Archive | agriculture

Sécurité alimentaire et nutrition: enjeux majeurs

Le premier symposium international sur l’agro-écologie pour la sécurité alimentaire et la nutrition organisé par la FAO à l’initiative de la France a été l’occasion pour Stephane LE FOLL de rappeler l’engagement de la France pour permettre l’émergence de nouvelles pratiques agricoles combinant performance économique et écologique.

Ce symposium qui a rassemblé les 18 et 19 septembre à Rome plus de 350 participants (chercheurs, agriculteurs, ONG, décideurs publics…) venant de plus de 30 pays marque une prise de conscience à l’échelle de la planète autour des enjeux de l’agro-écologie : il est une occasion unique de favoriser un dialogue de haut niveau entre chercheurs, responsables politiques et professionnels agricoles.

« Nous devons raisonner à l’échelle du monde, à un moment où les ressources se raréfient et commandent des modes de production plus durables, mais aussi à un moment où nous devons faire
face à la perspective de nourrir 9 mds d’individus à échéance 2050 » a indiqué Stéphane LE FOLL.

Le ministre a rappelé la logique du projet Agro-écologique français (couronné par l’adoption définitive de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt le 11 septembre dernier), tout en soulignant le caractère primordial du partage d’expérience comme facteur clef de succès.

Ce symposium a permis de partager un programme de travail pluriannuel sur l’agro-écologie, que va conduire la FAO et qui sera un atout considérable pour l’avenir. Des ateliers régionaux se tiendront dès 2015 en Asie, Afrique, Amérique latine, et seront une traduction concrète de l’engagement des pays dans cette démarche.

Pour conclure, le ministre a rappelé que l’agro-écologie procédait d’une volonté politique et a proposé de mettre en place un groupe des pays amis de l’agro-écologie afin de stimuler de façon continue le développement de ces pratiques à l’échelle du monde.

Catégorie agriculture, écologieCommentaire (0)

Arrêt des opérations d’épandage aérien de pesticides

Conformément aux engagements pris dans le cadre de la Conférence Environnementale, Stéphane LE FOLL, Ségolène ROYAL et Marisol TOURAINE, par un arrêté publié  au Journal officiel, mettent fin aux opérations d’épandage aérien de pesticides.

L’arrêt des dérogations est immédiat pour les cultures de maïs ainsi que pour la culture des bananes dans les Antilles. Le traitement aérien de la vigne et des rizières sera également interdit à partir du 31 décembre 2015, les traitements réalisés d’ici là ne pouvant être autorisés que dans les très rares cas où aucune alternative n’est envisageable.

Ce délai permet de ménager une période de transition vers les alternatives techniques en cours de développement. Ainsi, les quelques dérogations préfectorales encore possibles en 2015 seront délivrées au cas par cas avec des mesures de protection renforcée des populations et de l’environnement.

Après le 31 décembre 2015, en cas d’apparition d’un organisme nuisible non présent sur le territoire national présentant un danger phytosanitaire grave, des dérogations ciblées pourraient néanmoins être envisagées pour des motifs d’intérêt général.

Stéphane LE FOLL se félicite que la profession agricole, et notamment, les planteurs de banane, les producteurs de maïs doux, les viticulteurs et les riziculteurs s’engagent dans cette transition vers des pratiques culturales ne faisant plus appel à l’épandage aérien de produits phytosanitaires, notamment grâce aux actions de lutte intégrée, compatibles avec l’agro-écologie.

Catégorie agriculture, environnementCommentaire (0)

Ferme des « 1000 vaches « 

A la demande de Stéphane LE FOLL Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, son Directeur de cabinet a reçu  avec la Préfète de la région Picardie les porteurs du projet et ses opposants au ministère de l’agriculture afin de rechercher des voies d’apaisement.

©Xavier.Remongin/Min.Agri.Fr

Il a en préambule été rappelé par le Directeur de cabinet que ce projet ne correspondait pas au modèle d’exploitation promu par le Ministre dans la loi d’avenir pour l’agriculture et n’avait jamais été soutenu par ce dernier. La discussion a permis de rappeler le cadre réglementaire s’imposant et notamment de faire le point sur deux questions sensibles : la puissance du méthaniseur couplé à la ferme et le nombre de vaches laitières autorisées.

Le porteur de projet a confirmé sa décision de limiter la puissance du méthaniseur (0,6 mégawatts contre 1,34 mégawatt) et de limiter son approvisionnement aux seuls sous-produits de l’activité agricole, répondant ainsi aux attentes de l’association des opposants au projet. Cet engagement se traduira formellement dans l’autorisation d’exploiter.

S’agissant de la taille du cheptel, il a été rappelé que l’arrêté portant autorisation d’exploiter en date du 1 er février 2013 limite la taille de la ferme à 500 vaches laitières. Toute augmentation des effectifs au-delà de ce seuil nécessiterait le dépôt d’une demande auprès de la préfecture de la Somme et du service des installations classées, et la prise d’un nouvel arrêté d’autorisation d’exploiter. Deux cas de figures peuvent se présenter :

- de 500 à 899 vaches : il appartiendra à la préfecture d’évaluer le caractère substantiel des modifications envisagées au regard notamment des impacts environnementaux et sanitaires, et d’évaluer sur ces bases la nécessité d’une nouvelle enquête publique ;
- au-delà de 900 vaches, la procédure d’enquête publique sera obligatoire avant toute décision.

Le directeur de cabinet du Ministre et la Préfète ont confirmé à l’issue de la réunion que les services de l’Etat continueront à veiller strictement au respect du droit et ont invité l’ensemble des participants à faire de même.
L’ensemble des participants a remercié les pouvoirs publics de la tenue de cette réunion, qui contribue à l’apaisement des tensions.

Catégorie agriculture, élevageCommentaire (0)

Quelle Foire!

tri

Édition exceptionnelle de Quelle Foire ! sur le thème « Bois et forêt dans la transition » :

- des démonstrations de débardage à cheval, scierie mobile, tonnellerie, tournage…

- des visites : Triomatic, vieille forêt, chaufferies bois, menuisiers, maisons bois…

- des conférences : « Le bois, une opportunité pour la transition ? » par Christian Barthod, « La vannerie, emblème d’une nouvelle économie » par Bernard Bertrand, « Ouverture au biomimétisme » par Olivier Allard, et bien d’autres…

- des animations : grimpe d’arbre,  nuit en forêt, ciné-caravane…

- des expositions : Innovatech, énergie grise, câbleurs-débardeurs, engivaneurs du Royans…

- le grand marché du dimanche : alimentation, textile, artisanat, bien-être… avec un espace « spécial bois »

Et bien sûr : des navettes à la gare de Clelles, une mini-centrale de mobilité, un espace enfants…

Vous voulez savoir ce qu’on fera demain avec le mycélium (des briques isolantes, si si…) ? Si le bois est réellement le champion de l’énergie grise ? S’il va sauver la planète de sa soif d’énergie ? Venez faire la Foire à Mens ! N’ayez pas peur de vous plonger dans le programme complet, vous y trouverez encore beaucoup de choses !

Attention :

Rencontre dédiée aux professionnels de la filière, du bûcheron au menuisier, proposée par le CDDRA-Alpes Sud Isère : quelles aides aux entreprises ? pour faire quoi ?
Autour de 3 initiatives innovantes à découvrir : Presto Bois, Montagne Habitat, Alpes’Lignum.

Le vendredi 19 septembre de 17h à 19h à l’Espace Culturel de Mens.

Catégorie - filière bois, foires et fêtesCommentaire (0)

Manger Bio et Local, c’est l’idéal

40 événements en Rhône-Alpes dont 7 en Isère du 20 au 28 septembre 2014

dans le cadre de la campagne « Manger Bio et Local, c’est l’idéal »

visites d’exploitations – marchés de producteurs en ville ou à la ferme

conférences – randonnées – expositions – animations pédagogiques pour petits et grands

journées et soirées festives- repas bio locaux et conviviaux !

Pour découvrir ou redécouvrir la diversité des circuits courts en agriculture biologique en Rhône-Alpes

Vente à la ferme, marchés, magasins de producteurs, AMAP, systèmes de paniers, vente en ligne, restauration collective, circuits courts à vocation solidaire…

Ces dernières années, des expériences de plus en plus innovantes ont été lancées pour favoriser les circuits courts en agriculture biologique.

Avec un double objectif : faciliter l’accessibilité géographique et économique des produits bio.

Découvrez le programme dans votre département sur www.corabio.org

et sur le site national de la campagne www.bioetlocalcestlideal.org

Catégorie bioCommentaires fermés

Entreprendre un état d’esprit


C’est une thématique peu habituelle dans l’opinion publique que de voir les agriculteurs en chef d’entreprise.

2

C’est pourtant le titre du film projeté au sein de la Chambre d’Agriculture de l’Isère, ce jeudi 11 septembre 2014. Lors de la 1ère édition des trophées Gaïa mettant en avant les porteurs de projets en agriculture, une table ronde sur « Encourager l’entrepreneuriat dans le secteur agricole et rural » s’est tenue.

La participation de Jean-Claude Lemoine, directeur de l’Institut de l’entrepreneuriat à Grenoble Ecole du Management, était pour le moins surprenante. … et symbolique. Autant que la forme des trophées de cette cérémonie : des coupelles en poterie rapport au lien avec la terre.

Le métier d’agriculteur est avant tout un métier de passion. Qui doit retrouver toute sa place dans la société d’aujourd’hui, tant en création de richesse, d’aménagement du territoire que d’emplois.

C’était le message bien réalisé de ce film présentant des portraits d’agricultrices/agriculteurs et leurs regards sur le parcours de création d’entreprise. Un parcours parfois problématique avec la difficulté d’accès au foncier et sa disponibilité en amont, le faible accompagnement post-création, la rigidité du Plan de Développement de l’Exploitation liée aux aides publiques. Même si ce dernier point va évoluer prochainement avec la régionalisation des financements.

3

En 2013, 451 porteurs de projets, dont 73% hors cadre familial, ont été accompagnés dans le domaine agricole. Un tiers est des femmes ce qui constitue un fait marquant au regard des chiffres des autres secteurs d’activités. Ces futures créatrices/futurs créateurs ont un niveau de formation initiale de plus en plus élevé.

Le métier évolue beaucoup. D’ailleurs, comment la nouvelle génération définit-elle son métier ? Les réponses portent toutes les qualités dont elle fait preuve pour avancer !

Chef d’entreprise certes, mais pas au détriment de la vie familiale et personnelle.

Avril Desplanches « Il consiste à satisfaire des clients en recherche de produits et services de qualité… » « Polyvalente, il faut savoir jongler, s’adapter en toute situation. Être moteur et innover, ajuster, prioriser, être responsable. »

Thomas Bouvard « un agriculteur est avant tout un chef d’entreprise de par les nombreuses décisions qu’il prend au quotidien. Celui-ci endosse différentes casquettes : producteur, négociant, transformateur, vendeur…C’est un métier complet. »

Jean-François Gourdain « C’est le plus beau métier du monde : du travail de la terre jusqu’à la production alimentaire par la planète. »

Nelly Morel « Ce n’est pas un métier, c’est une vie, une vocation qui implique toute la famille. »

Magalie Balducci « Profession terrienne, au service de la population »

Reportage Charlotte Reynier-Poëte

Catégorie agriculture, economie/emploiCommentaires fermés

La nouvelle génération des agriculteurs à l’honneur !

En tant que premier partenaire à la création et reprise d’activité
agricole, la Chambre d’agriculture de l’Isère, a accueilli lors de sa
session, ce jeudi 11 septembre la nouvelle génération d’agriculteurs,
installés en 2013-2014.

Cette première édition des Gaïa1 de la création d’entreprise en
agriculture a permis de présenter les visages d’une agriculture
iséroise diversifiée, dynamique et qui se renouvelle, à une
assistance de 130 personnes (représentant de l’Etat, du Conseil général,
des élus de la Chambre d’agriculture, des organisations professionnelles
agricoles, des partenaires de la création d’entreprise en Isère….). Le
Président Jean-Claude Darlet a rappelé que le secteur de l’agriculture était
créateur d’emplois et d’économie en Isère. Il a également insisté sur
l’importance de faire reconnaître par le consommateur la valeur des matières
premières : « Redonner de la valeur à l’alimentation (avec des produits
de qualité) permettra de garantir des revenus aux agriculteurs ».

La nouvelle génération d’agriculteurs s’est vue remettre des trophées Gaïa,
valorisant leurs qualités de chef d’entreprise en agriculture. On compte
chaque année en Isère, une centaine de nouveaux agriculteurs, ayant créé
ou repris une entreprise agricole. Cette première édition fut un succès et la
Chambre d’agriculture souhaite organiser chaque année cette remise de
trophées aux agriculteurs (installés dans l’année précédente).

Lors de la session de la Chambre d’agriculture de l’Isère, ce jeudi 11
septembre, Jean-Claude Darlet, a eu l’occasion d’aborder certains
sujets d’actualité.

Il a interpellé les services de l’Etat sur les attaques de loup en
montagne, et demander des décisions pour enrayer ces attaques.
Concernant la Directive Nitrate et sa mise en oeuvre, il a exigé une
concertation préalable avec la profession agricole , rappelé que l’excès de
réglementation devient insupportable pour les agriculteurs.

Le Président a souligné l’engagement de la Chambre d’agriculture avec le
Conseil Général et les collectivités territoriales sur le dossier des PAEC
(Projet AgroEnvironnemental et Climatique) et la dynamique
importante en Isère qui va permettre le dépôt de 7 dossiers, en espérant
qu’ils soient tous retenus au niveau régional.

Il a rappelé également son souhait de développer un partenariat étroit
avec les intercommunalités dans les territoires et son souhait de les
rencontrer d’ici la fin de l’année.

Enfin il a exprimé son inquiétude quant aux annonces faites par l’Etat sur
les perspectives budgétaires 2015/2017 avec le projet de baisse de la
TATFNB (Taxe sur le foncier non bâti). Cela mettrait à mal les ambitions
de la Chambre d’Agriculture pour assurer le développement de l’agriculture
et répondre ainsi aux attentes des agriculteurs, des collectivités et de la
société.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Marchés fermiers de Belledonne

Afin de prolonger les bons moments de l’été, pour le mois de septembre, les producteurs du réseau Les Fermes de Belledonne vous invitent à leurs prochains marchés fermiers, le dimanche 14 septembre 2014 de 9h00 à 13h00 à la Ferme de Loutas (Route de Pinet, Saint-Martin d’Uriage) et le dimanche 28 septembre 2014 de 9h00 à 13h00 à la Ferme de Pressembois (Venon).
Au programme du 14 septembre : balades à dos d’ânes pour les enfants
Tout au long de l’année, venez (re)découvrir la diversité et la qualité des produits fermiers de Belledonne dans le cadre champêtre d’une de nos fermes. Selon la saison et la météo, vous y serez accueilli par une dégustation, une balade en ânes, une animation pour les enfants ou un apéritif fermier.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Les 1er Gaïa de la création d’entreprise en Agriculture

C’est une première édition qui a vu le jour ce jeudi 11 septembre 2014 à la Chambre d’Agriculture de l’Isère.

Les trophées Gaïa ont pour objectif de valoriser l’esprit d’entreprendre des agricultrices et agriculteurs installés entre le 1er janvier 2013 et le 30 juin 2014.

Quatre composantes sont pris en compte dans l’appréciation des entreprises/projets : la performance technico-économique, l’innovation, l’insertion dans le territoire et la maîtrise de l’impact sur l’écologie/ respect de l’environnement.

12 personnes ont été distinguées en présence de représentants de l’Etat, du Conseil Général, de la Chambre d’Agriculture, des organisations professionnelles agricoles et des partenaires de la création d’entreprise :

> Nicolas Revol, à Chatte (noix-céréales, AOC Noix de Grenoble, Global GAP),

> Nicolas Rebuffet, à Laval (bovins viande-lait-porcs, vente directe, AB, Bienvenue à la Ferme),

> Avril Desplanches, à Tullins (porcs plein air engraissement, vente directe, jardin partagés & créatifs, location & pension de chevaux),

> Nelly Morel, à Saint Agnin sur Bion (élevage caprin, transformation fromagère, vente directe),

> Thomas Bouvard, à Saint Jean de Bournay (polyculture-élevage-bovins lait),

> Mickael Gimard, à Saint Jean de Bournay (céréales-maraîchage, vente directe & collectivités & restaurant pour les légumes),

> Magali Balducci, à Froges (élevage caprin, transformation fromagère, vente directe),

> Lucie Chauvet, à Chatte (élevage caprin, transformation fromagère, viande & savon, vente directe),

> David Farce, à Charantonnay (fromage de brebis et viande agneau, vente directe),

> Jean-François Gourdain, à Saint Siméon de Bressieux (ovins viande-céréales-pain, vente directe),

> Sandrine Giloz, à Saint Siméon de Bressieux (ovins viande-céréales-pain, vente directe),

> Laurent Galle, à Theys (élevage bovin viande-broutards).

Et deux trophées ont été attribués dans la catégorie Jeunes espoirs (futurs agriculteurs) :

Olivier Giroud, à Biol pour un projet de production lait (vente Etoile du Vercors), céréales, génisses prêtes et lait, viande et production apicole en Gaec,

Julien Gaillard, à Avignonet pour un projet de maraîchage diversifié & petits fruits en AB et/ou Nature et progrès.

Cette nouvelle génération d’agricultrices et agriculteurs est le reflet d’une agriculture iséroise diversifiée et dynamique. On compte, en Isère, une centaine d’installations par an. Le département a le taux le plus élevé de renouvellement des actifs agricoles en région Rhône-Alpes.

Charlotte Reynier-Poête

Cliquer sur les photos pour les agrandir..


Catégorie agricultureCommentaires fermés

Vote à une large majorité de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt

Peu de secteurs mêlent aussi étroitement que l’agriculture dimension économique, environnementale et sociale. Peu de secteurs sont aussi importants dans la vie quotidienne de nos concitoyens.

Cette loi, portée par Stéphane LE FOLL depuis plusieurs mois et débattue en profondeur et en prenant le temps nécessaire avec la représentation nationale, est un succès si l’on en juge par la qualité des débats qui ont accompagnés son examen. L’agriculture, l’alimentation et la forêt ont été au cœur du débat public.

Cette loi porte une vision et une ambition pour notre agriculture et notre filière forêt-bois en même temps qu’elle s’attache à répondre aux attentes légitimes des citoyens attachés aussi à un modèle de production plus durable et à une alimentation plus sûre et de qualité.

Cette loi permettra de combiner la force économique de ce secteur riche en emplois avec la mutation vers une performance environnementale et sociale. Cette loi consacre l’agro-écologie et pose également les bases d’un modèle d’agriculture faisant une part belle à l’intelligence collective pour favoriser l’émergence de nouveaux modèles de production. « Les secteurs agricoles, agroalimentaires et la filière forêt-bois peuvent être des précurseurs au cœur de notre appareil productif » a indiqué Stéphane LE FOLL.

Cette loi conformément aux engagements du gouvernement tout entier est également une illustration de la place accordée à la formation, aux conditions d’entrée dans ce métier pour toute la jeunesse de France.

Produire, développer, rechercher et enseigner autrement telle est l’ambition de cette loi.

Cette ambition se traduit par des mesures très concrètes au profit des agriculteurs, des forestiers et de nos concitoyens : http://loidavenir.tumblr.com

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2014
L Ma Me J V S D
« août    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+