désinformation des industriels à propos du prix

La coordination rurale réagit à travers un communiqué.
“1,4 %, c’est l’impact réel de la hausse du prix du lait sur le prix de revient des produits laitiers ; bien loin des 10 % ou 17 % annoncés par les industriels. Explications : Depuis plusieurs années, le prix du lait baissait à la production mais la baisse n’avait jamais été répercutée sur les produits laitiers à la consommation, procurant ainsi de substantiels bénéfices aux industriels. Danone et Lactalis en ont largement profité. Ils persistent donc dans cette voie en décidant d’augmenter leurs prix respectivement de 10 % et 15 voire 17 %, suite à la hausse dérisoire du prix du lait à l’étable.

Mais le prix du lait est complexe et cette « hausse » est un peu piégée. En effet, lorsqu’on parle habituellement de hausse, c’est à partir du dernier prix existant. Les industriels vont bien majorer aujourd’hui les prix d’hier de leurs produits laitiers. On pourrait donc croire que le prix à la ferme payé en octobre 2007 sera égal au prix de septembre 2007 augmenté de 0,058 €/L (recommandation du CNIEL pour le 4° trimestre), soit un prix production de 0,368 €/L.

Il n’en est rien ! Car la hausse annoncée s’applique, non pas sur le prix du mois dernier, mais sur celui de référence d’octobre 2006, soit 0,272 €/L. Donc, l’éleveur ce mois-ci touchera : 0,272 €/L (oct. 2006) + 0,058 €/L (hausse 4e trimestre) = 0,33 €/L. Par rapport au prix du mois dernier, la hausse sera d’à peine plus de 2 ct€ au lieu des 5 annoncés ! Ce qui représente 7,1 % d’augmentation. Nous sommes déjà loin des 10 à 17 % des industriels !

Mais ce n’est pas tout, car il faut savoir que le prix du lait ne représente en moyenne que 20 % du produit fini, voire beaucoup moins. Donc en réalité, la hausse actuelle du prix à la production ne représente au plus que 20 % de 7,1 %, soit 1,4 % dans le produit fini ! Les hausses annoncées par Lactalis et Danone sont donc largement exagérées.

A quand un contrôle des marges dans la filière et la grande distribution, ainsi qu’une juste répartition des plus-values entre tous les acteurs, y compris les producteurs ?”

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page