Archive | agriculture

Nouvelles formations pour les apiculteurs

Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, a visité le lycée d’enseignement général et technique agricole de la Côte Saint André qui compte parmi les 9 établissements publics d’enseignement agricole qui dispensent d’ores et déjà des formations à l’apiculture comme par exemple le brevet professionnel responsable d’exploitation agricole option apiculture.

Lors d’une table ronde en présence de l’équipe pédagogique du lycée, d’anciens élèves, des représentants de la Chambre d’agriculture de l’Isère et de l’Association pour le développement de l’Apiculture en Rhône‐Alpes (ADARA), le  ministre de l’Agriculture a annoncé :

  • La création d’un Certificat de Spécialisation « apiculture » : ce certificat de spécialisation permettra à des apiculteurs ou futurs apiculteurs de suivre une formation spécialisée et diplômante d’environ 600 heures. Orientée vers le volet  technique de l’élevage, cette formation facilitera l’installation des nouveaux apiculteurs, en particulier celle des jeunes, dans un métier complexe nécessitant un haut niveau de technicité ;
  • Le développement d’un MOOC (module de formation ouvert en ligne) sur l’apiculture, en partenariat avec les instituts de recherche, l’enseignement supérieur et l’enseignement technique : ce nouveau mode d’apprentissage, accessible à tous les professionnels ou porteurs de projet  d’installation en apiculture, a fait ses preuves comme l’a déjà démontré le succès du MOOC développé sur l’agro‐écologie.

Le développement des compétences et la professionnalisation des apiculteurs répondent à un enjeu sanitaire national, en promouvant des bonnes pratiques d’élevage. La mise en place de ces formations s’inscrit pleinement dans les objectifs du Plan de développement durable de l’apiculture initié en 2013.

Catégorie apicultureCommentaire (0)

Noix de Grenoble: début de récolte le 30 septembre

La commission maturité de l’Appellation d’Origine Protégée Noix de
Grenoble réunie sous l’autorité de l’INAO, a décidé de la date de
récolte pour les vergers arrivés à maturité le :
vendredi 30 septembre

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Les 3e Rencontres International et Innovation du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

CASRALe Crédit Agricole organise, en collaboration avec Altios international, ses troisièmes Rencontres International et Innovation sur le thème « Développez une dynamique partenariale pour votre stratégie internationale« .

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes organise pour ses troisièmes Rencontres International et Innovation quatre rendez-vous pour les entrepreneurs les 5 et 6 octobre 2016 .

Cette année, Tania Sollogoub, économiste de Crédit Agricole SA, présentera les « entreprises face au retour des risques politiques et géopolitiques : comment adapter votre stratégie internationale ? ».

Puis l’accent sera mis sur l’« accompagnement et les financements à l’export : les outils pour optimiser votre expansion internationale », par Miléna Hilaire et Anna-Rita Mastrogiuseppe, chargées d’affaires internationales au Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, et Sophie Mercier, d’Altios International.

L’innovation, complément de croissance fort, sera abordée avec Brice Lemoine, chargé d’affaires start-up et innovation au Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, sous l’angle du « Village by CA : un réseau international au service des start-up ».

Les participants pourront témoigner de leurs propres expériences et échanger avec nos experts qui répondront à toutes leurs questions.

Avec ces Rencontres, la banque fournit une information pointue par les experts de l’international et de l’innovation de la Caisse régionale Sud Rhône Alpes, par le service économique de Crédit Agricole, renommé pour son expertise sur l’international, et par Altios international, spécialiste depuis 20 ans du conseil et de l’accompagnement à l’export.

L’innovation, élément essentiel et complémentaire à l’export, est également un domaine d’excellence du Crédit Agricole qui accompagne de nombreuses start-up, PME et PMI en recherche de relais de croissance.

Ces réunions en petits groupes et décentralisées au cœur du territoire permettent aux professionnels et dirigeants d’entreprise d’obtenir des réponses au plus près de leurs besoins, la proximité étant une valeur forte de la banque coopérative et mutualiste.

L’an dernier, une centaine d’entrepreneurs, dirigeants d’entreprise, responsables export et directeurs financiers ont bénéficié de l’expertise et des conseils dispensés lors de ces Rencontres International et Innovation du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes.

Programme complet

- Mercredi 5 octobre 2016, de 12h à 13h30 (accueil à 11h30) – Siège social – 15-17, rue Paul-Claudel 38100 Grenoble. Un cocktail déjeunatoire accompagnera ces Rencontres.

- Mercredi 5 octobre 2016, de 18h à 19h30 (accueil à 17h30) - Site de Privas – Avenue de l’Europe Unie 07000 Privas. Un cocktail dînatoire clôturera ces Rencontres.

- Jeudi 6 octobre 2016, de 8h30 à 10h (accueil à 8h) - Agence de Bourgoin La Grive - 1, rue des Castors 38300 Bourgoin-Jallieu. Un petit-déjeuner ouvrira ces Rencontres.

- Jeudi 6 octobre 2016, de 18h à 19h30 (accueil à 17h30) – Site de Valence - 290, rue Faventines 26000 Valence. Un cocktail dînatoire clôturera ces Rencontres.

Sur inscription (nombre de places limité) sur https://entreprises.ca-sudrhonealpes.fr/entreprises/DME-InternationalInnovation.html

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

MANGER BIO ET LOCAL EN ISERE

Manger bio et local, c'est l'idéal ® 2016Les producteurs, artisans, magasins bio d’Isère et de l’Ain se sont mobilisés cette année, en collaboration avec l’ADABio (Groupement des agriculteurs biologiques de l’Ain, l’Isère et les Savoie) pour organiser des animations à l’attention du grand public. 16 rendez-vous auront ainsi lieu en Isère et dans l’Ain pour découvrir l’agriculture bio et ses circuits courts de distribution !
10 ans de « Manger Bio et Local, c’est l’idéal » en Auvergne-Rhône-Alpes
La Fédération régionale des agriculteurs bio d’Auvergne-Rhône-Alpes (FRAB AURA), en partenariat avec Bioconvergence, fête les 10 ans de sa campagne « Manger Bio et Local, c’est l’idéal » et vous invite à plus de 130 événements sur la région du 17 au 25 septembre 2016.

Retrouvez le programme complet Ain-Isère sur : www.corabio.org

Visites de fermes, dégustations, marchés bio, conférences, débats…. Découvrez les événements prévus près de chez vous dans le cadre de la campagne « Manger Bio et Local c’est l’idéal ! » et consultez le programme en Auvergne Rhône-Alpes sur la carte interactive du site : www.bioetlocal.org

Catégorie Pays de Savoie, bio, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Monsanto racheté pour 59 milliards d’euros par Bayer

« Nous sommes ravis d’annoncer la fusion de nos deux grandes entreprises. Il s’agit d’une étape importante pour notre activité Crop Science, qui renforce le leadership de Bayer comme société innovante spécialisée dans les Sciences de la vie avec une position dominante dans ses segments clés. Cette opération apporte une valeur ajoutée considérable aux actionnaires, à nos clients, aux employés et à la société dans son ensemble », a déclaré Werner Baumann, CEO de Bayer AG.

«C’ est l’aboutissement de tout ce que nous avons accompli et illustre la valeur que nous avons créée pour nos parties prenantes chez Monsanto. Nous pensons que cette fusion avec Bayer représente une très grande valeur pour nos actionnaires, notamment en raison de la nature de la transaction entièrement en espèces », a déclaré Hugh Grant, président et directeur général de Monsanto…

À moyen et long terme, l’entreprise née de la fusion sera en mesure d’accélérer l’innovation et apportera aux clients des solutions et des produits optimisés, basés sur des connaissances agronomiques et analytiques et soutenus par les applications de l’agriculture numérique. Ces solutions et produits doivent apporter des avantages significatifs et durables aux agriculteurs : approvisionnement optimisé, amélioration de l’aspect pratique, hausse des rendements, meilleure protection de l’environnement et contribution au développement durable.

« L’industrie agricole est au cœur de l’un des principaux défis actuels : nourrir 3 milliards de personnes supplémentaires dans le monde d’ici 2050 dans le respect de l’environnement. Nos deux entreprises ont estimé que cet enjeu nécessitait une nouvelle approche qui intègre de manière plus systématique l’expertise dans le domaine des semences, des traits agronomiques et de la protection des cultures, sans oublier les produits de biocontrôle. Ce défi exige également un engagement fort en faveur de l’innovation et l’utilisation de pratiques agricoles durables », a déclaré Liam Condon, membre du comité directeur de Bayer AG et directeur de la division Crop Science.

« Nous entrons dans une nouvelle ère de l’agriculture, avec des défis importants qui exigent des solutions et des technologies innovantes et durables pour que les producteurs puissent produire davantage avec moins. Cette fusion avec Bayer permettra de créer un centre d’innovation qui associe le portefeuille de protection des cultures de Bayer à nos outils de pointe en matière de semences, de traits agronomiques et d’agriculture numérique pour aider les producteurs à relever les défis de demain. Ensemble, Monsanto et Bayer s’appuieront sur leur longue tradition et sur leur capacité avérée à promouvoir l’innovation dans l’industrie agricole, en proposant aux producteurs un ensemble de solutions plus complet et plus vaste », a déclaré Hugh Grant.

Biassu en fait son actu…

Bayer et Monsanto 14.09.16-1

Catégorie Biassu, agricultureCommentaires fermés

Noix de Grenoble: bilan de campagne 2015/2016..

Malgré le coup de vent mi-septembre 2015 qui a fait tomber prématurément près de 20% de la récolte attendue, la production 2015 a retrouvé le niveau moyen de ces 10 dernières années en dépassant 12000 tonnes. Les conditions climatiques et le savoir-faire des opérateurs de la filière ont permis d’obtenir une très bonne qualité largement plébiscitée par les acheteurs et les consommateurs.

Près de 10 000 tonnes de Noix de Grenoble commercialisées

Sur la campagne 2015-2016, 9695 tonnes ont été commercialisées sous appellation, soit 80% de la production des vergers qualifiés. Ce ratio « volume produit AOP/ volume commercialisé AOP » ou « taux de marque » est maintenant conforté à ce niveau grâce aux efforts de la filière, alors qu’il se situait en moyenne à 64 % sur la période 2002-2009. Maîtrise de la qualité et sécurisation des approvisionnements, l‘appellation est devenue un critère déterminant dans le processus d’achat des consommateurs.

1

Le marché français conforté

La Noix de Grenoble représente un tiers de la production française. Entre 2011 et 2015, le pourcentage du volume total commercialisé en France est passé de 34,9% à plus de 45%. La hausse de production de près de 28% en volume est profitable aux marchés français mais aussi italiens et allemands.

Pour répondre à la demande des consommateurs qui veulent acheter localement des produits de qualité issus d’un terroir identifié, le Comité Interprofessionnel de la Noix de Grenoble a rassemblé plus d’une vingtaine d’acteurs de la filière autour du concept « Vente directe – La Noix de Grenoble du producteur au consommateur ». Une carte interactive est maintenant accessible pour permettre au grand public de se rendre plus facilement sur place ou commander à distance. http://www.aoc-noixdegrenoble.com/terroir/vente-directe/

La Noix de Grenoble toujours aussi performante à l’export

Après le net recul du volume de production en 2014/2015 qui avait pesé sur l’export, le regain de production a profité aux principaux marchés européens. L’Italie, deuxième plus gros marché après la France augmente ses importations de prés de 25% (par rapport à 2014/15) avec un total de 1766 tonnes. Idem pour l’Allemagne dont le volume importé fait un bon de 31% avec 1593 tonnes. Le volume total de Noix de Grenoble exporté représente quasiment 55% de la production AOP.

Perspectives pour  2016/2017

Après l’excellent millésime 2015 qui a profité au marché français aussi bien qu’à l’export, la récolte 2016 est annoncée en hausse de 18% malgré le printemps plutôt frais et pluvieux qui a ralenti le développement des fruits. D’après les premières prévisions, la prochaine récolte devrait être proche des meilleurs niveaux. Les producteurs finissent de préparer les vergers pour assurer un ramassage rapide et l’excellence qui fait la réputation de la Noix de Grenoble.

Les membres du CING se réuniront le 22 Septembre pour évaluer l’état de maturité de la production et convenir, par arrêté préfectoral, de la date officielle de début de récolte.

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Offres et demandes d’emploi en agriculture

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Expl., 50 VL, recrute un salarié polyvalent pr assurer la traite, les soins et l’alimentation du troupeau. Vs participerez aux travaux des champs. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL094916-01

Hte-Savoie . Expl, polyculture-élevage bovin lait, recherche un apprenti. Vs participerez à la traite, à l’alimentation, au suivi du troupeau, ainsi qu’aux travaux des cultures. Contrat d’apprentissage pr préparation BTS ou licence, niveau Bac à étudier. Possibilité logement. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL095060-74

Hte-Savoie . GAEC, élevage bovin lait, zone AOC reblochon, polyculture, aviculture recherche un apprenti. Vs participerez à la traite, l’alimentation du troupeau, aux travaux des champs. Etre motivé par l’agriculture, volontaire et impliqué. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL094741-74

Rhône . Expl. avicole recrute un salarié. Missions : surveillance des poules pondeuses, gestion de la distribution d’aliments et d’eau, petites réparations, nettoyage, désinfection des installations, ramassage, contrôle du calibrage, triage des œufs, chargement des commandes. CDD tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OOAV093475-69

Rhône . GE recherche un ouvrier viticole pr effectuer ts les travaux de la vigne, l’entretien des domaines. Vs devez savoir conduire un enjambeur, un tracteur, posséder le certiphyto et le permis B. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVI37-69

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Homme cherche emploi en grandes cultures, élevage bovin lait, conducteur d’engins. Formation agricole et expériences en exploitations. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. PCM-134404

Drôme . Femme cherche emploi en agriculture. Titulaire BPREA apicole. Expériences en maraîchage, arboriculture, pépinières, viticulture. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. PAR-133844

Drôme . Femme cherche emploi en viticulture. Expériences saisonnières : travaux de printemps, vendanges. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. PVI-128880

Loire . Femme cherche emploi en élevage bovin lait. Titulaire CQP productions animales. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. PVL-130316

Rhône . Homme cherche emploi en agriculture. Expériences saisonnières en productions végétales. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. PMA-126973

Catégorie agriculture, economie/emploiCommentaires fermés

MANGER BIO ET LOCAL EN AUVERGNE-RHONE-ALPES

Les producteurs, artisans, magasins bio d’Auvergne-Rhône-Alpes se sont mobilisés cette année pour organiser des animations à l’attention du grand public. 130 rendez-vous auront ainsi lieu dans la région du 17 au 25 septembre 2016 pour découvrir l’agriculture bio et ses circuits courts de distribution ! La FRAB AURA (Fédération régionale des agriculteurs biologiques Auvergne-Rhône-Alpes), en partenariat avec Bioconvergence, fête cette année les 10 ans de sa campagne « Manger Bio et Local, c’est l’idéal ».

Le Petit guide pour vos amis biosceptiques
remet le couvert !

« Manger bio, c’est trop cher ? Le bio, ça vient de loin… je préfère le local ! La bio à quoi ça sert si tout est pollué autour des champs ? »… Ces interrogations ou affirmations souvent entendues soulignent à quel point les consommateurs se montrent aujourd’hui de plus en plus attentifs aux conséquences de leurs actes d’achat.
Pour répondre à celles-ci, la FRAB AURA réédite en 2016 une nouvelle version de son Petit guide pour vos amis biosceptiques qui sera distribuée sur les événements de la campagne « Manger Bio et Local, c’est l’idéal » du 17 au 25 septembre.

Le guide est  téléchargeable sur www.corabio.org


Vente à la ferme, AMAP et paniers, magasins de producteurs, marchés… Manger bio et local n’a jamais été aussi facile ! Avec à la clé : la garantie d’une nourriture saine à un juste prix, un environnement préservé, une relation directe avec les producteurs et un réel soutien à l’économie locale. Organisée dans toute la France par les agriculteurs bio du réseau FNAB (Fédération nationale d’agriculture biologique), en partenariat avec Biocoop, la campagne « Manger Bio et Local, c’est l’idéal ! » vous invite à découvrir ces nouveaux circuits de distribution avec cette année un mot d’ordre :

« Du local oui, mais en bio ! »

Le mouvement bio a, en effet, fait partie des pionniers dans le développement des circuits courts de distribution. Ceux-ci sont aujourd’hui mis en avant par certains élus, producteurs et distributeurs. Mais le local seul n’est pas un label. Seuls les produits bio des fermes et entreprises de nos régions offrent les garanties d’une agriculture vraiment locale et respectueuse de l’environnement :

La garantie de produits locaux sans OGM, sans pesticides ni engrais chimiques

Alors que l’agriculture conventionnelle française détient le record de consommation de pesticides en Europe et que 80% des animaux des fermes conventionnelles sont nourris avec des OGM.

La garantie de produits vraiment locaux

Pas de produits chimiques élaborés dans de lointaines usines, pas d’OGM importés d’outre-Atlantique. Pour fertiliser les sols, les agriculteurs bio utilisent fumier, compost et engrais organiques souvent issus de leur exploitation ou élaborés en proximité. Idem pour les animaux qu’ils élèvent et nourrissent avec des aliments bio qui doivent provenir en majorité de leur exploitation.

La garantie d’un mode de production favorable à l’économie locale

Consommer bio favorise davantage l’économie locale puisque le mode production ne nécessite pas l’achat de produits coûteux qui viennent de loin (pesticides, OGM…). L’agriculture bio génère aussi plus d’emplois : avec 5 % des surfaces cultivées en France, elle représente déjà 10 % de l’emploi agricole !

La garantie d’un mode de production qui préserve les paysages et la biodiversité locale

Parce qu’elle favorise les exploitations à échelle humaine et la diversité des cultures, l’agriculture biologique préserve les paysages. Parce qu’elle n’utilise pas de pesticides et d’engrais chimiques elle préserve les nappes phréatiques, la biodiversité et la chaîne alimentaire naturelle (insectes, oiseaux, petits mammifères…).


Visites de fermes, dégustations, marchés bio, conférences, débats…. Découvrez les événements prévus près de chez vous dans le cadre de la campagne « Manger Bio et Local c’est l’idéal ! » et consultez le programme en Auvergne-Rhône-Alpes sur la carte interactive du site :

www.bioetlocal.org

Catégorie bioCommentaires fermés

AUTOMNE FERMIER jusqu’au 17 octobre 2016

Vivre la campagne de plus près, retrouver les vraies valeurs, écouter
les bruits de la ferme et goûter de bons produits pleins de saveurs…
C’est ce que vous proposent pour la première année des
agriculteurs du réseau Bienvenue à la ferme en Isère. Ils vous
ouvrent leurs portes et vous accueillent sur leurs fermes,  jusqu’au 16 octobre pour de nombreuses festivités.
Au programme de l’automne fermier :
des démonstrations de pressage d’huile, la visite d’un élevage
d’émeus, la visite commentée d’une palmeraie et d’un arboretum, la
participation à la récolte du safran, mais aussi des marchés fermiers
pour déguster et faire ses achats de produits fermiers (pain, spiruline,
escargots, noix, confitures, miel, charcuterie, etc……).
Retrouvez les dates et lieux de ces différentes manifestations sur le
site : www.bienvenue-a-la-ferme.com/rhone-alpes ou sur la page
facebook de la Chambre d’Agriculture de l’Isère.

L’automne fermier se décline aussi en Drôme, Ardèche, Rhône,
Savoie et Haute-Savoie. Les agriculteurs du réseau Bienvenue à la
Ferme vous invitent à découvrir une large gamme d’activités et de
rendez-vous avec plus de 35 événements.

Le réseau Bienvenue à la Ferme en Rhône-Alpes fédère aujourd’hui
580 adhérents qui échangent et innovent ensemble pour proposer aux
consommateurs une marque reconnue et une démarche de qualité
garantie.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Jean-Pierre BARBIER présent et engagé aux côtés du monde agricole

A l’occasion de la foire agricole de Beaucroissant, le grand rendez-vous agricole de la Région Auvergne Rhône-Alpes, le Président du Département de l’Isère et député, Jean-Pierre Barbier  a exposé sa vision de l’agriculture et fait des propositions  pour refaire de l’agriculture un fleuron de l’économie française, qui puisse profiter à ses agriculteurs. Pôle agroalimentaire, homogénéisation des normes, et filières équitables sont les pistes esquissées.

P1100774

Créer de la valeur ajoutée : un pôle agroalimentaire en Isère

Le grand défi qui se pose concerne la sécurisation et la diversification des revenus agricoles. Face à des cours volatiles et une compétition accrue, il s’agit de créer de la valeur ajoutée pour permettre aux agriculteurs de gagner leur vie.

C’est pour cela que le Département est moteur dans la création d’un pôle agroalimentaire isérois en s’appuyant notamment sur les outils existants : abattoirs du Fontanil, Marché d’intérêt national (MIN), légumerie, etc. Ce pôle aura pour vocation d’intervenir pour l’ensemble des acteurs des différentes filières agricoles en Isère et des multiples segments de la chaîne alimentaire (production, transformation, commercialisation) pour permettre à la profession de se structurer, de fabriquer des produits finis avec de la valeur ajoutée et de saisir de nouvelles opportunités commerciales.

P1100822

Homogénéiser les règlementations : la France alignée sur l’Europe

La France pêche par un excès de règlementations agricoles trop strictes qui pénalisent notre agriculture face à nos voisins européens. Il est crucial d’aligner nos lois et règlementations sur le standard européen. Il est impossible de lutter contre des marchés agricoles qui ne respectent pas les mêmes normes, d’autant plus dans un marché européen libéralisé avec une libre circulation des marchandises.

C’est un travail qui est à mener à la fois par les parlementaires nationaux et européens comme par le Gouvernement. Un vaste chantier de remise à niveau des normes doit avoir lieu lorsqu’elles posent problème.

P1100780

Garantir des prix planchers dans des filières aujourd’hui injustes

Le système agroalimentaire français est encore trop déséquilibré dans sa relation entre agriculteurs, industriels et distributeurs. Nous devons rééquilibrer le rapport de force au profit des agriculteurs qui sont aujourd’hui impuissants dans les négociations.

Pour cette raison, il est capital d’imposer aux industriels des prix d’achats qui tiennent compte des coûts de production. Branche par branche, produit par produit, nous devons définir des prix en dessous desquels il ne sera pas possible de passer chaque année.

« La crise est maintenant devenue trop longue et durable pour se contenter de poser des rustines ci et là. Les aides d’urgence ne sont pas une solution de long terme. Mais mieux vaut prévenir que guérir. ll faut créer une nouvelle agriculture. », explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère et député.

Catégorie Département de l'Isère, agriculture, foire de BeaucroissantCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2016
L Ma Me J V S D
« août    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+