Archive | agriculture

La Région investit 8,5 M€ pour la filière arboricole

Un Plan Fruits apportant une aide de 8,5 Millions d’euros à la filière a été lancé par la région.

L’aide est conséquente, et a été haussé de 4 millions par rapport à l’ancien plan mis en place. Mais c’est bien légitime quand on sait que la filière fruit représente 30 000 hectares sur la région, soit 20% de la surface dédiée au niveau nationale. La région Auvergne Rhône-Alpes se situe ainsi à la seconde place en France à ce niveau là, assurant à la filière fruit un rôle capital pour l’économie.

L’enjeu est donc de favoriser les investissements de modernisation et d’innovation. Des mesures de protection contre les aléas du climat sont également prévues. Enfin, un travail est prévu pour développer le commerce de la filière.

« Le maintien de la production arboricole régionale est capital si nous voulons garantir un revenu décent à nos agriculteurs et des volumes suffisants pour alimenter les entreprises » résume Emilie BONNIVARD, Vice-présidente déléguée à l’Agriculture.

Paul Savary

Catégorie Auvergne-Rhône-Alpes, agriculture, arboricultureCommentaire (0)

Les États généraux de l’alimentation : le point de départ d’une revalorisation de l’agriculture?

Organisés par le ministère de l’agriculture et de l’alimentation, les États généraux de l’alimentation ont été lancés ce jeudi 20 Juillet, et vont durer quatre mois. Portée par Stéphane Travert, ministre de l’agriculture et de l’alimentation, la manifestation a par ailleurs été inaugurée en présence d’Édouard Philippe, premier ministre. Alliant divers ateliers à une plateforme participative sur le web, l’objectif de la manifestation est d’inviter le plus grand nombre à participer à un débat pour construire l’agriculture de demain autour de deux grands thèmes :

  • La création et la répartition de la valeur de l’agriculture
  • Le travail sur une alimentation saine, sûre, durable, et accessible à tous

Pas moins de quatorze ateliers ont été mis en place pour que le plus grand nombre de sujet puisse être débattu. Pour mieux cerner les habitudes et la consommation des français, une étude individuelle nationale des consommations alimentaires avait été menée auprès de 5800 personnes sur 6 ans.

Pour les filières alimentaires françaises, il apparaît que la variation des prix est très diversifiée selon les secteurs du fait des caractéristiques propres des produits. Est également pris en compte la forte transformation du milieu agricole ces dernières année pour répondre aux enjeux économiques, environnementaux, sociétaux et sanitaires.

Ainsi, à partir de cette base de réflexion, 4 objectifs majeurs sont lancés :

  • Relancer la création de valeur et en assurer l’équitable répartition ;
  • Permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes ;
  • Accompagner la transformation des modèles de production afin de répondre davantage aux attentes et aux besoins des consommateurs ;
  • Promouvoir les choix de consommation privilégiant une alimentation saine, sûre et durable.

Tous les acteurs du monde agricole sont donc invités à apporter leurs expériences et idées pour répondre aux enjeux majeurs de demain. Comme l’expliquait Christianne Lambert, présidente de la FNSEA, L’agriculture est à un point de bascule.

Paul Savary

Catégorie A la une, agro-alimentaire, economie/emploi, questions d'actualitéCommentaire (0)

Face à la prolifération des prédateurs, les Régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur se mobilisent pour protéger le pastoralisme

Le 17 juillet 2017, Emilie BONNIVARD, Vice-présidente de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, déléguée à l’agriculture, à la forêt, à la ruralité, à la viticulture et aux produits du terroir et Eliane BARREILLE, Vice-présidente de la Région PACA, déléguée à la ruralité et au pastoralisme ont organisé, à Valence, une réunion destinée à proposer au nouveau gouvernement des actions concrètes pour protéger durablement les éleveurs et le pastoralisme face à la prédation.

Dans un contexte de réactualisation du plan national loup et d’incertitude sur la position du gouvernement à l’égard de la protection de l’élevage face à la prédation, les propositions portées collectivement par ce groupe de travail sont les suivantes :

  • La reconnaissance du droit permanent des éleveurs à protéger leurs troupeaux, traduit par la facilitation des tirs de défense renforcée et de prélèvement en fonction de la réalité des attaques, afin que la pression baisse réellement sur l’élevage (nous sommes passés de 3 000 bêtes tuées en 2004 à 10 000 en 2016)
  • La prise en charge du budget de protection des troupeaux face à la prédation et d’indemnisation des bêtes tuées, par le budget de l’Environnement, et non par celui de l’Agriculture (le coût lié à la prédation en France était de 26 millions d’euros en 2016)
  • La reconnaissance des conflits d’usage induits par la prédation et de leurs effets négatifs sur l’économie et les emplois touristiques des territoires de montagne (appréhension des randonneurs face aux chiens de protection, parcs clos et chemins fermés, responsabilité des éleveurs et des élus en cas d’incidents entre chiens de protection et randonneurs, etc)
  • L’évaluation de l’apport des pratiques pastorales traditionnelles à la vitalité des territoires, à la biodiversité dans les alpages, et les conséquences à moyen et long terme en matière économique et environnementale de leur modification ou disparition en raison de la prédation
  • Une plus grande transparence et précision de la part de l’Etat sur le nombre effectif de loups sur le territoire national et plus précisément sur les secteurs les plus soumis à la prédation
  • La création d’une brigade d’intervention Alpes du Nord, comme celle qui intervient déjà dans les Alpes du Sud
  • La mise en œuvre de prélèvements au sein des Parcs nationaux, réalisés par les services de l’Etat, sous le contrôle de l’Administration des Parcs, afin que les troupeaux ne restent pas sans moyen de défense en cas d’attaque, comme c’est le cas aujourd’hui.

Étaient présents Claude FONT, Secrétaire général adjoint de la Fédération Nationale Ovine (FNO), Alain MATHERON, Secrétaire de l’Union pour la Sauvegarde des Activités Pastorales et Rurales (USAPR), Denise LEIBOFF, Maire de Lieuche et Présidente de l’Association des Communes Pastorales (ACP) de la Région PACA, Nicole BERTOLOTTI, Maire de Sauze et membre du conseil d’administration de l’ACP PACA, Jean-Claude GHIRAN, Conseiller municipal de Levens, membre du conseil d’administration de l’ACP PACA, Michel THOMAS, sous-directeur de la FNSEA, Marc SAVORNIN, de la FDSEA 04 et Francis SOLDA, de la FRSEA PACA et du Centre d’Etudes et de Réalisations Pastorales Alpes Méditerranée (CERPAM).

Catégorie alpages, loup, pastoralisme, pastoralismes du monde, questions d'actualitéCommentaire (0)

INNOV’ACTION fédère les chambres d’agriculture de la région

Toutes les chambres d’agriculture de la région Auvergne Rhône-Alpes se sont mobilisées pour organiser près de 40 portes ouvertes sur l’ensemble du territoire. Cette initiative à destination des professionnels vise à développer au mieux des systèmes de production plus performants. En effet, si l’innovation est souvent issue de la recherche fondamentale, cette opération souligne qu’elle provient également du terrain.

C’est pour cela que ces portes ouvertes ont été organisées, depuis le mois de Mai et jusqu’au mois de Novembre. Les fermes mises en avant ont été sélectionnées selon une représentativité de la richesse et de la diversité de l’agriculture régionale. Les thèmes privilégiés lors de ces portes ouvertes concernent les circuits courts, la gestion de l’eau et de l’irrigation, l’élevage, l’agriculture biologique, l’agronomie, le travail du sol et tant d’autres. Il s’agira pour l’ensemble des thèmes de développer la performance de l’outil de production, les techniques de commercialisation, la production d’énergies renouvelables et la performance environnementale.

Paul Savary

Catégorie agriculture, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

La Mure en fête pour le tour de France

La capitale du pays Matheysin était aux couleurs du tour de France ce mercredi 19 Juillet. Fière d’accueillir la fameuse compétition cycliste en tant que départ d’étape, La Mure n’a pas lésiné sur les moyens et les animations. Afin de permettre au plus large public de profiter des festivités, la ville avait mis en place des parkings gratuits, relayés par des bus qui acheminaient les visiteurs jusqu’au cœur du village.

Une fois sur place, chacun pouvait à loisir découvrir des activités mises en place pour les plus jeunes, ou parcourir le marché des producteurs pour découvrir de nombreux produits locaux. On y retrouvait avec joie le produit phare du pays Matheysin, le murçon Matheysin, vendu par sa confrérie, mais également d’autres mets comme la truffe, portée par le syndicat des trufficulteurs de l’Isère. Un jeu de piste pour partir à la rencontre des commerçants de La Mure avait également été mis en place, liant l’histoire du tour de France à l’activité.

Cette année, la scène de départ a également accueilli les jeunes lauréats de la dictée du tour de France, sélectionnés parmi 50 élèves Murois. La dictée du tour de France est une nouvelle initiative à laquelle ont déjà participé plus de 5000 écoliers à travers la France. Pour cette fois-ci, Anatole Novak accompagnait les jeunes sur scène. Cet ancien coureur est originaire de La Mure, il a une dizaine de participation au tour de France à son actif. Il a tenu à évoquer Jacques Anquetil avec qui il avait couru en son temps, qu’il a surnommé « Le prince du cyclisme », et d’ajouter que le tour de France avait encore de grandes années devant lui, prenant sans doute beaucoup plus d’ampleur dans le futur.

Évidemment, le point culminant de la journée a été le départ du tour, d’abord celui de la caravane distribuant ses produits à tour de bras aux spectateurs, puis celui des cyclistes eux même à 12h10, sous le regard du préfet de l’Isère et des élus Matheysins. Le président Emmanuel Macron a rejoint les coureurs en voiture au col de Galibier, plus tard sur l’étape

Paul Savary

Catégorie A la une, questions d'actualitéCommentaires fermés

La FNAB et la DGER signe une première convention

Après la rencontre avec le ministre de l’agriculture et de l’alimentation ayant eu lieu Lundi 10 Juillet, la FNAB concrétise ses attentes en signant une première convention avec la direction générale de l’enseignement et de la recherche rattachée au ministère de l’agriculture.

Cette convention a pour principal objectif de faciliter l’insertion professionnelle et territoriale des étudiant-e-s de l’enseignement agricole. Elle vise à développer des projets dans l’ensemble des établissement d’enseignement agricole et les groupements départementaux du réseau de la FNAB.

Tout cela suit une des volontés majeur de la FNAB pour l’agriculture : intégrer au mieux l’agriculture biologique dans la formation des futurs agriculteurs d’aujourd’hui.

Catégorie agriculture, bioCommentaires fermés

Le ministre de l’Agriculture reçoit la FNAB

Après qu’il ait visité une ferme légumière bio dans la Manche le vendredi 8 Juillet, le nouveau ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Stéphane Travert a cette fois ci reçu la visite d’une délégation de la Fédération nationale de l’agriculture biologique ce lundi 10 Juillet. Trois sujets majeurs étaient à l’ordre du jour :

  • Les aides à l’agriculture bio
  • L’Europe
  • Les États Généraux de l’alimentation

Stéphanie Pageot, présidente de la FNAB a exprimé les nombreux problèmes liés aux aides, notamment les soucis de retard de paiement qui pénalisent grandement les agriculteurs et freinent leur développement, notamment dans cette période cruciale pour l’agriculture biologique.

Une modification du budget de la PAC a été proposée, avec un transfert de 3% de plus pour le bio. Au delà, il a également été question de prévoir un plan pour l’agriculture biologique au niveau européen. Enfin, le sujet des Etats Généraux de l’Alimentation a été l’occasion pour la Présidente de la FNAB de faire les premières propositions sur la transition agricole et alimentaire des territoires.

La FNAB assure sa contribution active aux États Généraux, rappelant que le bio est le fer de lance de la transition du monde agricole.

Paul Savary

Catégorie agriculture, bioCommentaires fermés

Economiser l’eau et réduire la pollution agricole

L’appel à projets de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse visant à financer des actions innovantes pour réduire les pollutions par les nitrates et les pesticides, diminuer les volumes d’eau prélevés pour l’irrigation et préserver les réserves en eau des sols s’est clôturé le 31 mars dernier. Il récompense 24 projets pour un montant d’aide de l’agence de l’eau de 3 millions d’euros.

Avec cet appel à projets inédit, l’agence de l’eau souhaitait dynamiser les activités de recherche, d’innovation et d’expérimentation du monde agricole consacrées à l’eau afin d’améliorer la qualité des milieux aquatiques.

Majoritairement portés par les stations expérimentales, associations agricoles, établissements d’enseignement agricole et chambres d’agriculture, les projets retenus concernent des techniques et des variétés qui permettent d’économiser l’eau (3 projets pour 140 000 euros d’aide) et des techniques et itinéraires techniques pour limiter l’usage des intrants (12 projets pour 1,7 M€ d’aide). 9 projets répondent à la fois aux deux objectifs de réduction des pollutions et d’économie d’eau (1,15 M€ d’aide).

Parmi les projets retenus:

  1. ACR’eau en Auvergne-Rhône-Alpes : Des systèmes en Agriculture de Conservation pour réduire la dépendance aux intrants et préserver la qualité de la Ressource en eau

Ce projet a pour objectif de concevoir et expérimenter des systèmes de grandes cultures innovants afin d’évaluer leurs performances sur la qualité de l’eau. Il est porté par l’ISARA-Lyon en partenariat avec la coopérative agricole la Dauphinoise, sur une période de 3 ans.
L’expérimentation vise la réduction des herbicides par la suppression du labour, ainsi que la limitation des risques de lixiviation des nitrates par la gestion de couverts végétaux associés aux cultures de vente. En complément, une évaluation transversale de ces systèmes sera conduite (réduction d’intrants, rentabilité, biodiversité, temps de travail…) ainsi qu’une valorisation des résultats.

Cet appel à projets était mené en partenariat avec les financeurs historiques de la recherche agricole, et notamment les conseils régionaux.

Pesticides et prélèvements d’eau, premières causes de dégradation des eaux

40% des cours d’eau et 20% des nappes sont contaminés par des pesticides ou les nitrates. Cette pollution diffuse est l’une des principales causes de dégradation des eaux du bassin Rhône-Méditerranée et, globalement, ce type de pollution ne régresse pas.

40% du bassin Rhône-Méditerranée est en déficit d’eau. Pour préserver les milieux aquatiques des baisses de débit et leur permettre de s’adapter au changement climatique, il est primordial de limiter les prélèvements, de démultiplier les actions d’économies d’eau, de retenir l’eau dans les sols et d’augmenter leur capacité d’infiltration.

Catégorie agriculture, eau, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

La remise en eau du Drac, un projet essentiel au territoire qui se concrétise enfin

Le projet est en test depuis 2014 mais c’est aujourd’hui qu’il est officiellement lancé : Le Drac est enfin remis en eau.

Responsables et élus se sont réunis Lundi 10 Juillet au barrage EDF de Notre Dame de Commiers pour assister à la remise en eau symbolique. Parmi eux se retrouvaient Marie-Noëlle Battistel, députée de l’Isère et présidente de la commission locale de l’eau et Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole. En effet, une nouvelle vanne a été construite permettant à 4 mètres cube d’eau supplémentaires d’être turbinés (soit utilisé pour entraîner une turbine générant de l’électricité) par seconde. Le total du débit est désormais quasiment 4 fois plus important qu’avant.

Ces travaux étaient essentiels, le Drac s’avérait être asséché sur 4km de long plus de 300 jours par an depuis la construction du barrage en 1960. Ainsi ça n’est pas seulement une production accrue pour EDF qui est en jeu, mais également un fort impact sur la biodiversité locale, comme l’expliquait Laurent Perotin, directeur de la production hydro-électrique des Alpes pour EDF.

Après qu’ils aient assisté à l’ouverture de la vanne, les élus ont été guidés jusqu’au site de la Rivoire par Jessica Bruggeman, conservatrice de la réserve naturelle régionale des Isles du Drac et Guy Genet, président du SIGREDA. Ceux ci ont alors pu présenter un vaste projet de réaménagement de la réserve, grande de plus de 800 hectares sur 15 Km de long, aux portes de la métropole. En effet, depuis le tragique accident de 1995, le site est interdit d’accès. L’augmentation du débit au niveau du barrage de Notre Dame de Commiers permet aujourd’hui de pouvoir réaménager certains espaces en sécurité. L’objectif est d’en faire des lieux d’éducation ou des observatoires de la biodiversité. La création de sentiers de promenade est également prévu, mais la baignade demeurera interdite pour préserver la sécurité de tous. Dans un même objectif, de nombreux outils de sécurisation du public vont accompagner ces aménagements.

Enfin, tout le monde s’est réuni sur le site de captage de Rochefort pour la cérémonie publique. Christophe Ferrari y a rappelé que Grenoble était avec Mulhouse la seule ville française qui bénéficiait dune eau naturelle non traitée, et la seule métropole avec Nice à posséder une réserve naturelle régionale sur son territoire. Marie-Noëlle Battistel, elle, a salué ce magnifique projet qui ne présentait aucun impact négatif.

Paul Savary

Catégorie A la une, La Métro, La Métro, eau, hydraulique, questions d'actualitéCommentaires fermés

Comptes 2016 de l’agriculture

Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, constate, à la publication des comptes 2016 de l’Agriculture, que ces chiffres sont le reflet des situations qu’il rencontre tous les jours sur le terrain et lors de ses échanges avec les acteurs des secteurs agricoles et agroalimentaires.

En dépit d’effets contrastés selon les régions, le ministre n’entend pas masquer la gravité de la dégradation globale de la santé de l’Agriculture avec un résultat net par actif en baisse de près de 22% par rapport à 2015 et une perte de richesse globale (valeur brute de la branche agricole) en chute de 8,4% par rapport à 2015.

Pour le ministre, il ne s’agit pas de baisser les bras mais d’engager avec détermination une reconquête de cette richesse, condition indispensable au maintien sur les territoires des entreprises agricoles et à une juste rémunération des acteurs de toutes les filières.

Pour Stéphane Travert, « la phase de reconquête de ces cinq prochaines années reposera notamment sur la création et la répartition de la valeur, le soutien indéfectible aux jeunes agriculteurs, une stratégie d’investissements ambitieuse qui transformera nos filières, une attention constante portée aux plus fragiles, ainsi que le maintien d’un haut niveau de sécurité sanitaire et de protection du consommateur ».

Ce soutien d’un État décideur, facilitateur, régulateur et protecteur dans les situations d’urgence sera au cœur des États généraux de l’alimentation que le président de la République lancera « autour du 20 juillet » et qui seront d’abord consacrés à la création et à la répartition de la valeur mais aussi aux conditions d’une alimentation durable, de qualité et accessible à tous.

Stéphane Travert redit à tous les acteurs et représentants du monde agricole sa confiance et sa volonté de parvenir dans la concertation aux meilleures solutions d’avenir.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2017
L Ma Me J V S D
« juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+