Archive | agriculture

Décès de Xavier beulin, Président de la FNSEA

Le Président de la FNSEA, Xavier Beulin est décédé, de façon brutale ce dimanche après midi.

Voici le premier communiqué émis par la FNSEA: « Agé de 58 ans, il a donné tout ce qu’il avait pour les idées d’un syndicalisme ouvert et indépendant.
C’est une immense perte pour sa femme Laurence, ses enfants, sa famille, ses amis, ses collègues et l’ensemble de ceux qui ont eu la chance de travailler avec lui.
Engagé depuis l’âge de 17 ans pour l’Agriculture, Xavier Beulin a donné au syndicalisme et aux filières agricoles des lettres de noblesse et un élan incomparable.
Le vide qu’il laisse n’a d’égal que la tristesse qui nous touche. »

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture  a réagi: «Avec lui, un pilier du syndicalisme agricole, au-delà de nos différences, j’ai toujours travaillé pour trouver des solutions pour soutenir une agriculture qui traverse des moments difficiles».

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Installation rime avec innovation

Cette année, le mois de l’installation, organisé à l’initiative de la Chambre d’Agriculture Auvergne-Rhône-Alpes et de ses partenaires, de la région Auvergne-Rhône-Alpes et de l’Etat, porte sur le thème de l’innovation.

C’est l’occasion de mettre en lumière d’une part les dispositifs novateurs mis en oeuvre pour faciliter l’installation et d’autre part de nouvelles façons d’aménager les exploitations, de cultiver, transformer et distribuer les produits agricoles.

Tout au long du mois de février, les différents temps forts organisés sur le territoire invitent à découvrir les différents métiers, formations et dispositifs d’accompagnement proposés dans le monde agricole, pour encourager l’installation ou la reprise d’une exploitation par de jeunes agriculteurs et agricultrices.

Emilie bonnivard, vice Présidente de la Région en charge de l’ agriculture précise: « La Région investit largement pour maintenir un tissu agricole riche et diversifié et relever le défi de l’installation. Cela passe notamment par l’accompagnement de l’installation, le soutien de la formation des porteurs de projet et toutes les démarches qui permettent d’apporter de la valeur ajoutée pour des produits de qualité et des exploitations compétitives ! »

Pour prendre connaissance du dossier complet :

Mois de l’installation février 2017 Auvergne-Rhone Alpes


Catégorie agriculture, installation, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Chambres d’agriculture : façonner un réseau efficace

Établissements publics à caractère administratif institués au début du XXème siècle pour représenter les intérêts agricoles auprès des pouvoirs publics, sur le modèle des chambres de commerce et d’industrie (CCI) et des chambres des métiers et de l’artisanat (CMA), les chambres d’agriculture sont devenues des partenaires du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt (MAAF) qui voit dans leur réseau un relais pour la mise en oeuvre de ses politiques publiques.

La Cour des comptes exerce le contrôle du réseau des chambres d’agriculture, qui comporte trois échelons d’organisation : au niveau national, l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA), au niveau régional, 13 chambres, qui ont principalement un rôle d’orientation, de coordination et de structuration du réseau et, au niveau local, 91 chambres départementales ou interdépartementales, qui disposent de plusieurs centaines d’antennes sans personnalité morale.

S’y ajoutent neuf organismes inter-établissements du réseau (OIER), qui ont des missions spécialisées s’exerçant dans le ressort de plusieurs chambres d’agriculture.

La loi du 13 octobre 2014 d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt impose aux chambres des missions nouvelles, notamment de contribuer au développement durable des territoires et des entreprises agricoles.

Les chambres d’agriculture doivent donc évoluer pour satisfaire à ces nouveaux enjeux, sous peine de laisser passer l’occasion qui leur est donnée de mieux répondre aux besoins du secteur. L’État doit prendre toute sa part dans cette évolution, ce qu’il a déjà commencé à faire avec le décret du 13 mai 2016 relatif au réseau des chambres d’agriculture.
Les rapports, étayés par les observations issues des contrôles exercés par la Cour, constatent une évolution sensible des missions du réseau , la nécessité de le restructurer, et de restaurer son équilibre financier .

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS


Si les chambres d’agriculture constituent aujourd’hui un réseau utile à la mise en oeuvre de la politique agricole et à l’accompagnement des agriculteurs dans un contexte de mutation profonde, elles doivent poursuivre la réforme de leur réseau et surmonter plusieurs faiblesses :
- une restructuration insuffisante qui ne met pas les chambres en situation de mieux mobiliser leurs moyens en faveur des agriculteurs et de s’inscrire dans le fait régional ;
- un manque de stratégie commune et des outils de gestion trop limités pour permettre une meilleure connaissance de l’activité et des coûts et améliorer le pilotage des chambres comme de l’ensemble du réseau ;
- une maîtrise insuffisante des charges, au premier rang desquelles la masse salariale, pour faire face, dans la durée, aux contraintes financières.

Face à cette situation, l’État doit prendre toute ses responsabilités dans la nouvelle configuration du réseau des chambres d’agriculture, en accompagnant les établissements dans la poursuite de leur réforme.

En conséquence, la Cour formule les recommandations suivantes :
1. encourager la fusion des chambres départementales ;
2. réduire le nombre des élus au sein des sessions des chambres d’agriculture en supprimant les collèges 4 (anciens exploitants) et 5 (groupements professionnels agricoles) ;
3. faire mentionner explicitement dans le code rural et de la pêche maritime la qualité de tête de réseau de l’APCA et son pouvoir de définir la stratégie nationale du réseau ainsi que sa politique générale en matière de gestion du personnel ;
4. transférer la compétence fiscale du niveau départemental au niveau régional.

Pour prendre connaissance de la totalité du rapport cliquer ici:

chambres-agriculture

Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Multiples avancées pour la méthanisation agricole

Allongement de 15 à 20 ans des contrats d’achat de l’électricité dont bénéficieront les installations de méthanisation existantes.

Cette mesure fait partie des nombreuses incitations et simplifications qui ont été mises en place depuis le lancement du plan « Energie méthanisation autonomie azote » (EMAA) en 2013 afin de développer la production de cette énergie verte, porteuse d’emplois pour le monde agricole et les territoires ruraux.

L’allongement de ces contrats d’achat accompagne, en effet, différentes mesures qui ont permis de renouveler totalement le cadre de production de cette énergie, avec notamment :

  • la revalorisation des tarifs d’environ 10% pour l’ensemble des méthaniseurs actée en 2015,
  • les exonérations de taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) et de Cotisation foncière des entreprises (CFE) adoptées de 2013 à 2015,
  • la possibilité d’approvisionner les installations grâce aux cultures intermédiaires à vocation énergétique actée par décret en 2016.

Dernière évolution attendue, la publication du cahier des charges permettant une sortie du statut de déchet de certains digestats issus de la méthanisation qui devrait avoir lieu au mois d’avril. Il autorisera des transferts des digestats de méthanisation entre les régions excédentaires et les régions déficitaires en azote, tout en permettant aux agriculteurs de valoriser la ressource dont ils disposent.

Stéphane Le Foll a déclaré : « Je me félicite de l’action menée par le Gouvernement depuis la mise en place du plan EMAA pour développer la méthanisation. Il s’agit là d’une solution intelligente de production d’énergie, cohérente avec la stratégie bioéconomie présentée le 11 janvier ; qui permet de  compléter le revenu des agriculteurs et de créer de de l’activité en milieu rural ».

Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Prix des terres : l’ampleur des écarts montre la diversité des fonds

L’enquête sur la valeur vénale des terres agricoles est reconduite chaque année. Son objectif est d’établir des indicateurs de prix reflétant l’état du marché.

En 2015, les terres et les prés libres ont, dans la région, une valeur moyenne qui avoisine 5 000 €/ha. Elle se caractérise par une grande diversité liée, certes, au potentiel agronomique, mais aussi à l’urbanisation, au tourisme et aux débouchés agricoles. Les fonds loués, en Auvergne, ont une valeur moyenne qui se situe aux trois quarts de celle des fonds libres.

Les vignes ont des valeurs vénales qui présentent des écarts considérables : elles sont jusqu’à 150 fois plus chères dans un cru prestigieux qu’en zone d’entrée de gamme.

En savoir plus en consultant le document

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Appel à candidatures sur le conseil individuel en agriculture

La DRAAF lance un appel à candidatures (AAC) auprès des structures de conseil en agriculture pour la réalisation de « suivis post-installation » et de « diagnostics de l’exploitation du cédant » dans le cadre du programme pour l’accompagnement de l’installation et de la transmission en agriculture (AITA). La date limite de dépôt des candidatures est fixée au lundi 20 février 2017.

La mise en œuvre opérationnelle du programme pour l’accompagnement de l’installation et de la transmission en agriculture (AITA) nécessite au préalable la sélection et l’agrément des structures assurant les prestations de « Suivi du nouvel exploitant » et du « Diagnostic de l’exploitation du cédant ».

L’appel à candidatures est destiné :
- aux organisations professionnelles agricoles (OPA),
- aux associations qui interviennent et accompagnent la création ou la reprise d’exploitations agricoles,
- à toute autre structure privée ou publique de conseil ou d’accompagnement.

La structure candidate doit présenter toutes les garanties de compétences et de qualifications des conseillers qui assureront la prestation auprès des agriculteurs.

La demande d’agrément peut être présentée par une structure chef de file associée à des partenaires ou par une structure indépendante (régionale, départementale ou territoriale).

Les candidats sont invités à lire attentivement l’appel à candidatures avant de remplir le formulaire. Le dossier de candidature comprenant le formulaire complété, signé et accompagné des pièces annexes doit être retourné à la DRAAF -site de Lyon- au plus tard le lundi 20 février 2017 par courrier postal (le cachet de la poste faisant foi) ou déposé (contre récépissé de réception).

Le choix des candidats retenus se fera au regard :
- de la complétude de la demande d’agrément,
- de l’adéquation de l’offre aux cahiers des charges des deux dispositifs figurant dans l’AAC,
- du coût estimé et du nombre de prestations envisagées.

Les structures retenues passeront une convention d’agrément avec l’Etat.

Catégorie agriculture, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

3e édition du concours Talents Gourmands en région

1

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes renouvelle, aux côtés de 20 autres Caisses régionales du Groupe, le concours Talents Gourmands, organisé en partenariat avec le magazine Bottin Gourmand. Fort du succès des deux premières éditions, cette année le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes renouvelle l’aventure avec pour objectif de mettre à l’honneur l’ensemble de la filière gastronomique de son territoire.

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes valorise ses départements et ceux qui font leurs richesses

Ce concours, au concept inédit « du champ à l’assiette », rassemble trois catégories de professionnels qui, par leur savoir-faire et leur amour du bon produit, célèbrent les richesses culinaires de la Drôme, de l’Isère, de l’Ardèche et du Sud-Est lyonnais :

· les agriculteurs ;

· les artisans des métiers de bouche ;

· les restaurateurs.

Partenaire historique des agriculteurs, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes a toujours revendiqué des valeurs d’universalité, de proximité, de convivialité, d’exigence et de transmission. À travers ce concours, il réaffirme son ancrage local et révèle les hommes et les femmes qui le mettent en lumière.

Le Concours Talents Gourmands

Les deux premières éditions du concours ont été présidées par Patrick Henriroux et Michel Chabran, chefs étoilés du territoire Sud Rhône Alpes. Cette année, le président du jury du concours Talents Gourmands Sud Rhône Alpes est Christophe Aribert, chef étoilé du restaurant Les Terrasses à Uriage, en Isère.

Le concours 2017 se décompose en trois étapes pour révéler les lauréats Talents Gourmands de Sud Rhône Alpes.

Jusqu’ au 12 février 2017, les candidats s’inscrivent gratuitement sur le site www.talents-gourmands.fr. L’inscription est ouverte aux agriculteurs (viticulture, élevage, grandes cultures, fruits et légumes, produits de la mer, en individuel ou en coopérative agricole), aux artisans des métiers de bouche (bouchers, boulangers, traiteurs, pâtissiers, chocolatiers…) et aux restaurateurs (cuisiniers salariés ou propriétaires, sauf restauration rapide et collective) dont le siège social est situé sur le territoire de la Caisse régionale de Crédit Agricole Sud Rhône Alpes (Drôme, Isère, Ardèche et Sud-Est lyonnais).

Du 13 février au 12 mars 2017, un pré-jury de la Caisse régionale Sud Rhône Alpes sélectionnera neuf finalistes (trois par catégorie). Les candidats seront départagés sur leurs qualités professionnelles et leur capacité à travailler et sublimer les produits régionaux.

Le 12 avril 2017, lors de la finale, un jury, présidé par Christophe Aribert et composé de professionnels gastronomiques et de représentants du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, désignera les trois lauréats régionaux qui deviendront les Talents Gourmands 2017 de la Caisse régionale Sud Rhône Alpes. À cette occasion, la banque remettra aux lauréats 3.000 euros et des dotations offertes par nos différents partenaires. En nouveauté pour cette troisième édition, les autres finalistes recevront une dotation de 1.000 euros. Enfin, tous bénéficieront d’une publicité dans Bottin Gourmand Magazine, une belle occasion de se faire connaître.

Plus d’informations, règlement complet et inscriptions sur :

www.talents-gourmands.fr

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

La Buisse: élan de solidarité


Philippe Monin, éleveur de bovins à La Buisse, et papa du petit Baptiste, a vu son exploitation menacée par deux incendies de ses bâtiments agricoles ces dernières années, et plus récemment, la mort de 23 de ses vaches.
Dans l’attente des résultats de l’expertise et de l’enquête, la Mairie de La Buisse lance un appel à la solidarité pour lui permettre de passer cette période difficile et de sauver son exploitation.

Pour participer:

Catégorie agricultureCommentaires fermés

La Maison de la Vigne et du Vin de Savoie à Apremont détruite


Un incendie a entièrement détruit la Maison de la Vigne et du Vin de Savoie à Apremont dans la nuit de vendredi 6 à samedi 7 janvier.

Une bâtisse esthétique, toute de bois et de cuivre, qui avait à peine dix ans et qui faisait la fierté de toute la filière, avec une vue à couper le souffle sur les Alpes, les glaciers et le Mont Granier.
Une maison fonctionnelle à l’architecture remarquable, devenue un lieu culturel adopté par toute la profession, avec notamment une magnifique salle de dégustation.
Siège social du Syndicat Régional des Vins de Savoie (Président Michel Quenard), la maison abritait aussi le Comité Interprofessionnel des Vins de Savoie (Président Charles Henri Gayet), elle était ouverte à toute la profession.
L’équipe des Vins de Savoie poursuit son chemin, se concentrant sur le programme, accueillie dans des locaux de la Chambre d’Agriculture Savoie Mont Blanc  à Saint-Baldoph 73190 (40 rue Terraillet).
1

Des 1 100 m2 de bâtiment, il ne reste que la chape de béton au sol.

A noter que  les vignerons ont pu sauver la quasi-totalité des fameuses capsules, très importantes pour l’embouteillage des vins de Savoie« .

La commercialisation des vins pourra donc se poursuivre….

Catégorie Pays de Savoie, viticultureCommentaires fermés

Télépac : la procédure de télédéclaration des aides animales est ouverte

La procédure de télédéclaration 2017 pour les aides animales est ouverte depuis le 1er janvier 2017.

En 2017 la télédéclaration sur le site telepac est obligatoire pour bénéficier de ces aides. Le site telepac permet de déposer sa demande d’aide et le cas échéant de modifier celle-ci (hormis pour l’aide au développement et au maintien du cheptel allaitant).
Pour les aides ovines et caprines en métropole et outre-mer la télédéclaration est ouverte jusqu’au 31 janvier.
Pour les aides aux bovins allaitants et laitiers la télédéclaration est ouverte jusqu’au 15 mai.
La télédéclaration pour l’aide aux veaux sous la mère est cette année séparée des demandes d’aide aux bovins laitiers et aux bovins allaitants et sera ouverte dans les prochaines semaines.
Enfin, la télédéclaration pour l’aide au développement et au maintien du cheptel allaitant dans les départements d’Outre-Mer ouvrira le 1er mars.

Catégorie PACCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

février 2017
L Ma Me J V S D
« jan    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+