendez-vous de l’élite mondiale des cavaliers et leurs chevaux !

Sur la piste lyonnaise se joueront les Finales Coupe du Monde :
- LONGINES FEI WORLD CUP™ JUMPING FINAL
- REEM ACRA FEI WORLD CUP™ DRESSAGE FINAL

Les Chambres d’agriculture de Rhône-Alpes accompagnent les éleveurs équins dans le développement de leurs activités. C’est pourquoi, elles seront présentes au cœur des Finales de Jumping et de Dressage, à Lyon du 17 au 21 avril 2014.

Retrouvez les Chambres d’agriculture dans le village filière, Hall 4, stand k6 et découvrez toute leur offre de services à destination des entreprises équines.

Outre les missions de service public (Centre de Formalités des Entreprises et la gestion de l’apprentissage), elles développent des services pour les éleveurs équins pour informer, conseiller et accompagner. Elles mettent en place des formations à partir des besoins recensés, une offre de conseils adaptée et élaborent des références technico-économiques afin de fournir des repères pour la filière équine.

Porteuses du réseau « Bienvenue à la ferme », elles contribuent au développement des activités équestres sur les exploitations ainsi qu’à la promotion du tourisme équestre.

Consultez la plaquette « Etre accompagné par les Chambres d’agriculture de Rhône-Alpes pour une installation réussie en activité équine« 

En savoir plus sur le Fei World cup finals à Lyon

01 - chevaux

Catégorie agriculture, filière équineCommentaires fermés

Le vin patrimoine de la France

Le Sénat a reconnu  que le vin «fait partie du patrimoine» de la France, à l’occasion de l’examen du projet de loi sur l’agriculture. Les sénateurs doivent poursuivre l’examen de ce texte déjà adopté en première lecture à l’Assemblée nationale.

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité un amendement de Roland Courteau (PS) reconnaissant que «le vin, produit de la vigne, et les terroirs viticoles font partie du patrimoine culturel, gastronomique et paysager de la France».

«Le vin exprime un patrimoine vivant, il fait partie du patrimoine culturel, littéraire mais également gastronomique, paysager, architectural, matériel, économique et social, aussi bien sûr avec des centaines de milliers d’emplois» a t-il indiqué

Les sénateurs ont aussi adopté un article du texte qui a pour objet d’accroître la protection des appellations d’origine protégées (AOP) et des indications géographiques protégées (IGP) par la création d’un droit d’opposition au dépôt de marque. Ils ont aussi inscrit dans le code rural et de la pêche maritime le principe de compensation en nature de terres agricoles perdues dans le cadre de la politique d’aménagement rural, de manière à maintenir le potentiel de production agricole.

Catégorie viticultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

avril 2014
L Ma Me J V S D
« mar    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+