Feu vert de Bruxelles pour la fusion Bongrain Sodiaal

La Commission européenne a donné son feu vert, sur base du règlement CE sur les concentrations, au projet de création d’une entreprise commune par les sociétés françaises Bongrain et Sodiaal, qui sera active dans la production et la commercialisation de camembert, coulommiers et brie. Au terme de son enquête de marché, la Commission a conclu que l’opération n’entraverait pas de manière significative une concurrence effective dans l’Espace Economique Européen (EEE) ou une partie substantielle de celui-ci.

Bongrain et Sodiaal, toutes deux productrices de fromages à pâtes molles, ont soumis le projet d’unir leur savoir-faire pour la production et la commercialisation de camembert, de coulommiers et de brie.

Propriétaire de la marque Caprice des Dieux, pâte molle non concernée par l’opération, Bongrain apporte la marque Cœur de Lion, alors que Sodiaal transfère sa marque Le Rustique. Outre ces marques de fabricants, l’entreprise commune regroupera également les activités de production de camembert, coulommiers et brie revendus sous marques de distributeurs.

Les marchés affectés par l’opération envisagée sont les marchés français et belges, et, dans une moindre mesure, les marchés allemands, autrichiens, hongrois, polonais, et tchèques. La différence de fonctionnement entre les marchés pour les marques de fabricants et les marques de distributeurs justifie de les traiter séparément et la Commission a cherché à définir les marchés de produits en prenant en compte les spécificités nationales.

En ce qui concerne les marchés français et belges, l’enquête de marché a montré que les consommateurs sont très sensibles au type de fromage consommé et qu’une augmentation du prix du camembert de marques de fabricants entraînerait plutôt un report de la consommation sur du camembert de marques de distributeurs que sur du coulommiers ou du brie de marques de fabricants. En revanche, le consommateur allemand ne semble en général pas faire de distinction entre le camembert et le brie. Ainsi, une définition de marché plus large semble justifiée pour ce pays. La Commission est parvenue à une conclusion semblable pour l’Autriche, la Hongrie, la Pologne, et la République tchèque.

Sur les marchés français et belge du camembert de marques de fabricants, l’enquête de la Commission a révélé que la nouvelle entité resterait derrière le leader du marché Lactalis, et que leurs marques ne sont pas, actuellement, en concurrence directe. Des constats similaires sur les marchés des autres produits marques de fabricants en France et en Belgique, combinées à la pression concurrentielle venant des marques de distributeurs, ont conduit la Commission à conclure à l’absence de problèmes de concurrence sur ces marchés. En ce qui concerne les marchés de marques de distributeurs belges et français, la réduction du nombre d’acteurs indépendants devrait ne produire que des effets limités, étant donné la présence d’autres acteurs importants et la spécialisation des deux parties dans des segments différents de marché. Enfin, pour les autres pays, la concentration proposée n’aura pas d’effet notable en raison de la faible présence commerciale de Sodiaal.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page