La filière équine chez le ministre

Hier, Michel Barnier, ministre de l’Agriculture a reçu les représentants de diverses organisations socioprofessionnelles des courses de trot et de galop. L’organisation des courses et des paris a permis, en France, le développement d’une filière dynamique fortement ancrée dans l’espace rural.
L’activité génère plus de 60 000 emplois répartis sur tout le territoire. La qualité de notre élevage est largement reconnue. Nos 250 hippodromes qui représentent la moitié du parc européen, et les 6000 bénévoles qu’ils mobilisent, contribuent largement à l’harmonisation et l’attractivité des territoires ruraux.

Attentif aux inquiétudes des organisations socioprofessionnelles des courses quant au devenir des courses hippiques en France, le ministre a souligné sa détermination à en assurer la pérennité.

Ainsi, il y a lieu de garantir à la filière les moyens financiers dont elle dispose actuellement afin de préserver l’attractivité de notre élevage et l’emploi dans les territoires.

Notons que l’Isère est le département rhônalpin accueillant le plus de cavaliers licenciés ou en centres équestres. En juin dernier, près de 10 500 Isérois ont acheté leur licence de cavalier, soit environ 1% de la population départementale.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page