Archive | foires/salons

Le marché de la Marquise de Béranger…

Le samedi 25 mai, le château de Sassenage va vivre à l’heure de la Marquise de Béranger et des produits de notre terroir..

sass1SASS2

A noter que le Crédit agricole sud Rhône-alpes participe à cette animation en tenant une buvette.. Le bénéfice étant reversé au projet clinatec.

La plateforme biomédicale Clinatec développe des traitements innovants pour les maladies cérébrales
Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Catégorie foires/salons, loisirs/détente, patrimoineCommentaires fermés

Race Blonde d’Aquitaine: concours régional Alpes-Auvergne 2014

Voici le palmarès du Concours Régional Rhône Alpes Sud Est qui s’est déroulé les 26 et 27 Avril 2014  dans le cadre de la foire d’Avril à Beaucroissant.

aquitaineCliquer ici:

Actualités – Blonde d’Aquitaine

Catégorie foire de Beaucroissant, élevageCommentaires fermés

Réforme territoriale: André Vallini dévoile son plan

C’est une tradition.. En fin de visite inaugurale de la foire de Beaucroissant, tout le monde se retrouve dans la salle polyvalente de la commune pour écouter les discours.

Nous retiendrons celui du secrétaire d’Etat à la réforme territoriale, André Vallini. Il a en effet dévoilé son plan concernant cette fameuse et attendue réforme.

André Vallini pense être l’homme de la situation « grâce à l’expérience que j’ai acquis tout au long de mes différents mandats. Pour rappel, j’ai été successivement conseiller municipal, maire, conseiller régional, conseiller général, président du conseil général de l’Isère, député, sénateur… J’ai donc une approche complète pour organiser la réforme territoriale nécessaire. Une réforme attendue par les français.. moins par les élus!. »

André Vallini confirme donc la mise en place de cette réforme  » un redécoupage qui s’est déjà mis en place dans d’autres pays, même en Italie..! Nous ne pouvons donc pas être à la traîne. Cette réforme territoriale a pour but essentiel d’offrir plus de simplicité, de compétitivité et des économies…Pour ce il faut commencer par diviser par deux le nombre de régions. Passer de 22 à 12  »

Et de prendre  comme exemple:  » comment voulez vous qu’un investisseur chinois, américain ou autre comprenne qu’il y ait deux Normandie??? Certaines régions commencent des travaux d’approche: Alsace-Lorraine; Bourgogne- Franche-Comté, nous les laissons travailler. Les élus ont jusqu’à juin 2015 pour faire des propositions et en 2016, le gouvernement proposera une nouvelle carte des régions. »

Autre piste: les intercommunalités: » celles ci doivent englober plus de communes et monter en puissance. Il en existe 27 en Isère, il faudrait descendre à 15…… Le couple de l’avenir est à mon sens constitué par les intercommunalités et les régions. Cela implique donc la fin des conseils départementaux et le transfert de leurs compétences vers d’autres collectivités.. »

André Vallini a martelé que le but de cette réforme  » dont on  parle depuis longtemps sans effets, nous on la réalisera, était indispensable car le monde, L’Europe évoluent, la France, ses structures doivent évoluer aussi.. »

Et de conclure: » nous sommes devant un paradoxe: les français veulent plus de services publics et payer moins d’impôts..nous devons donc nous adapter en créant une organisation territoriale plus efficace et moins coûteuse..  »

Gilbert PRECZ


André Vallini, homme te errain.. Ici lors de la visite inaugurale de la foire d'avril de Beaucroissant

André Vallini, homme terrain.. Ici lors de la visite inaugurale de la foire d'avril de Beaucroissant

Catégorie foire de Beaucroissant, territoiresCommentaires fermés

Un ministre au champ… de foire

La foire de Beaucroissant d’avril dite aussi « petite foire » ou foire de la St Georges a connu un franc succès.. comme d’habitude dira t-on!

Il faut dire que la météo a relativement été clémente avec du beau temps en journée. Les exposants étaient également très présents avec plusieurs pôles d’attraction: l’espace agricole avec le matériel et les bêtes, l’espace restauration, celui consacré aux camelots divers et la fêteforaine..

Durant les deux jours de la foire des dizaines de milliers de visiteurs, on parle de près de 300 000, ont déambulé sur le champ de foire. On s’en est rendu compte en arrivant sur Beaucroissant ou les accès étaient totalement saturés.. Et parmi les présents à Beaucroissant, un ministre…

En effet, André Vallini, nouvellement nommé secrétaire d’Etat a participé à la visite officielle, en présence de nombreux élus et personnalités.  » Il est venu, excusez la trivialité, sans chichis, et sans cravate.. il est venu comme à son habitude, simplement, accompagné de son fils de 5 ans avec qui il a fait de nombreuses haltes au niveau des animaux..Hugo a pu approcher veaux, vaches, cochons, v-cevaux, lamas…

Pour André Vallini: « la foire de Beaucroissant est un symbole:  » suite à mon élection en tant que conseiller général, ma première sortie officielle fût celle de Beaucroissant, et je fait ma première sortie officielle en tant que secrétaire d’Etat à Beaucroissant… »

Durant sa « promenade  » sur la foire, André Vallini s’est fait accoster, comme d’habitude serait-on tenté de dire..  Il a reçu de multiples félicitations, témoignages de soutiens..  » Vous êtes un ami de François, dites lui bien que nous sommes dans la panade » a t-on également entendu..

il n’a pas hésité à prendre le micro au beau milieu du ring réservé au concours  régional des blondes d’Aquitaine. Il a rappelé combien l’agriculture dans sa globalité et l’élevage en particulier représentent pour le territoire.

Gilbert PRECZ


Catégorie A la une, foire de BeaucroissantCommentaires fermés

Entretien avec Charles Galvin, en visite au salon Mountain Planet

Charles Galvin, Conseiller général délégué à l’Isère numérique, la filière bois et l’économie rurale et montagnarde s’est rendu sur Moutain Planet, ex SAM, avec beaucoup de plaisir..  » J’ai été président de ce salon à une reprise… se plait-il à dire.

Nous l’avons rencontré lors de l’inauguration du stand Grenoble Alp’Isère.

Charles Galvin, quelle est votre vision de ce salon ?

Je suis surpris de la fréquentation : il y a beaucoup de monde ! Mountain Planet est un beau salon. Il est le reflet de l’économie montagnarde, synonyme d’avenir.

Avant, les allées étaient plus petites, on voyait des vaches, des produits de la montagne, des fromages… mais on disait que c’était trop « folklorique ». Aujourd’hui, c’est un salon très professionnel qui s’adresse aux professionnels. On trouve les entreprises qui comptent pour les sports de neige et c‘est bien. On peut juste regretter que ce salon s’adresse moins au grand public.

Quel regard portez-vous sur l’avenir des stations de sports d’hiver ?

Les stations ont beaucoup évolué ces dernières années … . J’entends qu’aujourd’hui un grand nombre de clients ne vient pas pour le ski. D’où la création de piscines, par exemple, ou  la mise en place d’activités connexes qui s’éloignent de plus en plus du ski.

Les petites stations doivent se développer pour rester compétitives et s’adapter à l’accueil de la clientèle étrangère. Elles doivent assurer de la neige pendant toute la saison à leur clientèle malgré tout. C’est important pour l’économie de notre région.

GALVIN 3

Comment intégrer les innovations de la montagne sans la dénaturer voire la détruire ?

Avec le réchauffement climatique, le recours à la neige de culture est de plus en plus important. Or, l’eau utilisée pour l’approvisionnement des canons se faisait parfois au détriment d’autres fonctions essentielles au maintien de la biodiversité comme la pêche, l’agriculture …

Je suis soucieux de maintenir les emplois en montagne, c’est pourquoi j’ai travaillé, il y a quelques temps, à l’établissement d’un cahier des charges pour les stations en Isère. D’abord initié sur certaines stations pilotes, ce code de bonne conduite a été étendu à toutes les stations iséroises. Ce code de bonne conduite leur permet de d’utiliser leurs canons à neige dans des conditions optimales (quelle quantité à quel moment) pour préserver la ressource eau.

Que pensez-vous du développement durable en zone de montagne ?

La montagne ne peut pas se permettre de gaspiller ses ressources ! L’économie montagnarde s’inscrit dans le développement durable.

Avec les moyens du Conseil Général, j’œuvre à la valorisation des produits de la montagne, que ce soient les produits alimentaires, agricoles, artisanaux … La vocation de la montagne est d’offrir des produits naturels. Cependant il faut se distinguer, offrir quelque chose de différent via une marque identifiable.

La montagne doit être synonyme de qualité, certes gustative, mais aussi sanitaire, environnementale. Il faut construire une belle image, authentique de la montagne et la promouvoir auprès des citadins. Je travaille à apporter cette autre image de la montagne.

Comment concilier agriculture et montagne ?

La montagne sans agriculture est inimaginable. Le couple montagne/ agriculture a bien fonctionné tant que l’agriculture a bien fonctionné. Il faut rappeler que la politique de la montagne tient car il y a l’agriculture. C’est l’âme de la montagne. Elle participe à l’entretien de la montagne.

Il faut le redire : quand on veut de la nature, une « montagne naturelle », c’est en réalité une nature « entretenue » par les activités agricoles. Il ne faut pas bien sûr « coloniser » la montagne mais il faut travailler ensemble dans un partenariat intelligent.

Une étude ancienne, issue de l’Institut National d’Etudes Rurales et Montagnardes (INERM), évaluait le coût de l’entretien des espaces montagnards s’ils étaient inoccupés à 2,5 millions de Francs (l’euro n’était pas encore installé !). Un chiffre à mettre en face du montant des subventions  octroyées à l’agriculture à l’époque: 300 000 Francs, et qui avait grandement servi à négocier la politique de la montagne.

Le défi actuel, en montagne, est d’essayer de bâtir une population permanente qui va s’investir dans la gestion quotidienne.

Vous êtes délégué à la filière bois. Quelle est la place de la forêt dans la montagne ?

La forêt occupe 34% du territoire de l’Isère.

C’est une activité importante avec près de 10 000 emplois répartis sur tout le département.

Il y a une politique de soutien à la production forestière, à l’exploitation du bois énergie et au nettoyage des parcelles bois.

Depuis deux ans, des crédits ont été investis en direction de l’activité de sciage. Le département incite à la construction bois. Toutefois, on s’aperçoit que le bois construction ne provient pas, ou en très faible quantité, de notre département. C’est du bois d’importation en provenance d’Allemagne, d’Autriche, de Finlande… On marche sur la tête : des crédits pour soutenir l’économie d’autres pays européens !

Il faut encourager la modernisation des scieries et des ateliers de deuxième transformation (constructeurs et charpentiers) pour qu’ils restent compétitifs.

Je vais transmettre ce message à l’assemblée générale des scieurs à laquelle je participerai avec plaisir. Je fais aussi passer le message de l’union et du groupement de l’ensemble des acteurs de la filière bois afin de mieux faire face aux grands enjeux économiques de notre département dans ce secteur. Je pense en particulier au prochain chantier de construction d’un Center Parc à Roybon.

Quelles autres actions concrètes sont mises en place pour cette filière ?

L’association Bois des Alpes a été créée en 2008 pour encourager la certification du matériau bois de notre région et à stimuler son utilisation dans la construction. L’objectif est de valoriser les ressources forestières et les compétences locales, maintenir les emplois locaux et participer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre par le biais de circuits courts.

Lors des derniers trophées bois mis en place par le Conseil Général, au-delà de la qualité architecturale des réalisations, on regarde aussi la provenance du bois. Il faut encourager cette économie locale.

Propos recueillis par Charlotte Reynier- Poête

Catégorie - filière bois, A la une, foires/salons, montagneCommentaires fermés

Bienvenue à Mountain Planet…

Du 23 au 25 avril 2014 se tient à Alpexpo Grenoble le plus grand rassemblement professionnel du monde de la montagne.

40 ans d’existence

Le SAM (Salon de l’Aménagement en Montagne) a été créé en 1974 sous l’impulsion du directeur général d’Alpexpo, Jean Baccard, de l’architecte Michel Drapier et d’une équipe de passionnés avec comme leitmotive « l’homme et la montagne font le point ».

40 ans après, ce salon s’impose comme LE rendez-vous incontournable des acteurs économiques de ce secteur d’activité avec près de 800 exposants et plus de 15 000 visiteurs en 3 jours dont 10% d’étrangers.

Une vocation internationale

Pour cette 21ème édition, le SAM se pare d’une nouvelle identité et devient Mountain Planet pour plus de visibilité à l’international.

En effet, 18 délégations du monde entier sont attendues, avec un accueil et un programme spécifiques élaborés par le Cluster Montagne.

Depuis 15 ans, la montagne est devenue un enjeu mondial : 2 000 stations de skis recensées, notamment dans des pays peu connus de prime abord pour leurs loisir de sports d’hiver comme l’Algérie, la Grèce, l’Inde, l’Afrique du Sud, la Nouvelle-Zélande entre autres.

L’attribution des J.O. d’hiver cette année à la Russie ou en 2018 à la Corée du Sud témoigne de l’internationalisation des enjeux liés à l’aménagement de la montagne. La Corée du Sud est d’ailleurs l’invitée d’honneur de cette édition, en présence de Son Excellence l’ambassadeur de Corée du Sud.

Expertise, savoir-faire et innovation

50 000 m2 sont consacrés à la promotion des capacités d’innovation des entreprises de ce secteur, réparties en 16 secteurs d’activité. Mountain Planet permet d’afficher les expertises, de rencontrer les clients et prospects du monde entier.

C’est une vitrine des évolutions de l’aménagement de la montagne, tant hiver que été : développement durable, transport par câble…autant de savoir-faire où la France est en bonne position.

Enfin, l’homme reste au centre de ce salon avec l’organisation de nombreuses assemblées générales et conférences des acteurs de la montagne. Mountain Planet, une vraie fête des montagnards.

Le marché français du ski

Les stations de sports d’hiver en France emploient 120 000 personnes (hors emplois indirects). 7 milliards d’euros sont générés par ce secteur soit 18% de l’économie du tourisme. Parmi les 10 premières stations de ski dans le monde, en terme de fréquentation (> ou égale à 1 million de journées/skieurs par an), cinq sont françaises.

La montagne occupe 70% du territoire rhônalpin. C’est un pôle d’excellence et c’est le plus grand domaine skiable du monde par la fréquentation.

77% des entreprises de la filière française ont des projets de développement à l’international. « Nous sommes ouverts à l’extérieur » souligne Pierre Lestas, Président des Domaines Skiables de France.

Voici un diaporama réalisé à l’heure de l’ouverture de cette manifestation..

Cliquer sur les photos pour les agrandir.

Reportage Charlotte Reynier-Poête

Catégorie A la une, foires/salons, montagneCommentaires fermés

Les acteurs isérois de l’économie alpine au rendez-vous Mountain Planet

Sous la bannière Grenoble Alp’Isère, les collectivités, les acteurs économiques et les entreprises de l’Isère
seront présents au salon international Mountain Planet, le rendez-vous de l’économie alpine.

A l’occasion du Salon Mountain Planet, qui se tiendra à Alpexpo du 23 au 25 avril 2014, le conseil général de
l’Isère, la communauté de communes du Pays du Grésivaudan, Grenoble Alpes Métropole, la communauté
d’agglomération du Pays Voironnais, la CCI Grenoble et l’Agence d’Etudes et de Promotion de l’Isère, ont initié
une démarche partenariale et se sont associés sous la bannière Grenoble Alp’Isère.

Quatorze entreprises* sont associées au projet

Ensemble, les territoires, les partenaires institutionnels et les entreprises de l’Isère visent à afficher et
renforcer leur place et leur rôle dans l’économie alpine.

Un stand de 350 m² organisé autour d’un vaste showroom offrira aux entreprises présentes une vitrine pour
promouvoir des produits et des services novateurs. Il permettra également de développer leurs réseaux et
leurs contacts commerciaux. Pour les territoires, il s’agira de rencontrer, conseiller et capter les investisseurs
potentiels.

Cet effort collectif tend vers un but : développer l’emploi et l’économie en Isère.
*Les entreprises : Soluceo DGPF, DPF SAS, Geolithe, Station trail Chartreuse/Raidlight, AlpevasionDecalog,
Mogoma/Cnossos, Espace Gaia, Helisair, 2 ES, TIM Ingénierie, Mesures et Systèmes, Ifotec, Coreupt et
Montagne-Net

Catégorie foires/salons, montagneCommentaires fermés

Alpexpo: après le bois la montagne!

23 au 25 avril 2014


Alpexpo – Grenoble

Mountain Planet – SAM

La plus grande vitrine mondiale de l’offre des équipementiers en montagne et reliefs.

Quelques jours après la clôture des Jeux Olympiques de Sotchi, les acteurs mondiaux de l’équipement en montagne se donnent rendez – vous
à Grenoble pour découvrir les dernières innovations des fabricants du monde entier.

La Corée du Sud , organisatrice des Jeux Olympiques de Pyeong Chang en 2018 est l’invité e d’honneur de Mountain Planet – SAM.

Avec 220 exposants et 500 marques confirmés, Mountain Planet -SAM présente les expertises et savoir- faire reconnus et plébiscités
par toute la profession en France et à l’international.

Catégorie foires/salons, montagneCommentaires fermés

Salon du bois: le bois local à l’honneur

Les animations se poursuivent à un rythme effréné au salon du bois..

La présentation du nouveau refuge de l’Aigle qui est, rappelons le, un abri historique mythique installé dans le massif des Ecrins, à la Meije; à 3450 mètres, connait une grosse fréquentation..

Christian Pichoud, président du Parc National des Ecrins a tenu à servir de guide, l’espace d’un après midi.. Il a présenté cette nouvelle bâtisse tout en bois des Alpes à de nombreux visiteurs dont Charles Galvin, vice président du conseil général en charge de la forêt.. L’originalité venant du fait que le nouveau refuge habille l’ancien..

Bien entendu les jeunes charpentiers poursuivent leur fastidieux travail.. En trois jours et 22 heures de labeur, ils doivent rendre la meilleure copie afin de décrocher le titre de champions d’Europe.. On a été frappé par le calme, la sérénité des jeunes.. Jamais ils ne se laissent impressionner par la foule.. les bruits, la pression. Ils ont réussi à s’enfermer dans un cocon..afin de « bosser » dans les meilleures conditions.

Le salon du bois, c’est également les conférences.. Elles se succèdent sans interruption..il a été beaucoup question de la meilleure valorisation, de la meilleure utilisation du bois local..

En un mot: utiliser du bois c’est bien, utiliser du bois local c’est mieux.. Et pourquoi se priver d’utiliser du bois certifié bois des Alpes..

Ces conférences ont mobilisé. Nous avons pu rencontrer de nombreux responsables de la filière mais aussi des élus comme Pierre Buisson, maire de Méaudre et Président de la communauté de communes du Vercors, mais aussi Michaël Kraemer, maire de Lans en Vercors, nouvellement élu, et son 1er adjoint Guy Charron, par ailleurs président de l’association des communes forestières de l’Isère..



Catégorie - filière bois, foires/salonsCommentaires fermés

Salon du bois.. une succession d’animations..

Le vendredi est traditionnellement une journée bien remplie au salon du bois.. C’est en effet le jour d’inauguration et les conférences succèdent aux conférences.

Cette année, le salon du bois qui se déroule à Alpexpo Grenoble a une saveur particulière avec l’organisation du championnat d’Europe des jeunes bucherons. Neuf nations, dont la France sont représentées, les concurrents étant âgés entre 18 et 23 ans. A travers ce championnat c’est surtout le savoir faire des jeunes qui est mis en valeur mais aussi la formation.

Parmi les attractions, chacun a pu remarqué le refuge de l’aigle, le travail de la scierie mobile associée à la présentation de solutions innovantes concernant la traçabilité des bois.

On retiendra également le Prix Belin de Grenoble

Ce prix, unique en son genre, doit sa création au legs d’un ancien entrepreneur de travaux publics, Jean Belin. Le Prix Belin est fort réputé au niveau régional et son degré de difficulté en fait encore une distinction recherchée. Etre lauréat du Prix Belin est une référence, ce titre indique déjà un certain niveau de qualification équivalent maintenant approximativement au brevet professionnel.
Jean Belin a donc légué en 1881, par testament, à Grenoble, sa ville natale, un titre de rente destiné à récompenser « chaque année après un concours public le meilleur plan de charpente à exécuter.
Pourront prendre part à ce concours seulement les personnes domiciliées dans le département de l’Isère ». Après délibération, le Conseil municipal, au cours de sa séance du 6 février 1882, accepte le legs et organise depuis lors le Prix Belin, du nom de son fondateur. Et tous les ans, au mois de mars les ouvriers charpentiers sont invités à concourir pour le Prix.

Depuis 130 ans ce prix se poursuit et lors du Salon du Bois une exposition des sujets et de photos pour présenter le prix Belin.
Le samedi 5 avril se déroulera sur le salon les épreuves du prix Belin 2014 et ce exceptionnellement pour la première fois devant le public.

personnalités , élus  ont arpenté largement les allées du salon.. ont apprécié l’espace 100% bois local , ont admiré le travail des jeunes charpentiers.. et ont découvert l’ensemble des chaînons de la filière bois présent à Alpexpo…

Voici le déroulé de ce vendredi matin.. Cliquer sur les photos pour les agrandir..

Catégorie - filière bois, A la une, foires/salonsCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2014
L Ma Me J V S D
« juin    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+