Archive | agriculture

Intempéries du 15 juin 2019: mobilisation du Crédit Agricole

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, le Crédit Agricole Centre-Est et Crédit Agricole Assurance adressent leur soutien aux personnes concernées par l’épisode de grêle qui a touché les départements de la région Rhône-Alpes ce samedi 15 juin.

Toutes nos équipes sont mobilisées pour les accompagner à la suite de ces intempéries d’une rare intensité qui ont frappé plusieurs secteurs de la Drôme, de l’Isère et de l’Ardèche.

Les conseillers contactent leurs clients agriculteurs pour mesurer l’ampleur des dégâts subis et proposer un accompagnement bancaire et humain. Un dispositif spécifique et exceptionnel est mis en place pour soutenir les exploitants touchés.
La première mesure consiste à donner du temps aux clients en suspendant les échéances de prêt si nécessaire :
- pour attendre les mesures gouvernementales et les indemnisations d’assurances,
- pour étudier les solutions financières pérennes à moyen terme.
La deuxième mesure consistera en un accompagnement financier intégrant des solutions de financement court terme et moyen terme avec des conditions spécifiques.
Pacifica, la filiale assurances du Crédit Agricole, a mis en place un dispositif renforcé pour répondre aux sollicitations de toutes les personnes concernées par ces intempéries.

Pour tous dommages importants liés aux intempéries du week-end, que ce soit sur un véhicule auto ou 2 roues ou que cela concerne l’habitation, le matériel ou un local professionnel, les particuliers, chefs d’entreprise et agriculteurs peuvent contacter dès que possible le 0800 810 812 pour une première déclaration.
Pour les particuliers, la déclaration peut aussi se faire depuis l’application Pacifica.
Les clients agriculteurs ayant souscrit une assurance Grêle ou assurance Récoltes, sont invités à contacter le numéro spécifique 0800 810 816.
Dans un délai de 5 jours ouvrés après les intempéries, il sera demandé aux assurés d’adresser un courrier en récapitulant précisément les faits et en listant les biens détériorés ou hors d’usage, en y joignant tous les documents de nature à prouver les dommages (photos, vidéos…). L’état de catastrophe naturelle prolongerait ce délai à 10 jours.

Jean Pierre Gaillard, président du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes était présent aux côtés du ministre de l'agriculture Didier Duillaume, du Président du Département Jean Pierre Barbier et de nombreux élus pour apoorter sonsoutien aux agriculteurs sinistrés de l'Isère

Jean Pierre Gaillard, président du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes était présent aux côtés du ministre de l'agriculture Didier Guillaume, du Président du Département Jean Pierre Barbier et de nombreux élus pour constater l'ampleur des dégâts et apporter son soutien aux agriculteurs sinistrés de l'Isère.

Catégorie agriculture, questions d'actualitéCommentaires fermés

La filière noix de Grenoble à l’agonie …mais elle se relèvera

Ce samedi 15 juin a été apocalyptique dans la vallée du Gésivaudan..De Romans sur Isère à Tullins un orage de grêle d’ une rare violence accompagné de  rafales de vents atteignant parfois les 150 km/h a fait d’énormes dégâts.  L’agriculture a beaucoup souffert de cette météo hors norme, en particulier la noyeraie.

Selon une première estimation ce sont entre 15 000 et et 20 000 arbres sui sont couchés, impactés .. Certains nuciculteurs ont perdu la totalité de leur production en quelques minutes..

Suite à cette calamité la mobilisation est générale..

wauquiezCrédit photos © Guillaume Atger/Région Auvergne-Rhône-Alpes

Dès ce lundi matin Laurent Wauquiez Président de la région Auvergne Rhône-Alpes  s’est rendu sur le terrain afin de constater les dégâts et d’annoncer un déblocage de fonds  d’urgence à hauteur de 5 millions d’euros  pour aider les agriculteurs et éleveurs touchés dans la région.

Didier Guillaume ministre de l’agriculture a quant à lui visité l’exploitation de Christian Bofelli nuciculteur à  Montagne. De nombreux élus ont assisté à cette visite dont Jean Pierre Barbier Président du Conseil Départemental accompagné de Robert Duranton vice Président en charge de l’agriculture. Bien entendu l’ensemble des structures de la filière noix étaient représentées ainsi que de nombreux nuciculteurs.

Christian Bofelli a fait part de son désarroi avec plus de 1000 arbres mis à terre et d’autres qui ne produiront pas cette année  » et sans doute les années suivantes »..  » C’est d’autant plus préjudiciable que j’ai investi ces dernières années 250 000 euros pour moderniser mon exploitation.. »

Yves Borel président du Comité interprofessionnel de la noix de Grenoble a été on ne peut plus clair  » la filière noix de Grenoble est à l’agonie.. Les pertes de récoltes vont être très importantes.. D’autres dont nos concurrents directs vont en profiter bien sûr.. Il faut aussi traiter l’urgence: redresser les arbres qui peuvent l’être, débarrasser les autres, supprimer les souches.. Un travail de titans.. »

Propos repris par Yves Renn  président de coopenoix qui a rajouté: » il est certain que c’est l’ensemble de la filière qui est impacté..nous espérons que les apports seront inférieurs que de 50% …sinon..!! Il y a bien sûr la coopérative à faire tourner avec du personnel, les investissements à amortir et penser à replanter en noix de Grenoble .. Bien entendu Coopenoix se mobilisera auprès des coopérateurs pour les aider à sortir de l’impasse.. »

Jean Claude Darlet, président de la chambre d’agriculture, très ému car nuciculteur lui même a bien entendu confirmé ces constats tout en s’adressant directement au ministre de l’agriculture: Il faut traiter le dossier de l’assurance en urgence. Trop d’agriculteurs ne sont pas assurés car les échéances sont trop lourdes. Et de faire un aveu:  » moi même je ne suis pas assuré car j’ai choisi de garder mon personnel plutôt que de d’assurer mon exploitation: Oui il faut rendre l »assurance obligatoire mais à des tarifs raisonnables.. »

Didier Guillaume a donné entièrement raison à Jean Claude Darlet promettant de réunir au plus vite les instances concernées pour sortir de cette impasse.

Il a confirmé que tout sera fait pour qu’aucun agriculteur victime de cette tempête « mette la clé sous la porte »  tout en saluant leur dignité et leur courage face à ce sinistre.

Le Département sera également aux côtés des agriculteurs sinistrés. Ceci dès qu’un bilan précis sera fait..

Jean Claude Darlet précisant enfin « qu’il ne faut pas oublier les éleveurs qui n’auront pas de fourrage cet hiver pour nourrir leur bétail, les maraichers qui ont tout perdu..les céréaliers qui auront des pertes de récoltes considérables.. »

Certes l’ambiance était morose mais nous avons entendu des  » on est à l’agonie mais on se relèvera.. » nous n’en doutons pas!

Gilbert PRECZ

Voici un diaporama de la visite de Didier Guillaume à Montagne..




Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Trophées de l’agro-écologie

agro

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, avec le soutien du Crédit agricole, organise les « Trophées de l’agro-écologie » depuis 2014. Cette année, le concours se déroule du 15 avril 2019 au 31 juillet 2020. La date limite de dépôt des dossiers de candidature est fixée au 30 juin 2019.

L’objet des « Trophées de l’agro-écologie » est de distinguer des démarches innovantes, individuelles ou collectives, exemplaires d’une agriculture à la fois productive et respectueuse de l’environnement et des femmes et des hommes qui la font vivre.
Les Trophées récompensent particulièrement les démarches à caractère agro-écologique. Ces dernières sont autant de témoins réussis d’une agriculture productive, compétitive et s’appuyant sur les services rendus par la nature. L’évaluation de ces démarches se fera au regard de la triple performance : économique, sociale et environnementale.

Chaque démarche doit donc répondre à différents enjeux :

avoir un impact positif sur l’environnement : la protection d’un milieu (exemple : agriculture à bas intrants), la reconquête d’un milieu dégradé (eau, sol, écosystème fragile, etc., par exemple via l’agriculture de conservation des sols), la sensibilisation à la protection de l’environnement, la mise en valeur d’un paysage ou d’un milieu naturel particulier (exemple : plantation de haies), l’amélioration ou la mise au point d’un procédé ou d’une technique nouvelle ou peu répandue respectueuse de l’environnement (exemple : association de cultures), etc… ;

  • être économiquement viable : les participants au concours doivent pouvoir faire la preuve que la mise en place de leur démarche agro-écologique est compatible avec la rentabilité économique des exploitations. Ces démarches doivent être susceptibles d’inspirer d’autres agriculteurs, après adaptation au contexte territorial et aux spécificités des exploitations. Les impacts globaux de la démarche sur la création de valeur et sur la production seront également étudiés ;
  • prendre en compte les aspects sociaux et territoriaux : l’impact du projet sur la qualité de vie des exploitants ou de leurs salariés ainsi que sur l’évolution de leur charge de travail permettra d’apprécier la prise en compte des critères sociaux. De la même manière, l’intégration du projet dans le milieu socio-économique local sera valorisée (implication d’autres agriculteurs,  implication de partenaires extérieurs, création d’emplois, communication vers d’autres milieux, insertion des porteurs du projet dans la vie locale du territoire, lutte contre l’isolement rural…).

Le caractère innovant des démarches doit également être pris en compte dans leur évaluation. L’innovation réside notamment dans la qualité de la synergie des actions entreprises au sein des exploitations, mais aussi dans l’application de nouveaux itinéraires techniques, la mise en place de nouveaux partenariats, d’actions de communication originales, etc.
Outre ces critères globaux valables pour l’ensemble des deux catégories de prix, des critères plus spécifiques liés aux réalisations effectives s’appliquent à chaque catégorie de prix. Concernant le « Grand prix de la démarche collective », le jury privilégie les groupes ayant déjà un certain nombre de réalisations à leur actif.
Concernant le « Prix de l’Innovation », les Trophées ne s’appliquent qu’aux démarches abouties et non aux initiatives encore au stade de l’élaboration ou de la mise en oeuvre.

Vous souhaitez candidater pour l’édition 2019-2020 des Trophées de l’agro-écologie ? Téléchargez les documents ci-dessous :

Catégorie agricultureCommentaires fermés

« L’état de catastrophe naturelle devra être décreté »

Les violents orages qui ont frappé notre région ont fait d’énormes dégâts . En première ligne l’agriculture. On ne compte plus les exploitations ravagées par dés déluges de grêle et par un vent de tempête.

Ceci ce samedi toute l’après midi.

Certaines récoltes sont détruites, en particulier les récoltes arboricoles, la vigne et les céréales.. La noyeraie de Grenoble n’a pas non plus été épargnée.

Didier Guillaume, drômois d’origine, ministre de l’agriculture s’est rendu sur le terrain  de nord Drôme et a pu visualiser l’ampleur des dégâts mais aussi le désarroi des agriculteurs.

Il a annoncé qu’en plus de la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle des mesures d’aides exceptionnelles seraient mises en place très rapidement.

Didier Guillaume se rendra ce lundi 17 juin dans le sud Grésivaudan ou accompagné de Jean Pierre Barbier président du Conseil Départemental il se rendra compte des dégâts causés dans cette vallée du sud Grésivaudan.

Catégorie Département de l'Isère, agricultureCommentaires fermés

16ème Fête de la Forêt de Montagne !

La Fête de la Forêt de Montagne c’est 4 jours d’animations, d’ateliers, de conférences pour tous les publics. Enfants, parents, amateurs, professionnels et curieux, tout le monde y trouvera son compte !


fete foret de montagne

Pour en savoir plus…:

http://www.fetedelaforet.fr/
Ehttphttp://www.fetedelaforet.fr/://www.fetedelaforet.fr/http://www.fetedelaforet.fr/n savoir plus

Catégorie forêt, questions d'actualitéCommentaires fermés

Ouverture des candidatures pour les CA d’Or 2019 !

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes organise sa 14e édition des CA dOr, en partenariat avec lassociation Mécénat Crédit Agricole Sud Rhône Alpes. Ce concours valorise les professionnels innovants en Isère, Drôme, Ardèche et Est lyonnais.

Jusquau 12 juin 2019, les professionnels clients de la banque peuvent déposer un dossier de candidature sur le site www.ca-sudrhonealpes.fr/cador.html. Pour le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, « Innover », cest développer un nouveau produit ; créer un nouveau service ; faire évoluer les usages ; transformer le quotidien. Linnovation proposée peut être technologique, écologique, mais aussi au service des territoires.

Une fois linscription validée, le dossier est transmis à la Caisse locale de lagence bancaire de rattachement du client. Chaque Caisse locale ne peut présenter quun projet et choisira donc celui quelle souhaite soutenir. Après cette première sélection par le président de la Caisse locale, les 30 projets retenus seront présentés devant un jury composé de représentants des chambres consulaires, de plateformes dinitiatives locales et du Crédit Agricole.

Les lauréats, un par catégorie, remporteront chacun : un trophée, un chèque de 1.500 , une vidéo promotionnelle et une valorisation médiatique de leur projet.

Les quatre catégories

Les lauréats des CA dOr 2019 seront récompensés à Grenoble devant les chefs dentreprises, responsables associatifs, chambres consulaires, plateformes dinitiative locale, élus de Caisses locales et collaborateurs en novembre 2019. Découvrez les lauréats des années précédentes sur https://e.ca-sudrhonealpes.fr/cador/editions-precedentes.php.

Le concours des CA dOr est un évènement annuel dont le leitmotiv « Dune petite idée peut naître un grand projet » reflète son ambition de valoriser les innovations développées par les professionnels de notre territoire.

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Zone interdite à Beaucroissant!

À l’heure d’Internet et du e-commerce, rien ne semble pouvoir détrôner les foires commerciales dans le coeur des Français.

Chaque printemps, ils se pressent par centaine de milliers en ville comme à la campagne dans ces rassemblements populaires. Ophélie Meunier  présentratrice de l’émission et les équipes de «Zone Interdite» se sont plongées au coeur de deux foires aux ambiances incroyables !

Rendez-vous dans l’Isère à Beaucroissant pour assister à la plus ancienne foire de France. Celle de septembre va fêter son 800ème anniversaire.. Puis direction la foire internationale de Rennes en Ille-et-Vilaine pour l’évènement commercial le plus important de Bretagne. Enfin, cap sur Paris pour le fameux concours Lépine.

Florie Martin journaliste et son équipe a passé plusieurs jours à Beaucroissant pendant ce mois d’avril , dont le week-end de la foire, mais aussi au coeur de la campagne iséroise…

De nombreux reportages et interviews vont se succéder au cours de cette émission…Nous n’en dévoileront pas la teneur….

Juste une anecdote: Florie Martin a même du chausser les bottes lors d’une visite très matinale sur l’exploitation de Max Josserand!!!

Regardez ce dimanche 5 mai sur M6 à 21:00 le programme « Zone interdite »


Catégorie foire, foire de Beaucroissant, questions d'actualitéCommentaires fermés

Retrait et rappel de fromages Saint-Félicien et Saint Marcellin

Treize cas de syndrome hémolytique et urémique (SHU) dus à une infection à Escherichia coli de type O26 sont survenus chez des jeunes enfants, depuis le 21 Mars 2019, dans plusieurs régions. Les autorités sanitaires ont entrepris les investigations nécessaires afin d’identifier la source de contamination alimentaire à l’origine de ces cas et protéger les consommateurs.

D’après les premiers résultats des investigations, plusieurs de ces enfants ont consommé des fromages Saint-Félicien et Saint Marcellin avant le début de leurs symptômes.

Parmi ces enfants, 3 auraient un lien possible avec la consommation de fromages Saint Félicien et Saint Marcellin fabriqués par la Société Fromagerie Alpine à Romans-sur-Isère dans la Drôme. Par mesure de précaution, les autorités sanitaires ont décidé de procéder ce jour au retrait du marché des produits concernés et d’effectuer un rappel auprès des consommateurs.

Les produits concernés sont les suivants :

Marque sanitaire (estampille) : FR 26 181 001 CE
Dénomination des produits : SAINT- FELICIEN et SAINT MARCELLIN
Présentation : fromage entier de 180g (Saint-Félicien) 80g (Saint Marcellin)
Lots : tous les lots de l 032 à l 116
Marques commerciales : FROMAGERIE ALPINE, CARREFOUR, REFLET DE FRANCE, LECLERC, LIDL, AUCHAN, ROCHAMBEAU, PRINCE DES BOIS, SONNAILLES ET PREALPIN
Distribution : France entière

Les enseignes ayant distribué ces produits sont tenues d’informer leurs clients. Des affichettes seront notamment apposées sur les points de vente concernés.

La bactérie E. coli est naturellement présente parmi la microflore digestive de l’Homme et des animaux à sang chaud. Certaines souches d’E. coli sont pathogènes, et peuvent être responsables chez l’Homme de troubles variés allant d’une diarrhée bénigne à des formes plus graves comme des diarrhées hémorragiques ou des atteintes rénales sévères comme le SHU, principalement chez le jeune enfant.

Il est demandé aux personnes qui détiendraient les fromages concernés de ne pas les consommer – et plus particulièrement les jeunes enfants, femmes enceintes, personnes immunodéprimées et personnes âgées – et de les rapporter au point de vente où ils ont été́ achetés.

Les personnes qui en auraient consommé et qui présenteraient des symptômes de type diarrhées, douleurs abdominales ou vomissements doivent consulter, au plus vite, leur médecin traitant en mentionnant cette consommation et le lien possible avec la bactérie Escherichia coli.

En l’absence de symptôme dans les 10 jours après la consommation des produits concernés, il est inutile de s’inquiéter et de consulter un médecin.

Les investigations épidémiologiques, microbiologiques et de traçabilité alimentaire se poursuivent pour déterminer la source d’infection des différents cas par Escherichia coli de type O26.

Santé Publique France, en lien avec le Centre national de référence (CNR) des Escherichia coli poursuit également la surveillance renforcée des syndromes hémolytiques et urémiques (SHU) qui peuvent survenir à la suite de la consommation de produits contaminés par la bactérie Escherichia coli de type O26 pour détecter d’éventuels nouveaux cas .

D’une façon générale, les autorités sanitaires rappellent que par précaution le lait cru et les fromages à base de lait cru ne doivent pas être consommés par les jeunes enfants ; il faut préférer les fromages à pâte pressée cuite (type Emmental, Comté, etc.), les fromages fondus à tartiner et les fromages au lait pasteurisé.
La même recommandation doit être suivie pour les femmes enceintes, les personnes immunodéprimées et les personnes âgées.

La société Fromagerie Alpine a mis en place un numéro d’appel, le 04.75.70.01.01.

Plus d’information sur les SHU et sur la bactérie Escherichia coli :

http://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/article/syndrome-hemolytique-et-uremique-shu

http://invs.santepubliquefrance.fr//fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Risques-infectieux-d-origine-alimentaire/Syndrome-hemolytique-et-uremique

http://agriculture.gouv.fr/ecoli-quest-ce-que-cest

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

2019, année « anniversaires » pour les foires de Beaucroissant

Une petite foire qui à tout d’une grande !

Un anniversaire à fêter comme il se doit 2019 sera une année marquante dans l’histoire de la foire de Beaucroissant. En effet, les 27 et 28 avril se tiendra la 50ème édition de ce rendez-vous incontournable qui préfigure l’arrivée de la Grande foire – fin septembre – qui elle fêtera son 800ème anniversaire. Une édition…

Un anniversaire à fêter comme il se doit

2019 sera une année marquante dans l’histoire de la foire de Beaucroissant. En effet, les 27 et 28 avril se tiendra la 50ème édition de ce rendez-vous incontournable qui préfigure l’arrivée de la Grande foire – fin septembre – qui elle fêtera son 800ème anniversaire. Une édition que le conseil municipal de la commune se devait de fêter avec la création d’une nouvelle image de la foire et d’un nouveau logo.

La petite foire en quelques mots

Sur la commune de Beaucroissant, la petite foire regroupe plus de 800 exposants et reçoit 250 000 visiteurs, sur une superficie de 20 hectares et autant de parkings. Petite soeur de la foire d’automne, elle se tient pendant deux jours, le week-end d’avril le plus proche de la Saint Georges. Née en 1836 par ordonnance royale, tombée ensuite en désuétude, elle est relancée en 1970 par le conseil municipal et depuis n’a plus cessé son activité. La foire accueille professionnels et grand public.

Elle est structurée autour d’une foire au bétail et de stands en matériels agricoles, d’un espace réservé aux petits animaux et d’une exposition de chiens, auxquels s’ajoutent un marché aux plantes, une allée des artisans créateurs, un espace couvert dédié à l’habitat.

Une foire envers et contre tout ?

Malgré des contraintes sanitaires et sécuritaires de plus en plus complexes et lourdes – plus de 120 000 €/an pour la sécurité – personne ne peut imaginer la disparition de ces deux rendez-vous annuels. « Ce qu’aiment les gens ce sont surtout les animaux et l’on voit plusieurs générations qui circulent ensemble sur la foire, comme si elles allaient au spectacle !

À cela s’ajoute la partie animation avec de nombreux manèges et commerces en tout genre, mais aussi la présence de longue date de figures incontournables tels que les bonimenteurs. N’oublions pas enfin la partie professionnelle et négoce agricole, où beaucoup de transactions s’effectuent », souligne Antoine Reboul, Conseiller municipal à la Mairie de Beaucroissant.

Un vecteur économique incontournable

La foire est une initiative municipale qui est portée par toute une commune depuis l’origine. Elle rayonne très largement en dehors du territoire puisque des exposants de toute la France sont présents, avec toutefois une forte représentativité du grand Sud Est de la France. Elle n’est pas une source de bénéfices pour la commune et ce n’est pas le but recherché, mais permet le financement de deux agents municipaux supplémentaires toute l’année, au service des habitants.

Une nouveauté pour fêter la 50ème foire de printemps.

Découvrez sur l’allée 14 un espace dédié aux artisans créateurs locaux.
Une quinzaine d’exposants Isérois vous proposerons de découvrir ce qu’ils conçoivent et fabriquent eux-mêmes.
Vous pourrez y trouver des vêtements, des accessoires de mode pour petits et grands, des savons, des bougies, de la décoration, des objets en bois, des bijoux et une multitude de trésors et idées cadeaux en tout genre.

Présent pour la deuxième année, le marché au plantes, rassemble dans un espace dédié les exposants du domaine de l’horticulture. L’arrivée du printemps est le moment idéal pour s’occuper de son jardin, colorer son intérieur avec de jolies fleurs ou planter des légumes

Catégorie A la une, foires et fêtesCommentaires fermés

Noix de Grenoble: actualité commerciale délicate

La noix de Grenoble est malmenée en ce moment… En cause les déclarations d’un professeur qui a précisé que les traitements sanitaires sur les noyers provoquaient des cancers et une actualité commerciale délicate.

Nous avons fait le point dernièrement avec Yves Renn, président de coopenoix,  concernant l’étude  » médicale » aujourd’hui abordons le dommaine commercial.

Les propos introductifs d’Yves Renn sont très clairs:  » si l’année 2017 a été très positive, pour la campagne 2018 il y a , c’est net, un changement de contexte ».

Les orientations du marché mondial ont évolué avec deux facteurs essentiels: le chili a produit 130 000 tonnes de noix de très bonne qualité et a proposé des prix inférieurs de 70 centimes d’euros par rapport à l’année précédente. Les Etats Unis avec 600 000 tonnes de noix ont proposé des prix à l’export inférieurs de 1 euro et ce dès le début de la saison .

Coopenoix a du faire face à cette politique très agressive en   » en baissant ses prix de 40 cts  » et Yves Renn de ne pas comprendre pourquoi les produits qui entrent en Europe ne sont pas taxés afin de mieux réguler les marchés.

De plus outre les volumes importants toutes origines confondues mis en marché il est à noter une baisse sensible de la consommation de noix en Europe.

 » La noix est considérée comme un produit de luxe et en cette période ou le pouvoir d’achat est en baisse généralisée le consommateur préfèrera axer ses dépenses sur les produits de première nécessité même s’ils savent que la noix a des vertus positives sur la santé. »

Yves Renn rajoute, si la fin d’année 2018 a été correcte du fait que l’on a honoré les contrats signés avec nos clients habituels, depuis le début d’année 2019 les volumes commercialisés sont inexistants malgré une  nouvelle baisse des prix de 30 à 40 % pour se remettre dans le contexte de la concurrence.

Une concurrence qui pourrait être franco française..  » Les producteurs du Périgord ont mené une politique de prix agressive en baissant leurs prix de 70cts.. Ils ont écoulé 55 % de leur production alors que nous on en a écoulé 70%… « 

Cela n’empêche, le président de Coopenoix est clair: nous aurons environ 500 tonnes de noix de report en plus du report stratégique.

Les producteurs ont bien sûr étés informés de ce contexte défavorable,  » en réunions de secteurs nous avons été totalement transparents.. tout en étant pas alarmistes car Coopenoix a les reins solides pour passer ce cap »..

Il est évident également que la distribution ne joue pas le jeu car si les prix payés au producteurs ont chuté de 30 à 40 cts du kilo on  ne peut hélas pas dire que cela c’est répercuter sur les étals..  » Il faudra aussi relancer le marché français et étudier le marché à l’exportation pour mieux cibler les consommateurs, mieux les comprendre » estime Yves Renn..

Autre piste étudiée: le marché du cerneau, certes il est de niche et il ne subit aucun contrôle. C’est un marché hyper concurrentiel et le marché français est totalement désarmé face à cette problématique..

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juin 2019
L Ma Me J V S D
« mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+