Archive | agriculture

Opération : Un fruit pour la récré

Donner aux enfants le goût et le plaisir de manger des fruits et légumes, c’est l’affaire de tous !
Satisfaire leur gourmandise, leur vitalité et leur croissance, c’est l’affaire de tous !

En effet les Français, et particulièrement les enfants et adolescents, ne consomment pas assez de fruits.
Lancé en 2008 par la France, ce programme financé depuis 2009 par l’Union Européenne, propose d’organiser une distribution de fruits et légumes frais dans les écoles, avec un accompagnement pédagogique, car la connaissance et la régularité de la consommation sont les clés du changement des comportements alimentaires des enfants.

Découvrez ce programme financé à 76% par l’Union européenne dès la rentrée 2014 !

« Un fruit pour la récré » s’intègre dans le programme national nutrition santé qui recommande de consommer au moins 5 fruits ou légumes par jour.
C’est un projet qui mobilise les acteurs locaux en leur laissant une grande latitude dans l’organisation de la distribution de fruits ou légumes frais et la reconquête du goût et du sens des fruits par les enfants.
Ce programme bénéficie de nombreux outils pédagogiques, réalisés en partenariat avec les établissements d’enseignement agricole, des illustrateurs pour enfants, et les professionnels de la filière.
Le coût de revient d’un fruit est estimé aux environs de 0,30 € avant l’aide. Ainsi la somme restant à charge après versement de l’aide européenne pour une distribution de 9 produits dans une classe peut être estimé à 23 € TVA incluse.

En quoi consiste l’opération et qui peut en bénéficier ?

Chaque structure ou acteur motivé (mairie ou autre collectivité, structure scolaire, association de parents d’élèves…) peut s’engager dans l’opération et demander à bénéficier de l’aide européenne au travers d’un agrément, à condition de respecter les critères l’éligibilité.

  • La distribution de fruits ou légumes doit impérativement s’effectuer dans les locaux d’un établissement éducatif, public ou privé, durant les périodes scolaires ou sur le temps périscolaire. Elle pourra être effectuée dans la totalité de l’établissement ou bien au sein d’une ou plusieurs classes seulement.
  • Il est possible de réaliser l’opération durant 1, 2 ou 3 trimestres scolaires mais il faut réaliser obligatoirement un minimum de 9 distributions de fruits ou légumes par trimestre. Les produits éligibles sont précisés dans le cahier des charges ci-dessous.
  • Chaque structure agréée s’engage à réaliser ou faire réaliser une mesure d’accompagnement pédagogique au moins au cours du trimestre scolaire concerné, au choix parmi 4 thématiques.

Pour connaître le détail des modalités de l’opération et d’inscription, vous êtes invités à consulter le cahier des charges et ses annexes :

cahier_des_charges_2014-2015
annexes_cahier_des_charges_2014-2015

En savoir plus sur « Un fruit pour la récré » : : conseils à l’attention des maires, des parents d’élèves, des professionnels de l’approvisionnement, ressources pédagogiques gratuites en ligne, repères nutritionnels, témoignages,…

Ressources pédagogiques : Des outils pour les ambassadeurs du fruit, des ressources pour animer des activités sur les fruits et les légumes, classés en 2 grandes catégories : Les maternelles et primaires / les collèges et lycées. Le ministère de l’agriculture et le ministère de l’éducation nationale ont fait appel à des illustrateurs et aux équipes de l’enseignement agricole pour concevoir, en concertation avec les filières professionnelles, des fiches pédagogiques et des jeux sur les principaux fruits cultivés ou consommés en France. à retrouver ici

Retrouvez également des affiches et un livret « Voyageons avec les fruits » dans la rubrique dédiée.

S’inscrire à l’opération

Organisez une distribution de fruits et légumes frais à l’école avec l’opération Un Fruit pour la récré !

Le programme « Un Fruit pour la récré » propose d’organiser 9 distributions de fruits et légumes frais par trimestre dans les écoles, avec un accompagnement pédagogique. Il est financé à hauteur de 76% par l’Union européenne dès aout 2014 .

Catégorie fruits-légumesCommentaire (0)

Promotion de l’ail français

Le médiateur des relations commerciales agricoles recommande aux enseignes de la grande distribution et aux négociants qui les approvisionnent de mettre en avant la production de l’ail français dès le mois d’août.

Cette recommandation est formulée à l’occasion de la mise en marché de la récolte 2014 qui s’annonce de bonne qualité avec des volumes modérés.

L’Association Nationale Interprofessionnelle de l’ail (ANIAIL) avait saisi le médiateur des difficultés que les producteurs français peuvent rencontrer pour obtenir de la grande distribution des conditions permettant un écoulement satisfaisant de leur production.

L’ail français se commercialisait traditionnellement de début août jusqu’au mois de janvier mais cette plage de commercialisation s’est fortement réduite ces dernières années, l’ail français étant notamment peu présent dans les magasins au mois d’août et en fin d’année, ce qui peut expliquer en partie les difficultés rencontrés par les producteurs français.

Les enseignes nationales ont accueilli favorablement cette recommandation et se sont engagées à mettre en avant l’ail français « nouveau » dans leurs linéaires, charge aux négociants de les approvisionner en conséquence dès le début de la campagne.

Afin d’améliorer durablement l’organisation des acteurs de la filière, s’agissant notamment du financement des actions de communication visant à encourager la consommation d’ail, le médiateur des relations commerciales agricoles recommande par ailleurs à l’ANIAIL de créer une Section Interprofessionnelle de Première Mise en Marché (SIPMM) «ail», au sein de l’interprofession des fruits et légumes (INTERFEL).

Il encourage enfin les acteurs à mener dans ce cadre une réflexion stratégique pour différencier l’ail français (développement des indications géographiques protégées – IGP), mieux organiser la production et la mise en marché et accroître la productivité des exploitations.

Catégorie agricultureCommentaire (0)

Offres et demandes d’emploi en Rhône-Alpes, dans le secteur agricole

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Ardèche . Pépinière recrute un salarié pr réaliser les opérations techniques liées à la culture de végétaux d’extérieur (pépinière ornementale)(arrachage, tutorage…), préparer les commandes et expéditions. Qualités : bonne condition physique. CDD tps plein 5 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OHO2-07

Isère . Ent. recherche une personne pr  la conduite d’engins, les travaux de secouage et triage de noix. Expérience impérative. CDD un mois du 25/09 au 25/10/14. Lieu de travail : l’Albenc. Contact : 04 76 20 68 08 ou emploi-isere@anefa.org. OAR23-38

Isère . Expl. en élevage de chèvres laitières recherche un salarié pr assurer les travaux extérieurs (conduite d’engins agricoles, parcs, semis, foin),  les soins du troupeau et la traite. Expérience impérative en conduite d’engins. CDD 5 mois,  24h/sem. Lieu de travail : Lieudieu. Contact : 04 76 20 68 08 ou emploi-isere@anefa.org. OCA27-38

Loire . Expl., prod. laitière recrute un salarié. Missions : Suivi du troupeau laitier en collaboration avec les exploitants (traite 2X8 épis, alimentation (mélangeuse automotrice, DAC VL, DAL-DAC veau)), insémination, soins au animaux (caméras détecteurs de chaleur et de vêlage…). CDI tps plein. Possibilité logement sur place. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL31-42

Savoie . Entreprise recrute un ELAGUEUR GRIMPEUR : taille d’arbres, élagage, démontage, abattage, entretien du matériel et des véhicules. Vs devez connaitre les végétaux, leur développement et leur entretien. Autonomie et polyvalence requises. Permis B INDISPENSABLE. CDD tps plein 8 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OPA2-73

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Homme cherche emploi  d’agent d’élevage laitier. Expérimenté. Agriculteur en reconversion. Mobilité : Ain. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL80-01

Ardèche . Homme cherche emploi en arboriculture/viticulture. Expériences saisonnières en France et à l’étranger. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DAR22-07

Ardèche . Homme cherche emploi de mécanicien agricole. Expériences en agriculture, mécanique agricole et autres secteurs d’activité. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DCA27-07

Drôme . Femme cherche emploi en élevage. Titulaire Bac pro CGEA. Réalisation de plusieurs stages en exploitation bovin lait. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEL45-26

Savoie . Femme cherche emploi de jardinier/paysagiste. Titulaire Bac aménagements paysagers en apprentissage. Connaissances des végétaux, plantations, engazonnement, création de massifs, maçonnerie paysagère, utilisation de matériel agricole, de matériel motorisé… Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DPA7-73

Catégorie agriculture, economie/emploi, petites annoncesCommentaire (0)

Tour de France 2014 – Les agriculteurs aiment le Tour


Catégorie agriculture, sportCommentaires fermés

Relations commerciales : quelle est la valeur de nos produits ?

Suite aux discussions qui ont réuni à Bercy les Ministres de l’Économie, de l’Agriculture et la secrétaire d’État à la Consommation ainsi que les distributeurs, l’Ania, Coop de France et la FNSEA, les JA réagissent..

 » Lors des discussions qui ont réuni à Bercy les Ministres de l’Économie, de l’Agriculture et la secrétaire d’État à la Consommation ainsi que les distributeurs, l’Ania, Coop de France et la FNSEA, Jeunes Agriculteurs a entendu la volonté du gouvernement de faire respecter la loi mais surtout de renforcer les contrôles et le pouvoir de sanctions auprès de la distribution.

A la veille de l’entrée en vigueur de la loi Hamon dont les décrets d’application tardent à venir, Jeunes Agriculteurs entend bien rappeler aux ministres les engagements qui ont été pris hier en cas de manquement de leur part. L’énergie que met Arnaud Montebourg pour traduire sa « colère jupitérienne » et sa volonté de « punition en place publique » doit être au service des sanctions.

C’est pourquoi il est intolérable que les décrets d’application ne soient toujours pas publiés, des outils indispensables pour que l’Etat puisse enfin faire valoir les dossiers à charge que détient la DGCCRF et sanctionner les comportements abusifs et destructeurs de la distribution !

D’autre part, même si le contexte économique actuel place l’ensemble des acteurs dans une situation délicate, la guerre des prix qui fait ravage depuis des mois ne peut plus durer. A l’image de la filière Fruits et Légumes qui subit de plein fouet les conséquences de ce comportement depuis le début de l’été, victime d’une concurrence dévastatrice des produits d’importation.

Cet acharnement du prix le plus bas sur les produits alimentaires doit cesser au plus vite au profit d’un prix à la juste valeur de nos productions et qui valorise nos territoires.

La compétitivité des entreprises du secteur agricole en dépend, c’est pourquoi Jeunes Agriculteurs s’y emploie au quotidien et prouvera à tous que c’est possible aux « Halles de Jim », premier expérience d’un espace de vente éphémère réunissant les produits de nos 23 régions.

Cet évènement prendra place aux Terres de Jim qui se dérouleront du 4 au 7 septembre 2014 Saint-Jean-d’Illac (Gironde). »


Catégorie agriculture, agro-alimentaire, consommationCommentaires fermés

Fruits et légumes : Halte au dumping sur les produits français !

Communiqué de la FNSEA, Fédération Nationale des producteurs de fruits, légumes de France, Jeunes agriculteurs:

Sans titre&

Catégorie fruits-légumesCommentaires fermés

Les Chambres d’agriculture se mobilisent pour mieux accompagner les producteurs fermiers

Alors que la demande en produits locaux ou commercialisés en circuits courts ne cesse d’augmenter tant de la part des consommateurs que des responsables politiques, la professionnalisation des producteurs fermiers est un enjeu majeur.

Cependant la réglementation sanitaire doit aussi s’adapter pour mieux tenir compte de leurs problématiques spécifiques et leur permettre de gagner en compétitivité tout en assurant une parfaite maîtrise des risques.

Plus de 60 conseillers et élus des Chambres d’agriculture ont participé à la 1ère journée nationale du réseau consacrée aux problématiques sanitaires pour les ateliers fermiers en productions animales (maîtrise des risques sanitaire, conception et fonctionnement des ateliers de transformation, distribution…).

Cette journée visait à échanger avec le ministère de l’agriculture sur la réglementation sanitaire en vigueur et son application sur le terrain.
Les Chambres d’agriculture feront des propositions pour adapter les dispositions aux enjeux des producteurs fermiers, au travers notamment des mesures de flexibilité permises par la réglementation européenne du « Paquet Hygiène ».

Ces évolutions doivent permettre d’encourager le développement des productions fermières et de leur commercialisation en circuits courts ou en filières de proximité, qui représentent des gisements importants en termes d’emploi et d’innovation.

« Cette mobilisation importante démontre l’implication des Chambres d’agriculture pour renforcer notre offre de conseil et apporter les réponses dont les producteurs fermiers ont besoin au quotidien pour répondre à la demande des consommateurs. Rappelons qu’aujourd’hui, un agriculteur sur cinq est impliqué dans les circuits courts. Nous continuerons à relayer auprès des services de l’Etat les réalités du terrain pour construire les évolutions réglementaires indispensables » Jean-Louis Cazaubon, Vice-président APCA.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Abus sanctionnés

Arnaud MONTEBOURG, Stéphane LE FOLL et Carole DELGA ont réuni le 17 juillet la grande distribution et les principales fédérations de fournisseurs du secteur agroalimentaire, suite aux tensions apparues ces dernières semaines et aux alertes du secteur agroalimentaire dénonçant des pratiques abusives dans la relation commerciale entre les parties.

Les participants ont partagé le constat d’une situation économique difficile pour l’ensemble du secteur. La faible croissance et les prix des produits alimentaires de grande consommation à la baisse mettent en danger l’équilibre des filières et obèrent les capacités à investir dans l’outil de production.

En premier lieu, le Ministre de l’économie Arnaud Montebourg a rappelé chacun à ses obligations de respect du cadre défini par la loi – la « LME », qui vient d’être réexaminée et renforcée dans la loi consommation de mars 2014.

Les enquêtes de la DGCCRF ces dernières semaines semblent indiquer l’existence d’abus et de pratiques en contradiction avec la loi depuis début 2014 : demande de baisse de tarif au lendemain de la signature du contrat, demandes de ristournes non prévues au contrat et sous la menace de rupture de déréférencement, remises différées supplémentaires, rétrocessions de chiffre d’affaire injustifiée, promotions additionnelles et non prévues, etc.

De telles pratiques sont inacceptables et dès lors qu’elles seront avérées, elles seront sanctionnées de manière extrêmement ferme, par le biais d’assignations ou par les nouvelles amendes administratives créées dans la loi consommation.

La réunion a également permis de définir un agenda commun à l’ensemble des acteurs, sur le court terme pour les filières en difficulté, et sur le moyen terme, pour sortir collectivement par le haut de la situation actuelle.

Les Ministres ont ainsi souhaité l’attention des distributeurs sur la nécessité de démarches plus constructives, notamment de mise en avant de l’origine France, pour certaines filières plus particulièrement fragiles ou en difficulté cette année : fruits et légumes, viandes, lait, œufs, produits de la mer. Dans ces filières, il est indispensable de définir des stratégies collaboratives de mise en avant des produits nationaux, de lisibilité de l’offre, de cohérence des campagnes promotionnelles, etc.

Carole Delga a invité les participants à réfléchir à des bonnes pratiques sur les comparateurs de prix, en rappelant que leur usage était encadré par loi, car ils doivent garantir une information exacte et loyale des consommateurs. Elle a informé les participants que les comparateurs utilisés aujourd’hui seront contrôlés par la DGCCRF.

Les ministres ont demandé aux participants de finaliser rapidement, avec l’appui du médiateur interentreprises, le label « relation fournisseur responsable » et de lancer le processus de labellisation avec les fournisseurs et distributeurs volontaires. Ce label apportera une garantie supplémentaire aux fournisseurs, et un climat plus propice à la confiance entre les parties prenantes.

Enfin, ils ont demandé au médiateur interentreprises et au médiateur des relations commerciales agricoles de suivre, chacun pour ce qui le concerne, cet agenda et de faciliter une discussion raisonnée, cohérente, et efficace sur l’ensemble de ces sujets, entre les producteurs, les industriels et les distributeurs.

Catégorie agriculture, agro-alimentaireCommentaires fermés

Offres et demandes d’emploi, en Rhône-Alpes, dans le secteur agricole

Retrouvez ces offres d’emploi sur HYPERLINK « http://www.anefa.org »www.anefa.org :

Ain . Ent. recherche salarié d’élevage porcin pr une maternité collective de 1 250 Truies. Poste polyvalent : soins aux animaux, entretien des locaux. Vs devez être motivé, manuel, capable de travailler en équipe. CDI tps partiel. Contact : 04 75 56 94 06 ou  HYPERLINK « mailto:emploi-rhone-alpes@anefa.org » emploi-rhone-alpes@anefa.org. OPO3-03

Hte-Savoie . Expl., production de pommes et poires recherche un salarié polyvalent pour seconder les chefs d’exploitation (trois associés) : taille, entretiens des vergers, ramassage, conditionnement, encadrement des équipes de saisonniers. Profil : forte motivation pour l’agriculture, autonomie, prise de décision. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou  HYPERLINK « mailto:emploi-rhone-alpes@anefa.org » emploi-rhone-alpes@anefa.org. OAR9-74

Isère . Expl. maraîchère et horticole cherche un salarié. Missions : préparation de sols, semis, plantations, traitement, irrigation, récolte et post-récolte (tri, calibrage, ensachage, lavage, préparation des légumes), conduite de tracteur. Travail en équipe, autonomie. Expérience indispensable en conduite de tracteur. CDI tps plein. Contact : 04 76 20 68 08 ou  HYPERLINK « mailto:emploi-isere@anefa.org » emploi-isere@anefa.org. OMA19-38

Rhône . Domaine viticole recrute un chef de culture. Missions : organisation des travaux liés au vignoble, management du personnel permanent et saisonnier. Vs devez posséder une très bonne connaissance technique de la vigne, être observateur, autonome. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou  HYPERLINK « mailto:emploi-rhone-alpes@anefa.org » emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVI22-69

Savoie . Expl. cherche un agent d’élevage laitier. Vs assurerez la traite, les soins et l’alimentation des vaches laitières. Vs interviendrez également aux travaux des champs (fenaisons…). CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou  HYPERLINK « mailto:emploi-rhone-alpes@anefa.org » emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL51-73

Retrouvez ces demandes d’emploi sur  HYPERLINK « http://www.anefa.org » www.anefa.org :

Ain . Homme cherche emploi  d’agent d’élevage laitier. Expérimenté. Agriculteur en reconversion. Mobilité : Ain. Contact : 04 75 56 94 06 ou  HYPERLINK « mailto:emploi-rhone-alpes@anefa.org » emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL80-01

Ardèche . Homme cherche emploi en arboriculture/viticulture. Expériences saisonnières en France et à l’étranger. Contact : 04 75 56 94 06 ou  HYPERLINK « mailto:emploi-rhone-alpes@anefa.org » emploi-rhone-alpes@anefa.org. DAR22-07

Drôme . Femme cherche emploi en maraîchage. Titulaire formation ouvrière polyvalente maraîchage. Expériences saisonnières et stages en expl. Contact : 04 75 56 94 06 ou  HYPERLINK « mailto:emploi-rhone-alpes@anefa.org » emploi-rhone-alpes@anefa.org. DMA63-26

Drôme . Homme cherche emploi de jardinier/paysagiste, petite maçonnerie. Titulaire CAP espaces verts. Contact : 04 75 56 94 06 ou  HYPERLINK « mailto:emploi-rhone-alpes@anefa.org » emploi-rhone-alpes@anefa.org. DPA25-26

Catégorie agriculture, economie/emploi, petites annoncesCommentaires fermés

Agriculture:un premier pas vers l’assurance pour tous !

Le ministre de l’Agriculture a exprimé la volonté de proposer un produit assurantiel de base et annoncé un renforcement des  moyens qui y seraient consacrés.

La FNSEA partage l’objectif de disposer d’un contrat-socle destiné à couvrir les agriculteurs contre les risques climatiques de grande ampleur. Ce contrat permettant de garantir les «coups durs» et de donner ainsi les moyens de poursuivre l’activité,s’inscrit dans les orientations votées à Biarritz,lors du dernier congrès de  la FNSEA .

Dans la continuité des travaux engagés avec la profession agricole depuis le début d’année, le ministre souhaite mener une  phase de test pour apprécier la pertinence du contrat. La FNSEA sera très active à ce stade en favorisant la coopération entre les assureurs et les agriculteurs afin d’aboutir à une offre assurantielle adaptée à tous les secteurs de production.

L’objectif du ministre est de pouvoir proposer le contrat-socle à l’occasion de la campagne de souscription 2015.
La FNSEA s’inscrit dans ce cadencement. Il est essentiel de prouver au plus vite l’efficacité de l’assurance comme outil de gestion des risques dans la politique agricole commune.

Pour la FNSEA, l’augmentation budgétaire proposée par le ministre est un premier signe positif de nature à rassurer les acteurs économiques et constitue un préalable à une diffusion élargie du produit assurantiel.

 » Il s’agit de construire aujourd’hui l’assurance de demain » réagit la FNSEA

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2014
L Ma Me J V S D
« juin    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+